Kamistiaïat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kamistiaïat
Illustration
Caractéristiques
Longueur 150 km
Bassin 2 950 km2
Bassin collecteur l'Ob
Débit moyen 2,18 m3/s (Maslokovetsky)
Régime nival
Cours
Embouchure l'Aïat
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Russie Russie
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan

Le Kamistiaïat est une rivière qui coule en Russie dans l'oblast de Tcheliabinsk, et au Kazakhstan dans l'oblys de Kostanaï. C'est un affluent de l'Aïat en rive gauche, donc un sous-affluent de l'Ob par l'Aïat, la Tobol puis l'Irtych.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Kamistiaïat, cours d'eau peu abondant, naît en Russie sur le rebord de l'extrême sud-est des monts Oural. Il coule globalement d'ouest en est. Sur une partie de son parcours, la rivière pénètre au Kazakhstan, puis matérialise la frontière entre les deux pays. Revenue en territoire russe, elle se jette en rive gauche dans l'Aïat, au niveau de la localité de Maslokovetsky.

Villes traversées[modifier | modifier le code]

Le Kamistiaïat ne baigne pas de localités de quelque importance.

Hydrométrie - Les débits mensuels à Maslokovetsky[modifier | modifier le code]

Le débit du Kamistiaïat a été observé pendant 27 ans (durant la période 1959-1985) à Maslokovetsky, petite localité de Russie située à 1,3 kilomètre de la confluence avec la rivière Aïat, à une altitude de 201 mètres[1].

Le débit inter annuel moyen ou module observé à Maslokovetsky durant cette période était de 2,18 m3/s pour une surface de drainage observée de 2 950 km2, soit la totalité du bassin versant de la rivière. La lame d'eau écoulée dans ce bassin se monte ainsi à 23,1 millimètres annuellement, ce qui est certes très modeste, mais satisfaisant dans le cadre des régions du piémont sud-est de l'Oural, caractérisées par un écoulement médiocre.

Cours d'eau alimenté avant tout par la fonte des neiges, la Kamistiaïat a un régime nival.

Les hautes eaux se déroulent au printemps, au mois d'avril, ce qui correspond au dégel et à la fonte des neiges. Au mois de mai, le débit s'effondre littéralement, et la chute se poursuit en juin, ce qui initie la période des basses eaux. Celle-ci a lieu de juin à février inclus.

Le débit moyen mensuel observé en février (minimum d'étiage) est de 0,04 m3/s (40 litres), soit 2 millièmes du débit moyen du mois d'avril (21,1 m3/s), ce qui montre que l'amplitude des variations saisonnières de la rivière est extrêmement importante, même dans le contexte du sud du bassin de la Tobol, pourtant caractérisé par des écarts de débit mensuel élevés. Ces écarts peuvent être plus marqués encore d'après les années : sur la durée d'observation de 27 ans, le débit mensuel minimal a été de 0,00 m3/s à de nombreuses reprises entre juin et mars, tandis que le débit mensuel maximal s'élevait à 76,5 m3/s en .

En ce qui concerne le mois d'avril, dont le débit est chaque année responsable de l'essentiel du débit, la quantité minimale observée a été de 1,23 m3/s 1977, ce qui implique des années de très sévère sécheresse.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Maslokovetsky
(données calculées sur 27 ans)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]