Julia Sørensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julia Sørensen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité

Julia Sørensen, née en 1979 à Constance est une artiste et auteure suisse.

Diplômée de l'École supérieure des Beaux-arts de Genève (2005), elle développe un travail d'écriture souvent fragmentaire et visuelle[1]. Dans son travail plastique, elle déploie l'écriture sur d’autres supports que le livre, tels que le mur d'exposition et le vêtement. Elle est également éditrice au sein du comité des éditions art&fiction. En 2012, La Ville de Genève lui a décerné la Bourse d'aide à l'écriture pour nouvel auteur.

Publications[modifier | modifier le code]

Textes, récits
  • Julia Sørensen, Cocon-fort, Genève, Éditions des sauvages, , 110 p. (ISBN 978-2-940514-01-4)
  • Julia Sørensen, Sans un je, Lausanne, art&fiction, coll. « ShushLarry », , 110 p. (ISBN 978-2-940377-19-0)
  • Julia Sørensen, Segments de plomberie aléatoire, Genève, Héros-limite, coll. « Courts lettrages », , 44 p. (ISBN 2-940358-06-0)
  • Julia Sørensen, Parfois disparaître, Mazamet, Babel éditeur,
Textes édités dans des ouvrages collectifs, revues, revues en ligne

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2010 Mode de vie, une bibliothèque, Halle Nord, Genève
  • 2011 Mur exquis, Halle Nord, Genève
  • 2011 Chiens écrasés (video), Rodeo12, Genève
  • 2016 No Walk, No Work, CACY, Centre d'Art Contemporain d'Yverdon-les-Bains

Prix, bourses et résidence[modifier | modifier le code]

  • 2012 Bourse d'aide à l'écriture pour nouvel auteur de La Ville de Genève
  • 2012 Prix Studer-Ganz

Références[modifier | modifier le code]

  1. «Comme beaucoup de jeunes auteurs, Julia Sørensen est aussi plasticienne, issue de la HEAD à Genève: son écriture est très visuelle, qu’elle décrive des scènes de la vie de tous les jours ou qu’elle livre ses doutes et ses mésaventures.», Isabelle Rüf, «Julia Sørensen:«J’ai le mal de plusieurs pays à la fois, mais rarement», in: Le Temps, 29.12.2012

Liens externes[modifier | modifier le code]