Irtych

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irtych
L'Irtych à Tcherlak, entre la frontière kazakhe et la ville d'Omsk.
L'Irtych à Tcherlak, entre la frontière kazakhe et la ville d'Omsk.
Carte du bassin de l'Ob et de l'Irtych.
Carte du bassin de l'Ob et de l'Irtych.
Caractéristiques
Longueur 4 248 km [1];[2]
Bassin 1 673 470 km2
Bassin collecteur Ob (Russie, Kazakhstan, Chine, Mongolie)
Débit moyen 2 980 m3/s (confluence avec l'Ob)
Régime Nival de plaine
Cours
Source Kara-Irtych
· Localisation Altaï, Chine
Confluence Ob
· Localisation En aval de Khanty-Mansiïsk, Khantys-Mansis, Russie
· Coordonnées 61° 05′ 24″ N 68° 49′ 16″ E / 61.09, 68.821 (Confluence - Irtych)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Ichim, Tobol, Konda
· Rive droite Boukhtarma, Oulba, Ouba, Om, Demianka
Pays traversés Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Drapeau de la Russie Russie
Principales villes Öskemen, Semeï, Pavlodar, Omsk, Tara, Tobolsk, Khanty-Mansiïsk

Sources : Britannica, GES, R-Artic Net

La rivière Irtych (en russe : Иртыш ; en kazakh : Ертiс, Ertis ; en tatar : Иртеш, İrteş ; en mandarin : 额尔齐斯河, Erqisi) est un cours d'eau de Sibérie et un affluent de la rive gauche de l'Ob. Son cours traverse d'abord la Chine, où il est nommé Ertix, puis le Kazakhstan, où il porte le nom de Ertis.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Irtych prend sa source dans les monts de l'Altaï Mongol, chaîne montagneuse de 300 km de long séparant la Chine de la Mongolie. Puis il s'écoule en Djoungarie (Chine occidentale) avant de traverser le Kazakhstan et la Sibérie dans la majeure partie de son cours. Il se jette dans l'Ob près de la ville de Khanty-Mansiysk. Son nom signifie « rivière blanche ».

L'Irtych (4 248 km)[1],[2] forme avec le cours inférieur de l'Ob (1 162 km) un des plus longs fleuves de la planète : l'ensemble Irtych-Ob mesure au total 5 410 km de long. Le bassin de L'Irtych, d'une superficie de 1 673 470 km2, couvre une grande partie de la Sibérie occidentale. L'Irtych roule annuellement 94 milliards de mètres cubes d'eau, soit 2 980 m3⋅s-1[3].

La rivière est navigable sur une grande partie de sa longueur entre avril et octobre lorsqu'elle n'est pas gelée : elle est alors parcourue par des bateaux de transport de marchandises et de passagers ainsi que par des tankers. Omsk, siège de la Compagnie de navigation de la rivière Irtych, est le plus grand port fluvial de Sibérie occidentale. Des ouvrages hydro-électriques ont été construits sur le cours de la rivière non loin de la frontière chinoise : les barrages de Choulbinsk (1987), Öskemen (1952) et de Boukhtarminsk (1959). Le canal d'irrigation Irtych-Karaganda apporte de l'eau aux terres desséchées des steppes du Kazakhstan et à sa capitale Astana. Un projet non abouti, le Sibaral, visait à alimenter la mer d'Aral.

Les rives de cette grande rivière étaient occupées par les Chinois, les Kalmouks et les Mongols avant l'arrivée des Russes au XVIe siècle. La conquête du bassin de l'Irtych par l'empire russe s'est achevée au début du XIXe siècle.

Affluents[modifier | modifier le code]

Article détaillé : bassin de l'Irtych.

Les principaux affluents de l'Irtych sont, d'amont en aval :

Rive gauche Rive droite

Villes traversées[modifier | modifier le code]

Kazakhstan :

Russie :

Hydrométrie[modifier | modifier le code]

Les débits mensuels à Tobolsk[modifier | modifier le code]

Débits mensuels de l'Irtych à Tobolsk

Les débits mensuels à Khanty-Mansiïsk[modifier | modifier le code]

Le bassin de l'Irtych : la rivière et ses principaux affluents

Le débit de l'Irtych a été observé pendant 22 ans (durant la période allant de 1974 à 1999) à Khanty-Mansiïsk[4], capitale du district autonome des Khantys-Mansis, située à quelque 20 kilomètres de son confluent avec l'Ob[4].

Le débit inter-annuel moyen ou module observé à Khanty-Mansiïsk durant cette période était de 2 733 m3⋅s-1 pour une surface prise en compte de 1 650 000 km2, soit la totalité du bassin versant de la rivière. Sur cet immense territoire, seuls 1 110 000 km2 constituaient la surface de drainage effective, le reste étant constitué de plusieurs bassins endoréiques tels ceux du lac de Koulounda ou du lac Tchany. La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin atteint le chiffre de 52 millimètres par an, ce qui doit être considéré comme peu élevé, et résulte de la modération voire la médiocrité des précipitations observées dans la majeure partie de son bassin.

Rivière alimentée en grande partie par la fonte des neiges, mais aussi par les pluies de la saison chaude, l'Irtych est un cours d'eau de régime nivo-pluvial.

Les hautes eaux se déroulent au printemps et au début de l'été, de mai à juillet inclus, ce qui correspond au dégel et à la fonte des neiges de son bassin. La longueur de la rivière, son extrême lenteur et les nombreux lacs de son bassin contribuent à étaler ses crues sur trois mois, alors que la fonte des neiges s'effectue assez rapidement et presque simultanément sur la plus grande partie du bassin. Fin juillet débute la décrue qui se poursuit jusque fin août, après quoi le débit se stabilise à un niveau satisfaisant tout au long du reste de l'été et de l'automne. Dès le mois de novembre, le débit de la rivière baisse à nouveau, ce qui mène à la période des basses eaux. Celle-ci a lieu de novembre-décembre à avril inclus et correspond aux gels de l'hiver qui envahissent toute la Sibérie et le nord du Kazakhstan.

Le débit moyen mensuel observé en mars (minimum d'étiage) est de 972 m3⋅s-1, soit environ 14,5 % du débit moyen du mois de juin, maximum de l'année (6 671 m3⋅s-1), ce qui souligne l'amplitude fort modérée pour la Sibérie des variations saisonnières, découlant du décalage spatio-temporel des crues de ses nombreux affluents. Sur la durée d'observation de 22 ans, le débit mensuel minimal a été de 672 m3⋅s-1 en mars 1983, tandis que le débit mensuel maximal s'élevait à 8 600 m3⋅s-1 en juin 1999 et à 8 580 m3⋅s-1 en juin 1987, soit à peu près l'équivalent du débit moyen de la Volga en fin de parcours.

En ne considérant que la période estivale, la seule vraiment importante car libre de glaces (de mai à septembre inclus), le débit mensuel minimal observé a été de 1 280 m3⋅s-1 en septembre 1981, ce qui restait abondant.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Khanty-Mansiïsk
(données calculées sur 22 ans)

Évolution du débit au long du parcours[modifier | modifier le code]

Station Kilométrage
depuis la
confluence
Débits enregistrés en m3/s Commentaire
Module
en m3/s
-- Débit mensuel
minimum
mois -- Débit mensuel
maximum
mois
Buran 3 688 299,00 55,92 février 1 020,00 juin Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
frontière sino-kazakhe
Chulba 2 922 915,00 379,00 février 2 259,00 mai
Pavlodar 2 396 887,00 312,00 mars 2 352,00 mai
Tcherlak 1 983 869,00 259,00 mars 2 170,00 juin Drapeau de la Russie Russie
frontière russo-kazakhe
Omsk 1 824 877,50 401,70 mars 2 111,00 mai
Iekaterininskoïe 1 432 887,00 541,00 février 2 091,00 mai oblast de Tomsk
Oust-Ichim 1 014 1 219,00 448,00 mars 3 011,00 juin confluent de l'Ichim
Tobolsk 637 2 155,00 596,40 mars 5 665,00 juin après le confluent de la Tobol
Demianskoïe 311 2 129,00 745,00 mars 5 614,00 juin
Khanty-Mansiïsk 20 2 733,00 972,50 mars 6 671,00 juin

selon les stations hygrométriques existantes sur les cours d'eau du bassin de l'arctique[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Encyclopædia Britannica online, « Irtysh River »,‎ 2012 (consulté le 6 juin 2012)
  2. a et b (ru)Grande Encyclopédie soviétique online, « en russe : Иртыш ou L'Irtych » (consulté le 6 juin 2012)
  3. (en) The Soviet Union River Diversion Project [PDF]
  4. a et b R-ArcticNet - A Regional, Electronic, Hydrographic Data Network For the Arctic Region, « Irtish At Khanty-Mansiysk » (consulté le 6 juin 2012)
  5. R-Arctic Net - Available Data - Site attributes, « Stations hydrométriques existantes sur les cours d'eau du bassin de l'arctique »,‎ 2012 (consulté le 6 juin 2012)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :