Junior-Entreprise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Jeune entreprise.

Les Junior-Entreprises (J.E.) sont des associations à vocation économique et pédagogique, à but non lucratif[1]. Associations étudiantes implantées dans les établissements d’enseignement supérieur, les Junior-Entreprises se définissent comme un vecteur d’employabilité et d’engagement des étudiants. En leur permettant de mettre en pratique l’enseignement théorique qu’il reçoivent, les Junior-Entreprises constituent une passerelle entre les études et l’entreprise, au service de l’insertion professionnelle des étudiants.

Ainsi, elles proposent des services aux entreprises et permettent aux étudiants de mettre en pratique leurs savoirs en répondant aux besoins de clients variés : grands groupes, ETI, PME, TPE, administration ou particulier.

Le concept[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

Les Junior-Entreprises (J.E.) sont des associations à vocation économique et pédagogique, à but non lucratif. Implantées au sein des écoles et universités, elles permettent aux étudiants de mettre en pratique l’enseignement théorique dont ils bénéficient, en réalisant des études correspondant aux domaines de compétences de leur école, pour des clients très variés : entrepreneurs, très petites entreprises, petites et moyennes entreprises, grands groupes, associations, collectivités, etc. Sur le modèle des cabinets de conseil, elles assurent à leurs administrateurs une formation, avant l’heure, aux mécanismes de la gestion d’une entreprise et de management d’une équipe, et à leurs intervenants une première expérience professionnelle concrète.

Les clients bénéficient quant à eux des capacités d’innovation des étudiants, de leur dynamisme, de leur aptitude à mettre en œuvre des projets d’ampleur en mobilisant un grand nombre d’intervenants, du soutien pédagogique des enseignants et chercheurs des écoles… Ils sont en outre assurés de bénéficier d’études de qualité, les associations étant contrôlées chaque année.

Des associations étudiantes[modifier | modifier le code]

Les Junior-Entreprises sont des associations exclusivement constituées d’étudiants[1]. Un groupe d’étudiants s’occupe d'administrer la J.E., c’est-à-dire de la gestion de l’association, de la prospection de clients, du suivi d’étude lorsque le projet est accepté par le client et donc du recrutement d’autres étudiants qui vont, eux, réaliser la mission. Ces étudiants, qui interviennent directement sur les missions, sont recrutés selon un processus sélectif[2] basé sur les compétences de l’étudiant quant au sujet de l’étude ainsi que sur leur motivation, afin de s’assurer d’avoir des intervenants correspondant au mieux aux besoins du client.

Si les Junior-Entreprises sont autant sollicitées par les professionnels, c’est en partie du fait de leur statut d’association qui leur permet d’être flexibles et réactives. Le client est en contact avec un membre de la structure, interlocuteur unique qui l’accompagne et le conseille dans le déroulement de la prestation.

Les Junior-Entreprises sont des associations à but non lucratif[3] (ce qui leur permet d’offrir des tarifs compétitifs) mais néanmoins à vocation économique et pédagogique, les rémunérations étant accessoires à la montée en compétences des étudiants.

De plus, l’implantation de ces associations au sein de grandes écoles et d’universités leur donne accès à un vaste vivier d’étudiants compétents. Ces derniers ont un esprit jeune et extrêmement créatif, qui n’est pas conditionné par un environnement professionnel ou d’entreprise en particulier. Cela permet donc de favoriser la création de solutions innovantes et dimensionnées aux différents besoins exprimés par le client.

Des associations professionnelles[modifier | modifier le code]

Au-delà de leur qualité d’associations étudiantes traditionnelles, les Junior-Entreprises revêtent une véritable caractéristique professionnelle. Bien sûr, ces associations restent étudiantes et leurs membres peuvent ainsi bien souvent compter sur le soutien de leur école et de leurs professeurs. Certaines écoles, conscientes que l’expérience de Junior-Entrepreneur contribue à la formation qu’elles dispensent à leurs élèves, vont jusqu’à aménager l’emploi du temps de ces étudiants afin qu’ils puissent vivre cette expérience pleinement. Les professeurs sont quant à eux souvent présents afin de soutenir les administrateurs de Junior-Entreprises dans la gestion de leur association ou dans l’élaboration de méthodologies d’études particulières.

L’appartenance de chaque Junior-Entreprise à une confédération lui permet également de bénéficier du soutien de cette dernière. Ainsi, en France, ce ne sont pas moins de 1000 Junior-Entrepreneurs qui sont formés à chaque congrès national (bisannuel), mais aussi lors des congrès régionaux qui permettent davantage de proximité. Les membres de la Confédération nationale des Junior-Entreprises accompagnent au quotidien les administrateurs de Junior-Entreprises dans toutes leurs problématiques : management, communication, événementiel, développement à l’international, trésorerie, gestion administrative, obligations légales… Cet appui se double d’un contrôle par le biais d’un audit annuel[4] orchestré par des auditeurs conseils spécialisés en gestion ou trésorerie, junior entrepreneurs sélectionnés sur concours ayant acquis de solides compétences, qui ont pour mission d'auditer et de conseiller d'autres JE. Cet audit-conseil permet de vérifier la qualité des études réalisées par les Junior-Entreprises, ainsi que la gestion de leur association et de leur trésorerie.

Au-delà d’une simple logique de contrôle, la CNJE est clairement orientée de façon à promouvoir la mise en place d’un système de management de la qualité performant au sein de ses structures, à la fois pour optimiser leur organisation interne et pour garantir à leurs clients une pleine satisfaction. Cette orientation suit trois axes principaux :

  • Former les administrateurs de Junior-Entreprises au respect des normes de qualité ;
  • Réaliser un audit annuel orienté sur les différents processus de la Junior-Entreprise :
  • Pérenniser et affermir cette orientation en investissant dans des certifications qualité.

Activité commerciale[5][modifier | modifier le code]

Le chiffre d’affaires des Junior-Entreprises s’élève à 7,6 millions d’euros pour environ 2900 études. Celui-ci est réalisé à 58% par les Junior-Entreprises d’écoles de commerce, 29% par celles en écoles d’ingénieurs, 8% par les Junior-Entreprises universitaires, et 5% par celles dans d’autres types d’établissements. Les études proviennent en majorité de PME/ETI (29%), de TPE et particuliers (25%) et de grands groupes (23%). On retrouve également parmi les clients des Junior-Entreprises des associations (10%), des établissements, tels qu'écoles ou universités, (7%) et des administrations (6%).

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les missions[modifier | modifier le code]

Les Junior-Entreprises ont pour objet de réaliser des études à plus-value pédagogique et rentrant dans leurs domaines de compétences[6],[4].

On appelle étude tout projet consistant en une phase d’analyse (préparatoire), une phase de réalisation (qui peut être terrain) et une phase de synthèse (conclusions, bilan). La réalisation de formations, de simples opérations de maintenance, une opération de démarchage ou encore du prêt de main d’œuvre ne sauraient donc constituer une étude.

La plus-value pédagogique[7] est ce qui permet aux étudiants de justifier de l’intérêt pour eux de réaliser une étude pour un client dans le cadre de la Junior-Entreprise. Les études ne peuvent consister en une simple passation de questionnaires (pour une étude de marché) ou en une simple saisie de données (pour une étude technique).

Les domaines de compétence des Junior-Entreprises sont peu ou prou les domaines de compétence de leur établissement d’enseignement[8]. Les Junior-Entreprises sont issues des grandes écoles (principalement de commerce et d’ingénieur) et des universités. Elles regroupent ainsi toutes les compétences qui seront nécessaires à la réalisation de tous les projets. De par cette grande diversité, les Junior-Entreprises sont en mesure de réaliser des projets dans des domaines très variés[9], du marketing[10] à l’informatique en passant par l’ingénierie, la communication, la qualité, l'agronomie, la finance, les ressources humaines, la cognitique et bien d’autres encore.

Process fondamentaux[11][modifier | modifier le code]

En Junior-Entreprise, il existe cinq processus fondamentaux sur lesquels reposent chaque structure.

La Gestion Associative[modifier | modifier le code]

Ce process fait référence à la gestion quotidienne et administrative de la structure. On y retrouve, par exemple, la gestion des adhérents, le processus de déclaration en préfecture, l’organisation des différentes réunions (Assemblée Générale, Conseil d’Administration...)

La Trésorerie[modifier | modifier le code]

Le process de trésorerie comprend notamment la gestion du budget, l’archivage des données de trésorerie (factures...) et la gestion des déclaratifs sociaux et fiscaux.

Le processus de Recrutement-Formation-Passation (RFP)[modifier | modifier le code]

Ce process est crucial pour une Junior-Entreprise car il garantit sa pérennité. Il traite en effet de la manière dont les futurs membres sont recrutés, des moyens mis en place pour qu’ils gagnent en compétence et soient aptes à reprendre la structure lors du changement d’équipe.

Le Développement Commercial[modifier | modifier le code]

Les Junior-Entreprises étant en relation avec des entreprises, ce process regroupe les moyens mis en place pour être visible auprès de celles-ci, les outils de prospection utilisées, ou encore la stratégie commerciale de la structure.

Le Suivi d’Études[modifier | modifier le code]

On retrouve dans ce process les différents documents types ainsi que les rôles de chacun dans le suivi d’études, du début jusqu’à la fin de celle-ci.

Processus d’intégration pour devenir Junior-Entreprise[modifier | modifier le code]

Avant d’obtenir la marque Junior-Entreprise, une structure doit passer plusieurs marques, chacune ayant des critères d’obtention définis.

Elle est tout d’abord considérée Hors-Mouvement. Puis, elle peut postuler et intégrer le mouvement en tant que Junior-Création si elle est notamment composée de 3 personnes, a déposé ses statuts en préfecture, dispose de numéros de SIRET, APE, TVA et URSSAF, ainsi que d’un compte bancaire et a au moins une étude en cours.

L’étape suivante est la marque Pépinière Junior-Entreprise, avec là encore certains critères à remplir, puis vient le passage de marque Junior-Entreprise.

Si une Junior-Entreprise ne remplit plus les critères d’exigence liés à la marque, elle peut être rétrogradée au rang de Junior-Initiative. 

Le profil Junior-Entrepreneur[modifier | modifier le code]

Les étudiants ayant travaillé en Junior-Entreprise y acquièrent certaines compétences qui leur permettent de se démarquer des autres étudiants de leur école. Ces compétences viennent de leur engagement associatif[12], de la gestion semi-professionnelle de l’association[13] (fonctionnement par pôles, processus, audit annuel...), des formations reçues lors de congrès, des relations clients, ou bien tout simplement de l’application des enseignements lors de la réalisation de mission pour des clients. Cette expérience est ainsi souvent mise en avant sur leur CV[14] ou lors d’entretiens d’embauche. Pour le Junior-Entrepreneur administrateur de la structure, son engagement associatif va lui permettre de “mobiliser ses savoirs, développer ses savoir-faire et affiner son savoir-être”[15].

Face à la problématique client, il doit mobiliser ses connaissances théoriques pour répondre au besoin, après avoir écouté et assimilé celui-ci. Sa posture est celle d’un entrepreneur, pro-actif et innovant.

Le Junior-Entrepreneur adopte ensuite un posture managériale avec la planification et le suivi de projet. Il contrôle les avancées et les résultats obtenus afin d’assurer la satisfaction client et s’occupe de gérer les intervenants. Cette dernière partie peut s’avérer complexe car les intervenants sont souvent des étudiants de même niveau, voire des amis. Mais cela est d’autant plus formateur car cette situation demande de développer son objectivité, sa diplomatie, et de prendre du recul par rapport aux actions menées. Enfin le Junior-Entrepreneur est constamment amené à faire des choix, pour le client ou la structure, ce qui engendre une certaine responsabilisation. Couplée à la diversité des situations rencontrées par le Junior-Entrepreneur au sein de sa structure, cette prise de responsabilité représente un véritable gain en maturité et professionnalisme.

Certificat[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, les Junior-Entrepreneurs ont l’opportunité de faire valider les compétences acquises au cours de leur expérience en Junior-Entreprise à travers le Certificat Junior-Entrepreneur[16],[17]. Celui-ci, développé en partenariat avec PEPITE France et la FNEGE, est reconnu par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et les professionnels du recrutement. 

Le mouvement des Junior-Entreprises[modifier | modifier le code]

En France : la Confédération nationale des Junior-Entreprises[modifier | modifier le code]

Souhaitant contribuer le plus largement et le plus efficacement à la promotion de leur concept, les Junior-Entreprises (J.E.) se sont fédérées au sein de la Confédération nationale des Junior-Entreprises (CNJE) dès 1969 (deux ans après la création de Junior ESSEC, la première Junior-Entreprise).

De six associations en 1969, elles sont désormais 180 Junior-Entreprises affiliées à la CNJE qui dispose de 5 missions majeures :

  • Elle développe le mouvement des Junior-Entreprises : accueil de nouvelles associations, promotion du concept hors de nos frontières, évangélisation dans tous les établissements d’enseignement supérieur…
  • Elle forme et accompagne les Junior-Entreprises afin d’assurer à leurs clients un bon niveau de qualité : audit des prestations ; réalisation et mise en application de la charte de déontologie du mouvement…
  • Elle promeut le concept et la marque Junior-Entreprise (marque déposée), le profil de Junior-Entrepreneur et l’esprit d’entreprendre.
  • Elle organise et diffuse les partages de savoirs et retours d’expérience, anime et fédère les 180 Junior-Entreprises, notamment autour d’événements régionaux comme nationaux…[18]
  • Elle assure que l’esprit d’entreprise partagé et véhiculé par les Junior-Entreprises est le moteur d’un engagement individuel et d’un sens des responsabilités collectif : 19 000 étudiants réalisent ainsi 2 900 projets par an…

La Confédération Nationale des Junior-Entreprises est, tout comme les Junior-Entreprises, une association loi 1901 dirigée par un Conseil d’Administration composé d’étudiants bénévoles ; ils sont issus des différentes Junior-Entreprises de France et sont chargés de mettre en œuvre la stratégie présentée chaque année à l’Assemblée Générale de la CNJE constituée des différents Présidents de Junior-Entreprises.

Le mouvement des Junior-Entreprises en France :

  • 87 villes ;
  • 180 Junior-Entreprises ;
  • 2 900 projets ;
  • 2 600 étudiants « administrateurs » ;
  • 19 000 étudiants « intervenants » ;
  • 7,6 millions d’euros de chiffre d'affaires cumulé.

En Europe : JADE[modifier | modifier le code]

JADE (Junior Association for Development in Europe) est la Confédération Européenne des Junior-Entreprises. Elle a été fondée en 1992 par la Confédération Nationale des Junior-Entreprises (confédération française) avec les confédérations allemande, espagnole, néerlandaise, portugaise, italienne et suisse, comme association internationale à but non lucratif et non partisan. JADE contribue à la mise en place de nouvelles confédérations nationales et encourage l’échange des connaissances et des compétences de gestion entre ses membres. JADE a également pour mission de représenter le mouvement des Junior-Entreprises auprès des organismes politiques européens comme le Parlement Européen et la Commission Européenne.

Toutes les Juniors européennes ont l’occasion de se retrouver quatre fois par an lors des JADE Conferences. Ces conférences proposent des moments d’échanges, des workshops, des talks dispensés par des Juniors et des partenaires privés de JADE.

Le réseau JADE compte aujourd’hui onze confédérations membres : la CNJE (France), UniPartners(Pays-Bas), BDSU (Allemagne), JADE Italia, JADE Switzerland, JADE Austria, CEJE (Espagne), JADE Portugal, JADE Belgium, JADE Poland, JADE Romania ; ainsi que trois membres consultatifs (Junior-Entreprises d'un pays sans confédération) : HandelsConsulting (Suède), Next (Croatie), Westminster Business Consulting UK (Royaume-Uni).

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Hors d'Europe, les Junior-Entreprises sont aussi très actives au Brésil (la confédération brésilienne Brasil Júnior représentant pas moins de 28 000 Junior-Entrepreneurs) et commencent à émerger dans des pays comme l’Argentine, le Chili, le Mexique et certains pays d’Afrique sub-saharienne comme le Cameroun. Le concept Junior-Entreprise existe aussi au Maroc avec la Confédération des Junior-Entreprises Marocaines. On trouve une trentaine de Junior-Entreprises en Tunisie organisées par une confédération nationale Junior Enterprise of Tunisia (JET)[19] . Une première Junior Entreprise a ouvert en 2012 au Canada : Junior Enterprise Desautels à l'Université McGill à Montréal. Elle a été rejoint par deux autres Juniors de Montréal pour former Junior Consulting Confederation of Canada (JC3).

Au Cameroun il existe depuis 2012 une confédération nationale dénommée Junior Entreprise Cameroun[20] (JECam). De nos jours il existe 8 Junior-Entreprises, 4 Junior-Initiatives et de nombreuses Junior-Créations.

Les Juniors du monde entier se retrouvent une fois tous les deux ans lors de la Junior Enterprise World Conference (JEWC). L’édition de 2016[21] a rassemblé pas moins de 4000 personnes à Florianópolis au Brésil. Les Junior Entrepreneurs fêtent également le Junior Enterprise World Day (JEWD) qui a lieu tous les 22 novembre et qui célèbre la journée mondiale des Junior-Entreprises.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Adrien de Tricornot, « Les « Junior-Entreprise » essaiment dans les universités », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. « A Sciences Po Lyon, la junior entreprise veut « casser son image capitaliste » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  3. « La junior entreprise: une bonne idée pour les start-up? », LEntreprise.com,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Tout ce que vous devez savoir sur les Junior-Entreprises », http://www.chefdentreprise.com/, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  5. Rapport d’activité 2015-2016 de la CNJE
  6. « Nos Domaines de Compétences », sur Centrale Nantes Études - Junior-Entreprise de l'école (consulté le 13 février 2016)
  7. « Et si vous faisiez travailler une Junior Entreprise ? », http://www.e-marketing.fr/, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  8. « Le concept de Junior-Entreprise », sur Centrale Nantes Études - Junior-Entreprise de l'école (consulté le 13 février 2016)
  9. « Domaines d’activité », Confédération Nationale des Junior-Entreprises, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  10. Prisma Media, « Leçon pour le créateur d'entreprise : confier son étude de marché à des étudiants », sur Capital.fr (consulté le 28 décembre 2016)
  11. « Créer sa Junior-Entreprise », Confédération Nationale des Junior-Entreprises, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  12. « Junior-Entreprise : devenez entrepreneur avant l'heure », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  13. « Intégrer une junior-entreprise : qu’est-ce que ça peut m’apporter ? », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  14. « Junior-entreprises : pour les étudiants qui ont soif d'entreprendre », Réussir sa vie : des pistes de réflexion pour construire son projet de vie, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  15. « Vers un archétype du Profil Junior-Entrepreneur | UPSILON Blog », sur upsilon-toulouse.fr (consulté le 28 décembre 2016)
  16. « Le certificat Junior-Entrepreneur est lancé ! | Initiative Remarquable », sur initiativeremarquable.com (consulté le 28 décembre 2016)
  17. « Junior-Entrepreneur », vous connaissez ?, sur www.andrh.fr (consulté le 28 décembre 2016)
  18. « Centrale Nantes Études et les Junior-Entreprises Nantaises organisent le JOM et le CRA Ouest 2015. », sur Centrale Nantes Études - Junior-Entreprise de l'école (consulté le 13 février 2016)
  19. « L'insertion des jeunes dans la vie active : Objectif premier de la Junior Entreprises of Tunisia », Espace Manager, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  20. « Junior entreprise Cameroun - HELLO WORLD!!! », HELLO WORLD!!!,‎ (lire en ligne)
  21. (en) « JEWC 2016 - Junior Enterprise World Conference », sur JEWC 2016 (consulté le 28 décembre 2016)