Kanggye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kanggye
Kanggye
Une fabrique de meubles à Kanggye
Administration
Pays Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Province Jagang
Démographie
Population 251 971 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 40° 58′ nord, 126° 36′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corée du Nord
Voir sur la carte administrative de Corée du Nord
City locator 14.svg
Kanggye

Kanggye (/kɐŋ.ɡje/) est une ville de Corée du Nord, en chosŏn'gŭl : 강계시 et en hanja : 江界市, chef-lieu de la province de Jagang. Sa population s’élève à 251 971 en 2008 habitants[1], tous habitant en zone urbaine. Située au confluent de quatre rivières (dont le Changja, le Puk et le Nam), la ville occupe une position stratégique qui s’est affirmée depuis la dynastie coréenne des Ri (1392-1910).

Transports[modifier | modifier le code]

Kanggye constitue un nœud routier et ferroviaire et une plaque tournante du transport aérien en Corée du Nord. Elle se situe au croisement des lignes de chemin de fer de Kanggye et Manpo. Une autoroute la relie à Pyongyang et à d’autres villes nord-coréennes. Un aéroport civil et militaire dessert Kanggye.

Culture[modifier | modifier le code]

La ville abrite une université.

Les monts Ryonhwa sont un des principaux sites touristiques. Le bureau des magistrats ainsi que les pavillons de Inphung et de Mangmi ont été classés trésors nationaux. Le pavillon de Mangmi est un ancien poste de commandement militaire construit sur un socle de granit.

Le pavillon d'Inphung a été construit en 1472, reconstruit en 1680, fortement endommagé pendant la guerre de Corée et de nouveau reconstruit[2]. Il est situé au centre de la ville. Le bureau des magistrats était utilisé par le gouvernement au temps de Joseon (1392-1910). Il accueille maintenant le musée d´histoire de Kanggye, fondé en 1954. Il présente des objets montrant le développement de la société depuis la préhistoire jusqu´au temps modernes. En particulier, on peut y admirer des peintures murales des tombes du Koguryo (-277 – 668) et des documents montrant le combat des chasseurs de Kanggye face à l´envahisseur américain en 1871[3].

Elle compte également deux biens culturels (en), le château de Kanggye (n° 188) et le pavillon Koyon (n° 182).

Économie[modifier | modifier le code]

Meubles conçus à la fabrique de Kanggye

Les activités industrielles notamment, métallurgie et armement, se sont rapidement développées depuis 1945. La région de Kanggye abrite des mines de cuivre, de zinc, de charbon et de graphite.

De plus, suite aux problèmes d´approvisionnement du milieu des années 1990, une vingtaine de petites centrales électriques a été construite en six mois à la fin 1996[4]. Cette réalisation a été donnée en exemple aux autres provinces, montrant que le peuple pouvait par son travail et ses initiatives redresser l´économie du pays, c´était la création de l´ « esprit de Kanggye »[5].

La ville possède une des plus grandes fabriques de meubles du pays. Elle produisait initialement des baguettes et des tables à manger. Elle compte aussi une usine de tricotage et une usine d´assaisonnement et des dizaines d´hectares de mûriers pour l´élevage des vers à soie. C´est le plus grand centre pour l´élevage des lapins[5].

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La ville de Kanggye est constituée de trente-quatre quartiers :

et de deux villages :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. DPR Korea 2008 Population Census National Report
  2. (en) « Inpung Pavilion - Wikimapia », sur wikimapia.org (consulté le 6 septembre 2020).
  3. KCNA, le 5 mars 2003, « Kanggye History Museum »
  4. Pak Sung Gwang, « Illumination nocturne de la rivière Jangja », korea-dpr.com, le 20 janvier 2008
  5. a et b Ro Myong Jun, « Pour créer l´esprit de Kanggye », korea-dpr.com, le 24 janvier 2008.