Kathleen Booth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kathleen Booth
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 100 ans)
Nationalité
Formation
Université de Londres
King Edward VI High School for Girls, Birmingham (en)
Royal HollowayVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Andrew Donald Booth (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Œuvres principales

Kathleen Hylda Valerie Booth[1], née Kathleen Britten le 9 juillet 1922 à Stourbridge[2] et morte le [3], est une informaticienne britannique. Elle a conçu le premier langage assembleur et le programme assembleur et l’autocode des premiers ordinateurs à Birkbeck College[4]. Elle a contribué au développement de trois ordinateurs, à savoir ARC (Automatic Relay Calculator), SEC (Simple Electronic Computer) et APEXC (de) (All Purpose Electronic X-Ray Computer).

Biographie[modifier | modifier le code]

Kathleen Britten est née à Stourbridge en Angleterre[5]. Elle obtient en 1944 un Bachelor of Science en mathématiques à l'Université de Londres et un doctorat en mathématiques appliquées en 1950. En 1950 elle épouse son collègue Andrew Booth[6]. De 1944 à 1946 Kathleen Britten est Junior Scientific Officer au Royal Aircraft Establishment à Farnborough[6]. De 1946 à 1962 elle est chercheur scientifique à la British Rubber Producer's Research Association (qui s'appelle maintenant : Tun Abdul Razak Research Centre) et de 1952 à 1962 elle est collaboratrice scientifique et enseignante au Birkbeck College de l'université de Londres. Elle et son mari quittent le Birkbeck College quand il se voit refuser un poste de professeur. De 1962 à 1972, elle est enseignante et chercheur à l'université de la Saskatchewan au Canada où elle est professeur associée[6]. De 1965 à 1973, elle dirige un projet N.R.C. de traduction automatique; et depuis 1978, elle est directrice exécutive chez Autonetics Research Associates. De 1972 à 1978, elle est professeur titulaire de mathématiques à l'université Lakehead au Canada.

Activités informatiques[modifier | modifier le code]

De 1946 à 1962, Kathleen Booth travaille au Birkbeck College[1]. Elle entreprend en 1947, en tant que collaboratrice scientifique d'Andrew Booth et avec lui, un voyage aux États-Unis où ils rencontrent John von Neumann à Princeton[7]. À leur retour en Angleterre, ils écrivent General Considerations in the Design of an All Purpose Electronic Digital Computer, où ils décrivent les modifications à leur projet ARC initial impliquées par l'utilisation de l'architectrue de von Neumann[1]. Une partie de sa contribution personnelle est le langage assembleur de l'ARC[8]. De plus, elle a construit et entretenu les composants de l'ARC[9].

L'équipe composée de Kathleen et Andrew Booth à Birkbeck est la plus petite des premières équipes informatiques britanniques. De 1947 à 1953 ils ont produit trois machines, l'ARC (Automatic Relay Computer), le SEC (Simple Electronic Computer) et l'APEXC (All Purpose Electronic X-Ray Computer)[10]. Elle et Andrew Booth se partageaient les tâches : lui construisait les ordinateurs et elle les programmait[1]. La machine APEXC a conduit finalement à la série HEC (Hollerith Electronic Computer) construite par la British Tabulating Machine Company (de)[11].

Kathleen et Andrew Booth publiaient régulièrement des articles sur leurs travaux sur les systèmes ARC et APEXC, et ils sont coauteur de Automatic Digital Calculators qui illustre le style de programmation de Kathleen, « Planning and Coding »[12]. Elle fonde avec Andrew Booth et J. C. Jennings, en 1957 au Birkbeck College, la faculté d'informatique et des systèmes d'information. En 1958 elle y enseigne un cours de programmation[1]. En 1958, Kathleen Booth écrit l'un des premiers livres sur la programmation d'un ordinateur APEXC[13].

Les recherches de Booth sur les réseaux neuronaux ont mené à des programmes qui simulent comment les animaux reconnaissent des motifs et des caractéristiques[1].

Honneurs[modifier | modifier le code]

La Andrew and Kathleen Booth Lecture est donnée chaque année[14] par un éminent informaticien et commémore le travail des Booths dans la création, à Birkbeck, des ordinateurs qui sont parmi les premiers du monde.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Andrew Donald Booth et Kathleen H.V. Britten, « Principles and Progress in the Construction of High-Speed Digital Computers », Quarterly Journal of Mechanics and Applied Mathematics, vol. 2, no 2,‎ , p. 182–197 (DOI 10.1093/qjmam/2.2.182, lire en ligne)
  • Andrew Booth et Kathleen Britten, Coding for A.R.C., Princeton, Institute for Advanced Study,
  • Andrew Booth et Kathleen Britten, General considerations in the design of an all-purpose electronic digital computer, Princeton, Institute for Advance Study,
  • Andrew Booth et Kathleen Britten, « The accuracy of atomic co-ordinates derived from Fourier series in X-ray crystallography Part V », Proc. Roy. Soc., vol. A 193,‎ , p. 305–310
  • Andrew Booth et Kathleen Britten, Automatic Digital Calculators, London, Butterworth-Heinmann (Academic Press), — Réédition 1965
  • Kathleen Booth, Programming for an Automatic Digital Calculator, London, Butterworths, coll. « Butterworths Scientific Publications » (no VII), , 238 p. (zbMATH 0080.33601).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Roger Johnson, « 50 Years of Computing at Birkbeck », Birkbeck College, University of London, (consulté le ).
  2. George Dyson, Turing's Cathedral: The Origins of the Digital Universe, Pantheon Books, (ISBN 9780375422775), xvii.
  3. (en-US) Katrinah Best, « Remembering Professor Kathleen Booth, 1922-2022 | Birkbeck Perspectives » (consulté le )
  4. Kathleen H.V. Booth, Machine language for Automatic Relay Computer, Birkbeck College Computation Laboratory, University of London
  5. « IT Honor Roll ».
  6. a b et c « Dr. Kathleen Booth (nee Britten) », IT History Society, (consulté le )
  7. Simon Lavington, Alan Turing and His Contemporaries: Building the World's First Computers, (ISBN 9781780171050).
  8. « About/History », Birkbeck School of Computing (consulté le ).
  9. « Kathleen Booth (born Britten) at the ARC relay, parallel, A.U. which she constructed », Birkbeck school of Computing, 1948.
  10. Simon Lavington, Early British computers: the story of vintage computers and the people who built them, Manchester, Manchester University Press, (ISBN 9780719008030), p. 62.
  11. Martin Campbell-Kelly, « The Birkbeck College Machines, The Development of Computer Programming in Britain (1945 to 1955) », Annals of the History of Computing, IEEE, vol. 4, no 2,‎ , p. 121–139 (DOI 10.1109/MAHC.1982.10016).
  12. Cliff B. Jones et John L. Lloyd, Dependable and historic computing, Berlin, Springer-Verlag, (ISBN 9783642245404), p. 27
  13. Kathleen Booth, Programming for an Automatic Digital Calculator, London, Butterworths,
  14. (en) « Andrew and Kathleen Booth Memorial Lecture », sur Birkbeck, University of London, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]