Jordi Soler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jordi Soler
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Jordi Soler (1963 près de Veracruz au Mexique - ) est un journaliste et un écrivain mexicain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jordi Soler est né dans une communauté d'exilés catalans fondée par son grand-père à la fin de la guerre civile espagnole.

Écrivain, journaliste et critique de rock, Jordi Soler collabore aux plus importantes publications mexicaines et espagnoles (La Jornada, Reforma, El Pais, Letras Libres). Il a été attaché culturel en Irlande de 2000 à 2003, avant de s'installer à Barcelone où il vit actuellement.

Il est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes ainsi que de nombreux romans.

Recueils de poèmes[modifier | modifier le code]

  • El corazón es un perro que se tira por la ventana (1993)
  • Ola perdida (2000)
  • La novia del soldado japonés (2001)

Romans[modifier | modifier le code]

  • Bocafloja (1994)
  • La corsaria (1996)
  • Nueve Aquitania (1999)
  • La mujer que tenía los pies feos (2001)
  • Los rojos de ultramar (2004)
  • La última hora del último día (2007)
  • La fiesta del oso (2009)
  • Diles que son Cadáveres (2011)
  • La Guerra Perdida (2012)
  • Restos Humanos (2013)
  • Ese príncipe que fui (2015)

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Les Exilés de la mémoire, [« Los rojos de ultramar »], trad. de Jean-Marie Saint-Lu, Éditions Belfond, 2007, est un récit partiellement autobiographique qui évoque le destin de son grand-père Arcadi, artilleur républicain exilé au Mexique après la victoire de Franco.
  • La Dernière Heure du dernier jour, [« La última hora del último día »], Éditions Belfond, 2008, prolonge la quête autobiographique en dépeignant la vie d'immigrés catalans exilés au fin fond de la jungle mexicaine, à "La Portuguesa", plantation de café conçue comme un îlot d'utopie après la défaite des républicains en Espagne.
  • La Fête de l'ours, [« La fiesta del oso »], Éditions Belfond, 2011 - Qu'est devenu Oriol, le frère de son grand-père Arcadi ?
    Prix littéraire des jeunes Européens 2012[1].
  • Dis-leur qu’ils ne sont que cadavres, [« Diles que son Cadáveres »], Éditions Belfond, 2013
  • Restos humanos, [« Restos humanos »], Éditions Belfond, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]