Juan Carreño de Miranda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Juan Carreño de Miranda
Carreño de miranda-autorretrato.jpg
Autoportrait, vers 1680.
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Madrid, Espagne Drapeau : Espagne
Nom de naissance
Juan Carreño de MirandaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Espagnol Drapeau de l'Espagne
Activité
Maître
Mécènes

Juan Carreño de Miranda (Avilés, - Madrid, ) est un peintre espagnol, de la cour de Philippe IV et surtout de Charles II dont il fut le plus célèbre portraitiste.

Biographe[modifier | modifier le code]

Né à Avilés dans les Asturies, il est le fils d'un peintre du même nom, Juan Carreño de Miranda. Sa famille s'installe à Madrid en 1623, où il se forme à la fin des années 1620 comme apprenti de Pedro de Las Cuevas et Bartolomé Román. Il se fait connaitre de Velázquez pour son travail dans le cloître de Doña María de Aragón et dans l'église d'El Rosario. En 1658, Carreño est embauché comme adjoint d'une commission royale pour peindre des fresques dans l'Alcázar royal de Madrid, qui sera détruit dans un incendie en 1734.

En 1671, après la mort de Sébastien de Herrera, il est nommé peintre de la cour attitré à la reine (pintor de Cámara) et commence à peindre surtout des portraits. Il refuse d'être fait chevalier de l'ordre de Santiago, en disant que sa peinture n'a pas besoin d'honneurs, il peut les donner à tout le monde. Il est principalement resté célèbre comme portraitiste. Ses élèves ont été Mateo Cerezo principale, Cabezalero, Donoso, et Sotomayor Ledesma.

Il meurt à Madrid.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Noble par filiation, il avait une compréhension du fonctionnement et de la psychologie de la cour royale qu'aucun peintre avant lui n'eut, réalisant des portraits de la famille royale espagnole comme un témoignage sans précédent de son temps. La plupart de ses travaux sont des portraits de la famille royale et la cour, mais il laissa des retables, et des premières œuvres commandées principalement par l'Église.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Portrait de Femme », sur Musée de Boston
  2. (es) « Madeleine pénitente », sur Base ceres
  3. (es) « Assomption de la Vierge », sur Musée de Bilbao
  4. (es) « Ines de Zuniga », sur Musée Lázaro Galdiano
  5. Messe de fondation, Louvre
  6. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions, , 384 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 468
  7. (es) « Marie-Anne d'Autriche », sur Musée du Prado
  8. (es) « Charles II », sur Musée du Prado
  9. « Duc de Pastrana », sur Musée du Prado
  10. (es) « Ambassadeur de Russie », sur Musée du Prado

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]