Jordi Arquer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jordi Arquer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Jordi Arquer i Saltor (Barcelone, 1907 - Perpignan, 1981) est un écrivain et homme politique catalan.[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Barcelone, Jordi Arquer s'engage activement en politique. Il participe à la constitution du Parti communiste catalan[2], il est un membre actif du Centre Autonomista de Dependents del Comerç i de la Indústria (CADCI)[3] pendant la dictature de Miguel Primo de Rivera. En 1927, il est un des fondateurs du Cercle d’Estudis Marxistes. A la chute de la dictature, il devient un des fondateurs du Bloc Obrer i Camperol (BOC) - Bloc ouvrier et paysan - parti communiste anti-stalinien en 1930. Le BOC fusionnera en 1935 avec le parti Gauche communiste d'Espagne pour former le POUM, Parti ouvrier d'unification marxiste dont Jordi Arquer devient membre. Pendant la guerre civile, il dirige la colonne du POUM opérant sur le front de l'Aragon[4].

Il écrit dans plusieurs journaux : L'Hora, Treball, La Batalla, Front, L' Espurna et La Terra (organe de l' Unió de Rabassaires i Altres Cultivadors del Camp de Catalunya).

Il fait partie des accusés lors du procès du POUM en octobre 1938[5].

En janvier 1939, il part en exil en France à Perpignan. Il devient un membre actif du Moviment Socialista de Catalunya. Il prend part à la résistance à Lyon en 1941[6] puis s'exile au Mexique en 1942[5] où il continue ses activités militantes et ses collaborations à des revues : Endavant, L'Insurgent, Quaderns de l'exili , La Nostra Revista, Ressorgiment (revue mexicaine), Germanor (revue argentine)... Il revient en France en 1946 à Paris puis à Perpignan[6]. En 1977, il réside temporairement à Barcelone.

Il va réunir une importante bibliothèque sur la guerre civile espagnole et l'Espagne, acquise postérieurement par la Fondation Internationale d’Études Historiques et Sociales sur la Guerre Civile d’Espagne de 1936-1939 (FIEHS), établie à Perpignan mais constituée en Suisse[4]. Derrière la FIEHS, il y a la Fondation Jaume Bofill, qui finançait ses fonds, les locaux, le personnel... La bibliothèque de Jordi Arquer, réunie au cours de son long exil au Mexique et en France est aujourd'hui dispersée dans plusieurs bibliothèques : la Biblioteca del Pavelló de la República de l'Université de Barcelone conserve la correspondance[7] ainsi que les archives[8] de Jordi Arquer, la Bibliothèque de l'Universitat de Lleida conserve un fonds de livres[9] et la Bibliothèque Droit-Lettres de l'Université de Perpignan conserve un fonds de livres et un petit lot d'archives[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (ca) Los Comunistas ante el problema de las nacionalidades ibéricas, Barcelona, Panoramas Contemporáneos, coll. « Ediciones especiales de Panoramas contemporáneos », , 61 p..
  • (ca) De Pi i Margall, Barcelona, Edicions "l'Hora", , 32 p..
  • (ca) L’evolució del problema agrari a Rússia, Barcelona, Collecció Balagué, , 93 p..
  • (ca) Las interpretaciones del marxismo, Barcelona, Editorial Marxista, , 35 p..
  • (ca) Ode à Sant Jordi, Mexico, Ed. Biblioteca Estel, .
  • (ca) El futur de Catalunya i els deures polítics de l'emigració catalana, Mexico, Biblioteca catalana, , 115 p..
  • (ca) Fons Jordi Arquer : correspondencia (1939-1985), Catarroja, Afers, coll. « Els papers del Pavelló de la República », , 115 p. (ISBN 84-95916-29-0).

Traductions[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs traductions d'oeuvres d'auteurs marxistes[1].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Diccionari d'Història de Catalunya; ed. 62; Barcelona; 1998; (ISBN 84-297-3521-6); p. 64; entrada: "Arquer i Saltor, Jordi"
  2. « Jordi Arquer », sur La Bataille socialiste, (consulté le 12 septembre 2019)
  3. (ca) « Centre Autonomista de Dependents del Comerç i de la Indústria », dans Viquipèdia, l'enciclopèdia lliure, (lire en ligne)
  4. a et b « Jordi Arquer i Saltor | enciclopèdia.cat », sur www.enciclopedia.cat (consulté le 12 septembre 2019)
  5. a et b « Révolution dans la guerre d'Espagne : 1930-1939 / Wilebaldo Solano ; traduit du castillan par Olga Balaguer et Manuel Periañez - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le 13 septembre 2019)
  6. a et b « Retratos poumistas / Pepe Gutiérrez-Álvarez - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le 13 septembre 2019)
  7. Jordi Arquer, Correspondència personal i diversa de Jordi Arquer, (lire en ligne)
  8. Jordi Arquer, Documentació personal i professional, política i escrits diversos de Jordi Arquer, (lire en ligne)
  9. « Arquer », sur fonsespecials.sbd.udl.cat (consulté le 12 septembre 2019)
  10. « Bibliothèques - Fonds patrimoniaux », sur bu.univ-perp.fr (consulté le 12 septembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]