Harumafuji Kōhei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kōhei Harumafuji)
Harumafuji Kōhei
Image dans Infobox.
Kôhei Harumafuji en 2011.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Taille
1,85 m (6 1)
Masse
133 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Blog officiel

Harumafuji Kōhei (日馬富士 公平?), ou Ama Kōhei (安馬 公平?), né Davaanyamyn Byambadorj le à Oulan-Bator, est un lutteur de sumo mongol et 70e yokozuna. Il mesure 1,85 m et pèse 133 kg.

Carrière[modifier | modifier le code]

Harumafuji atteint la division makuuchi en . Il devient pour la première fois komusubi et sekiwake respectivement en février et , grades qu'il alterne jusqu'à accéder à celui d’ōzeki en .

Harumafuji obtient son premier yūshō en makuuchi en en remportant le Natsu basho. Il remporte à deux reprises le Nagoya basho en et 2012[1], puis l’Aki basho à Tokyo en .

Il est promu 70e yokozuna le [2] (il est le 3e consécutif mongol et le 5e non Japonais à atteindre ce grade) après avoir remporté deux tournois consécutivement (et sans une défaite).

Il remporte le Hatsu basho (15-0) à Tokyo en et le Kyūshū basho (14-1) à Fukuoka en . Il obtient son 7e titre à l'occasion du tournoi de Kyushu en avec un score de 13-2, puis son 8e à l'occasion du Nagoya basho de sur le même score.

Le , Harumafuji se retire du tournoi de Fukuoka, après qu'il a été révélé que, le , il aurait frappé dans un bar avec une bouteille de bière puis avec les poings un autre lutteur, Takanoiwa (en)[3], lui causant une blessure à la tête qui nécessiterait deux semaines pour être soignée[4],[5]. Il annonce le qu'il met fin à sa carrière (intai), après avoir avoué avoir frappé Takanoiwa des poings et avec une télécommande de karaoké, mais avoir démenti lui avoir fracassé une bouteille de bière sur la tête[6]. Il est inculpé par le parquet de Tottori, où se sont déroulés les faits, par voie sommaire, ce qui signifie qu'il devra probablement s'acquitter d'une amende, sans faire face à un procès[7].

Parmi les sanshō, il a remporté le ginō-shō à cinq reprises, le shukun-shō à quatre reprises, et le kantō-shō à une reprise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mark Buckton, « Harumafuji's third yusho marred by an ill-mannered yokozuna », The Japan Times, .
  2. « Harumafuji devient le 70ème yokozuna », sur Dosukoi.fr, (consulté le 19 septembre 2016).
  3. « Harumafuji au coeur d’un scandale », sur Dosukoi, le site français du sumo, (consulté le 17 janvier 2019).
  4. Philippe Mesmer, « Une rixe entre lutteurs de sumo tourne au scandale », Le Monde, le 19 novembre 2017.
  5. Japon: le monde du sumo terni par une accusation d'agression, AFP sur BFMTV, le 16 novembre 2017.
  6. Mathias Cena, « Scandale du sumo au Japon: Le champion Harumafuji met un terme à sa carrière », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2017).
  7. « Sumo: inculpation du champion qui avait violemment agressé un rival », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]