Jules Brisson (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jules Brisson.
Jules Brisson
Jules Brisson.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Membre de

Jules Brisson est un éditeur de presse, un journaliste et un écrivain français, né en 1828 à Cabara (Gironde), mort en 1902.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Brisson est né dans une famille de propriétaires terriens à Cabara, village proche de Bordeaux. Il fait des études secondaires de littératures et de mathématiques, tout en envoyant des vers au journal local.

En 1847, il part à Paris, puis en Italie, avant de revenir en 1851 à Bordeaux, pour devenir journaliste à la Tribune de la Gironde, où il se fait remarquer par des polémiques anticléricales[1]. Au début du Second Empire, la plupart des rédacteurs du journal doivent s’exiler.

Il fonde ensuite le journal Les Salons de Paris et collabore un peu plus tard au quotidien Le Siècle, à l’âge de 30 ans. Il est, en 1883, le fondateur de la revue hebdomadaire Les Annales politiques et littéraires, revue éclectique mêlant politique et chroniques littéraires, puis en avril 1883 du Journal de l'Université des Annales, avec son fils Adolphe Brisson (1860-1925).

Jules Brisson est le grand-père de Pierre Brisson, qui dirigea Le Figaro et le beau-père d'Yvonne Sarcey, la fille du critique dramatique et journaliste français Francisque Sarcey (1827-1899).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Premiers Chants, 1847
  • Essai pratique sur les moyens d'organiser le travail, 1848
  • Giorgio, 1848
  • La Majorité parlementaire, 1849
  • Adonaï, pages contemporaines, 1850
  • Chants élégiaques, 1852
  • Épître à M. de Lamartine sur ses détracteurs, 1858
  • Jean Balthasar, ou le Philosophe millionnaire, 1858
  • Chemin de fer de l'Entre-deux-mers, 1860
  • De l'organisation communale, 1861
  • De l'influence de l'homme de lettres sur la société, étude philosophique et littéraire, 1862
  • Mélanges politiques et littéraires, 1900

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Méridionaux : galerie des contemporains, par Fernand Lagarrigue, page 88

Liens externes[modifier | modifier le code]