Katima Mulilo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Katima Mulilo
Katima Mulilo Bridge.jpg
Nom officiel
(de) Katima MuliloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom local
(de) Katima MuliloVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Région
Capitale de
Superficie
33,4 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
1 065 m, 946 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
SchuckmannsburgMap.png
Démographie
Population
28 699 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
859,3 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Histoire
Fondation
Identifiants
Code postal
5530Voir et modifier les données sur Wikidata
Indicatif téléphonique
66Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte de Namibie
voir sur la carte de Namibie
Red pog.svg

Katima Mulilo est une ville de Namibie au bord du fleuve Zambèze comptant 22 700 habitants (2001), chef-lieu de la région Zambezi, en Afrique australe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au nord-est de la Namibie, par l'étroite Bande de Caprivi, la ville est frontalière avec la Zambie grâce au pont Katima Mulilo, un ouvrage d'art de 900 m ouvert en 2004 sur le Zambèze aboutissant à Sesheke. Ce pont a réalisé l'achèvement d'un axe routier important partant du port en eau profonde de Walvis Bay vers Lusaka puis au-delà vers des régions enclavées (Malawi, Katanga...)

Histoire[modifier | modifier le code]

Située sur le fleuve Zambèze, la ville fut créée par les autorités coloniales britanniques en 1935 pour remplacer Schuckmannsburg (aujourd'hui Luhonono), l'ancienne capitale locale établie par les Allemands. La Namibie s'appelait alors le Sud-Ouest africain.

Des séparatistes ont sévi dans la région. En 1999, lors du conflit de Caprivi, leurs actions auraient poussé près de 20 000 personnes à se réfugier au Botswana. Treize personnes ont été tuées lors des attaques au lance-roquettes, au mortier et au fusil d'assaut contre un poste de police, un poste de frontière, une banque, une base militaire et un bureau de la télévision nationale. Une famille de touristes français en provenance du Zimbabwe a été également attaquée alors qu'elle traversait la bande de Caprivi (les parents ont survécu mais les trois enfants ont été tués).

Les forces armées ont mis rapidement fin à cette tentative de sédition et ont arrêté des dizaines de personnes.

En 2015, 30 personnes ont été reconnues coupables de haute trahison, meurtre et tentative de meurtre[1].

Accès[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Katima Mulilo-Mpacha, d'intérêt régional, est desservi notamment par Air Namibia vers l'aéroport de Windhoek-Eros.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source AFP, « Namibie: 30 séparatistes coupables de trahison », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]