Confédération nationale des Junior-Entreprises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Confédération Nationale des Junior-Entreprises
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique association loi 1901
But Favoriser l'insertion professionnelle des étudiants
Zone d’influence National
Fondation
Fondation 1969
Identité
Siège 6 rue des Immeubles Industriels - 75011 PARIS
Président Romain TANGUY (depuis le )
Vice-président Antonin PEDOTTI et Samuel TAMBA
Secrétaire général Alix PIRAT
Trésorier Arnaud SCHIL
Affiliation européenne JADE
Méthode 2 200 prestations de services réalisées par an par les 180 Junior-Entreprises de France
Volontaires 25 bénévoles (CNJE) ; environ 2 600 administrateurs dans les Junior-Entreprises
Membres 180 associations, 19 000 étudiants fédérés
Employés 2 (CNJE)
Slogan Les talents de demain, aujourd’hui
Site web junior-entreprises.com

La Confédération Nationale des Junior-Entreprises (CNJE) est une association loi 1901 fédérant les Junior-Entreprises françaises.

En France, elle est titulaire des marques Junior-Entreprise, J.E., Junior-Création, Pépinière Junior-Entreprise, Junior-Initiative et Junior-Entrepreneur. Toutes ces marques sont déposées[réf. souhaitée] auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) par la CNJE.

Les Junior-Entreprises se définissent comme un vecteur d’employabilité et d’engagement des étudiants en leur permettant d’apporter des services de qualité aux entreprises en s’appuyant sur leur formation et en développant leurs savoirs.[non neutre]

Le concept, créé en France, est aujourd’hui présent dans le monde entier, avec notamment une forte présence au Brésil[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (avril 2017).

En 1967 apparaît la première Junior-Entreprise[2], Junior ESSEC, à l'initiative d'étudiants de l'ESSEC. Rapidement, le concept de Junior-Entreprise se diffuse dans la plupart des grandes écoles de commerce et d'ingénieurs, puis dans les écoles de communication, d'agronomie et les universités.

La CNJE est créée en 1969, à Paris, par 6 Junior-Entreprises des établissements suivants : ESC Bordeaux, ESC Amiens, ESC Montpellier, ESC Rouen, ESSEC, et Skema Business School. Elle fonctionne selon le principe d'une association loi 1901, avec un bureau exécutif.

Dès 1975, la CNJE donne lieu aux premières négociations avec le Ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, et en 1984, Pierre Bérégovoy, alors Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, définit le cadre fiscal des Junior-Entreprises.

De 1986 à 1988, le procès de Mines Etudes et Projets (J.E. des Mines de Saint-Étienne) avec les URSSAF conduit à l’arrêté[3] de 1988 du Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité. Il donne un statut social dérogatoire avantageux aux Junior-Entreprises. Ainsi, les Junior-Entreprises peuvent proposer des services à prix intéressants pour les entreprises, tout en rémunérant convenablement les étudiants.

En 1992, JADE, la Confédération Européenne des Junior-Entreprises est créée par la CNJE.

La même année, un code de déontologie est mis en place, qui connaîtra une réforme en 1998 pour être basé sur deux exemples : l’étude de marché et la conception de logiciels.

Entre 1996 et 2003, les compétences du mouvement sont réduites (architectes, juristes, vétérinaires…).

En 2002, la charte de déontologie est créée. La « déontologie » et la « qualité » sont séparées.

En 2004, la CNJE créé le Club Junior-Entreprises, la tribune des Junior-Entrepreneurs. Il réunit des invités de renom pour éclairer les Junior-Entrepreneurs sur les grands enjeux économiques et sociétaux. Parmi ces invités, on retrouve Valery Giscard d’Estaing[4], Valérie Fourneyron[5], ou encore Bill Gates[6].

En 2005, la CNJE met à disposition de ses membres 100 % J.E., un outil d’aide à la gestion de Junior-Entreprise.

En 2006, BNP Paribas devient partenaire de la CNJE.

En 2009, la Confédération rénove son identité visuelle et ses messages, en étant résolument tournée vers la marque Junior-Entreprise. Le mouvement s’ouvre de manière importante vers les Universités[7].

En 2010, un nouvel extranet, Kiwi[8], vient fédérer les Junior-Entreprises. Le diplôme de Junior-Entrepreneur[9] voit le jour.

En 2011, un partenariat est signé avec Alten[10].

En 2012, Talents.Je, un réseau social interne pour tous les Junior-Entrepreneurs anciens et nouveaux, a été créé. Chaque Junior peut gérer son propre réseau d'anciens via un onglet privé. Ce réseau permet aussi la diffusion d'offres de stage ou d'emplois de nos partenaires.

La CNJE signe un partenariat avec ENGIE[11] en 2013, puis avec EY[12] l’année suivante.

En 2015, JobTeaser vient remplacer Talents.Je pour offrir aux Junior-Entrepreneurs une plateforme avec des offres de stages et d’emplois qui leur sont réservées. Une charte de déontologie[13] est signée avec le Conseil National de l’Ordre des Architectes, et l’architecture est de nouveau un domaine de compétences ouvert aux Junior-Entreprises.

En 2016, la Confédération se dote d’une stratégie sur 4 ans : Faire bénéficier à 25 000 étudiants de l’expérience Junior-Entreprise. Pour accompagner cette stratégie et renforcer l’image de marque des Junior-Entreprises, la CNJE a également renouvelé son identité visuelle[14].

La CNJE a vu en 40 ans la création de plus de 180 structures. En effet, de 1969 à 1980, il y avait 40 structures au sein du mouvement. De 1980 à 1990, sont créées 80 structures de plus. La CNJE compte aujourd’hui environ 180 structures, Junior-Entreprises, Junior-Initiatives, Pépinière Junior-Entreprises ou Junior-Créations.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La CNJE est composée d’une équipe d’une trentaine de personnes, des étudiants et anciens Junior-Entrepreneurs, mais aussi quelques salariés. Les membres du pôle présidence travaillent à temps plein pour la CNJE dans le cadre d’un service civique, tandis que les autres membres sont bénévoles.

Le bureau et le Conseil d’Administration (CA) sont élus chaque année lors de l’Assemblée Générale des Présidents (AGP) de juin, qui regroupe les présidents des Junior-Entreprises de France. Ils s’occupent de la gestion de la confédération et du développement du mouvement, avec l’aide de chargés de mission.

La CNJE repose sur un fonctionnement par pôles, à savoir :

  • Animation du Mouvement, il gère les remontées et descentes d’informations entre les Juniors et la CNJE ;
  • Audit, il contrôle le respect du cadre légal, notamment via l’organisation des campagnes d’Audit-Conseil ;
  • Communication Externe, il s’occupe principalement des relations presse ;
  • Conseil et Formation, il répond aux questions des Juniors et gère l’offre de formation de la CNJE ;
  • Développement du Mouvement, il donne les clés aux Juniors pour leur développement commercial ;
  • Événementiel, il organise les différents événements de la CNJE et accompagne les Juniors en organisant ;
  • International, il représente la CNJE auprès de JADE et des autres confédérations de Junior-Entreprises à l’étranger ;
  • Systèmes d’Information, il est chargé de la gestion et du suivi de tous les systèmes d’information utilisés par l’équipe de la CNJE et pour les Juniors ;
  • Suivi, il s’occupe des jeunes structures et des structures en difficulté.

Les responsables de pôle siègent au conseil d’Administration aux côtés du bureau composé du pôle présidence (président(e) et vice-président(e)(s)), du trésorier et du secrétaire général.

Dernières présidences[modifier | modifier le code]

  • 2006-2007 : Pierre-Loïc Benoit
  • 2007-2008 : Cédric Legros
  • 2008-2009 : Charles Bret
  • 2009-2010 : Olivier Fournier
  • 2010-2011 : Frédéric Astier
  • 2011-2012 : Matthias Brottier
  • 2012-2013 : Victoire Migeot
  • 2013-2014 : Julien Combret
  • 2014-2015 : Anina Munch
  • 2015-2016 : Camille Delesalle
  • 2016-2017 : Romain Tanguy

Missions[modifier | modifier le code]

La CNJE s’est donné cinq principales missions :

Développer le mouvement des Junior-Entreprises, que ce soit par l’intégration de nouvelles structures ou par de la communication auprès d’établissements d’enseignement supérieur et d’institutions, ou encore à l’international.

Former et accompagner les Junior-Entrepreneurs et veiller à la qualité de leurs prestations auprès des entreprises grâce à un audit annuel.

Promouvoir la marque Junior-Entreprise et son concept ainsi que le profil Junior-Entrepreneur.

Organiser et diffuser les savoirs, faire profiter à chacun des retours d’expérience des autres membres, et les fédérer au cours d’événements d’ampleur régionale ou nationale.

S’assurer que l’esprit d’entreprise est le moteur d’un engagement individuel et d’un sens des responsabilités collectives.

La marque Junior-Entreprise[non neutre][modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Décernement de la marque Junior-Entreprise[modifier | modifier le code]

Pour obtenir la marque Junior-Entreprise, une association doit respecter plusieurs conditions :

  • une équipe d’au moins 4-5 personnes motivées, cependant seuls les trois membres du bureau (président, trésorier, et secrétaire général) sont indispensables à la création de la structure ;
  • un projet bien défini (domaine de compétences, …) ;
  • appartenir à un établissement de l’enseignement supérieur reconnu par l’Etat dispensant une formation BAC+3 minimum;
  • le soutien de son établissement.

Avant d’être labellisée Junior-Entreprise, chaque structure doit obtenir les marques Junior-Création puis Pépinière Junior-Entreprise, et répondre au niveau d’exigence correspondant. Pour cela, les jeunes structures bénéficient d’un accompagnement par le pôle Suivi de la CNJE.

Audit-Conseil annuel[modifier | modifier le code]

La CNJE audite chaque année toutes ses structures pour vérifier qu'elles respectent bien les critères de qualité et de déontologie du mouvement. La comptabilité, comme le suivi administratif des clients, ou l'apport pédagogique indispensable pour chaque étude ou projet, sont des éléments vérifiés scrupuleusement.

L'ensemble de ces critères sont définis dans un référentiel exigeant et de haute qualité. Lorsqu'une structure ne respecte pas ce référentiel ou dévie de celui-ci des rappels fermes lui sont fait. Ces structures bénéficient alors d'un accompagnement personnalisé leur permettant de corriger au plus vite les erreurs et rejoindre le standard de qualité que représente les Junior-Entreprises.

Dans des cas plus rares, où la structure n'arrive pas à se maintenir à ces standards, elle est rétrogradée au rang de Junior-Initiative puis, si elle persiste, elle est radiée du mouvement et n'a donc plus le droit d'utiliser les marques déposées par la CNJE (Junior-Entreprise, Junior-Initiative…).

Au-delà d’une simple logique de contrôle, la CNJE est orientée de façon à promouvoir la mise en place d’un Système de Management de la Qualité performant au sein de ses structures, à la fois pour optimiser leur organisation interne et pour garantir à leurs clients une pleine satisfaction. Cette orientation suit deux axes principaux :

L’audit des structures est effectué par des Junior-Entrepreneurs ayant passé une série de tests et suivi des formations spécifiques afin d’obtenir le statut d’Auditeur-Conseil. Chaque Auditeur-Conseil se spécialise en Organisationnel ou Trésorerie, voire dans les deux compétences pour certains.

Le Prix d'Excellence[modifier | modifier le code]

Chaque année, le Comité d'Orientation Stratégique de la CNJE et Les Échos présentent la liste des 30 meilleures Junior-Entreprises de France et remettent à la meilleure J.E. le Prix d'Excellence.

Les Junior-Entreprises candidates sont évaluées sur la base de la Roadmap de la J.E., d’une enquête de satisfaction auprès des clients, d’un diagnostic de la J.E. et enfin d’un Grand Oral. La Junior-Entreprise est distinguée notamment pour son exemplarité et pourra faire profiter aux autres Junior-Entreprises de leurs expérience et best-practices.

Liste des 8 derniers lauréats au Prix d'Excellence :

Événements[modifier | modifier le code]

Chaque année, la CNJE organise différents événements à destinations des Junior-Entrepreneurs.

Les congrès[modifier | modifier le code]

Deux Congrès Nationaux (CN), un en hiver (CNH) et un en été (CNE), rassemblent près de 1000 Junior-Entrepreneurs chacun. Les Junior-Entrepreneurs ont accès à des formations variées présentées par la CNJE et par les partenaires de l'organisation (EY, Alten, Engie, BNP Paribas ou encore Saint-Gobain)[20].

Le Prix d’Excellence et les vainqueurs des labels sont dévoilés lors de la soirée du gala du CNE[21].

Au niveau régional, deux congrès régionaux (CR) se déroulent tous les ans dans chacune des 8 régions CNJE, un en automne (CRA) et un au printemps (CRP), soit un total de 16 CR par an. Là encore, les Junior-Entrepreneurs bénéficient de formations de la CNJE et des partenaires. Les CR sont organisés par une ou plusieurs Juniors de la région, avec l’aide de la CNJE.

Les Assemblées Générales des Président (AGP)[modifier | modifier le code]

Cinq fois par an, les Présidents des Junior-Entreprises se réunissent lors des AGP afin d’échanger autour des actualités du mouvement (projets, événements,...) et de voter certaines décisions (passages de marque, décisions stratégiques, nouveau CA de la CNJE,...).

L’AGP de mars a lieu en région en parallèle d’un des congrès régionaux, les AGP de Juin et de Septembre sont organisées dans une Junior d’Ile-de-France, et les deux autres se déroulent lors des CN.

Les Conférences Junior-Entreprises (CJE)[modifier | modifier le code]

Anciennement Clubs Junior-Entreprises, les CJE sont des conférences organisées par les Junior-Entreprises autour de sujets d’actualités.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brasil Júnior, « Portal MEJ », sur www.brasiljunior.org.br (consulté le 17 octobre 2016)
  2. « Junior ESSEC Conseil - Cabinet de conseil », sur www.junioressec.com (consulté le 17 octobre 2016)
  3. « Arrêté du 20 juin 1988 portant fixation de l'assiette forfaitaire des cotisations de sécurité sociale dues pour l'emploi rémunéré de certains élèves d'établissements de l'enseignement supérieur | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 17 octobre 2016)
  4. Emploi-Collectivités, « L’INTERVIEW reçoit M. Valéry Giscard d’Estaing », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  5. « Le Club Junior-Entreprise recentre son expertise sur "L'insertion professionnelle des jeunes diplômés" - Monde des grandes écoles et des universités », Monde des grandes écoles et des universités,‎ (lire en ligne)
  6. « La leçon de Bill Gates aux étudiants français », sur lesechos.fr, (consulté le 17 octobre 2016)
  7. Yohan Abecassis, « Les Junior-Entreprises surfent sur la crise », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  8. « La CNJE lance Kiwi ! », sur www.facebook.com (consulté le 17 octobre 2016)
  9. « Un diplôme pour les « junior-entrepreneurs » », sur lesechos.fr, (consulté le 17 octobre 2016)
  10. http://www.alten.fr/wp-content/uploads/2013/11/CP-ALTEN-partenariat-Junior-Entreprises.pdf
  11. « ENGIE, nouveau partenaire Premium ! », Confédération Nationale des Junior-Entreprises,‎ (lire en ligne)
  12. « EY devient le nouveau partenaire des Junior-Entreprises », sur www.ey.com (consulté le 17 octobre 2016)
  13. « Plus de pratique pour les étudiants en architecture », Confédération Nationale des Junior-Entreprises,‎ (lire en ligne)
  14. « Révélation de la nouvelle identité Junior-Entreprise », sur Vimeo (consulté le 17 octobre 2016)
  15. « ETIC INSA Technologies : meilleure junior-entreprise de France ! », Lyon INSA,‎ (lire en ligne)
  16. « La meilleure junior entreprise de France est toulousaine », Le Figaro Etudiant, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  17. « La meilleure Junior-Entreprise de France et d'Europe est à l'ESC Toulouse ! », sur www.studyramagrandesecoles.com (consulté le 17 octobre 2016)
  18. « Lauréats des labels et du Prix d’Excellence 2011 : l’innovation et la performance des Junior-Entreprises récompensées - Monde des grandes écoles et des universités », Monde des grandes écoles et des universités,‎ (lire en ligne)
  19. Danelo, « Historique du Prix d’Excellence des Junior-Entreprises | Actu Junior-Entreprise - ERP pour Junior-Entreprise », sur www.siaje.com (consulté le 17 mai 2017)
  20. « Nos partenaires », Confédération Nationale des Junior-Entreprises, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  21. « Les 30 meilleures junior-entreprises de France dévoilées », Le Figaro Etudiant, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)