Jorunna funebris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jorunna funebris

Description de l'image Jorunna funebris Réunion.JPG.
Classification
Règne Animalia
Sous-règne Eumetazoa
Embranchement Mollusca
Classe Gasteropoda
Sous-classe Opisthobranchia
Ordre Nudibranchia
Sous-ordre Euctenidiacea
Super-famille Doridoidea
Famille Discodorididae
Genre Jorunna

Nom binominal

Jorunna funebris
Kelaart [1],[2], 1859

Synonymes

  • Discodoris wetleyi, Allan, 1932
  • Doris funebris, Kelaart, 1859 (nom originel)
  • Jorunna zania Ev., Marcus, 1976
  • Kentrodoris annuligera, Bergh, 1876
  • Kentrodoris funebris, Kelaart, 1859
  • Kentrodoris gigas, Bergh, 1876
  • Kentrodoris maculosa, Eliot, 1906

Jorunna funebris une espèce de nudibranche de la famille Discodorididae.

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce peut mesurer plus de 8 cm.

Le corps est ovale et d'aspect trapu. La couleur de fond du manteau est blanche et avec des taches circulaires noires à brunes ou bordeaux réparties un peu partout sur le manteau, leur taille et leur nombre variant d'un individu à l'autre. L'ensemble du manteau semble couvert de papilles mais ce sont en fait des spicules ou caryophyllidia. Le bord du manteau peut être ponctué de taches noires à brunes. Le pied est rarement visible. Les rhinophores sont lamellés et bruns à noirs quant au bouquet branchial il est translucide et surligné de noir ou de brun[3].

La ponte est blanche.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre dans la zone tropicale Indo/Ouest-Pacifique[4].

Son habitat correspond à la zone récifale, sur les sommets ou sur les pentes jusqu'à la zone des 10 m de profondeur[4] avec une prédilection pour les zones sombres comme les surplombs et les zones sablonneuses.

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Ce Jorunna est benthique et est observable aussi bien de jour que de nuit[4].

Jorunna funebris se nourrit principalement d'éponges bleues, comme Haliclona sp, Xestospongia et Euplacella[4].


Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P.L. Beesley, G.J.B. Ross et A. Wells, Mollusca-The southern synthesis, vol.5,‎ (ISBN 0-643-05756-0)
  • David Behrens, Nudibranch behaviour,‎ (ISBN 978-1878348418)
  • Gary Cobb et Richard Willan, Undersea jewels- a colour guide to nudibranchs,‎ (ISBN 0642568472)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Camacho-Garcia Y.E. & Gosliner T.M. (2008) Systematic revision of Jorunna Bergh, 1876 (Nudibranchia: Discodorididae) with a morphological phylogenetic analysis. Journal of Molluscan Studies 74:143-181, redescription de l'espèce.
  2. Kelaart, E.F. (1858). Description of new and little known species of Ceylon nudibranchiate molluscs and zoophytes. Journal of the Ceylon Branch of the Royal Asiatic Society, Columbo, 3(1): 84-139.
  3. DORIS, consulté le 20 mars 2014
  4. a, b, c et d World Register of Marine Species, consulté le 20 mars 2014