Jonathan Bennett (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jonathan Bennett
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Jonathan Francis Bennett (né le ) est un philosophe britannique, spécialiste de philosophie du langage et de métaphysique, et historien de la philosophie moderne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jonathan Bennett est né à Greymouth, en Nouvelle-Zélande, de Francis Oswald Bennett, médecin, et de Pearl Allan Brash Bennett, mère au foyer. Son père était un médecin et sa mère une femme au foyer[1] Il a étudié la philosophie à l'Université de Canterbury (anciennement le Canterbury University College) et y a obtenu sa maîtrise en 1953[2]. Il a alors intégré le Magdalen College de l'Université d' Oxford où il a obtenu son BPhil en 1955.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le premier poste académique de Bennett était en tant que Junior Lecturer à l'Université d'Auckland, en Nouvelle-Zélande (alors Auckland University College) (1952)[3]. Il est ensuite devenu professeur de philosophie au Haverford College (Pennsylvanie) (1955-56), puis maître de conférences en sciences morales ("moral science" relevant de la philosophie) à l'Université de Cambridge (1956-1968). Il a ensuite enseigné successivement à l'Université Simon Fraser (1968-1970), à l'Université de Colombie-Britannique (1970-1979) et, en 1979, à l'Université de Syracuse, jusqu'à sa retraite en 1997[4].

En 1980, il a été conférencier Tanner au Brasenose College de l'Université d'Oxford[5]. Ses conférences ont été publiées en 1995 dans le livre The Act Itself. Dans cet ouvrage, il soutient que laisser quelqu'un mourir est aussi immoral que de tuer quelqu'un. Cette opinion a été largement discutée par exemple par Judith Jarvis Thomson[6].

En 1992, il était invité pour donner les "conférences John Locke" à l'Université d'Oxford, il est intervenu sur le rôle du jugement dans la théorie morale»[7].

En 1985, il a été élu membre de l'Académie américaine des arts et des sciences[8]. La British Academy lui a accordé le même honneur en 1991[9].

Contribution philosophique[modifier | modifier le code]

Bennett a beaucoup écrit sur la philosophie de l'esprit, la philosophie du langage, les événements et l'éthique conséquentialiste.

Il est particulièrement réputé pour ses interprétations des grands philosophes du début de la modernité et il a écrit cinq livres dans ce domaine. Le site Web de Bennett est consacré à rendre les textes des premiers philosophes modernes plus accessibles aux étudiants d'aujourd'hui *[10].

Livres[modifier | modifier le code]

  • 1989 (1964). Rationality. Hackett.
  • 1966. Kant's Analytic. Cambridge University Press.
  • 1971. Locke, Berkeley, Hume: Central Themes. Oxford University Press.
  • 1974. Kant’s Dialectic. Cambridge University Press.
  • 1990 (1976). Linguistic Behaviour. Hackett.
  • 1984. A Study of Spinoza’s Ethics. Hackett.
  • 1988. Events and their Names. Hackett.
  • 1995. The Act Itself. Oxford University Press.
  • 2001. Learning from Six Philosophers. Oxford University Press.
  • 2003. A Philosophical Guide to Conditionals. Oxford University Press.

Articles[modifier | modifier le code]

  • 1954. 'Meaning and Implication', Mind, 63, pp. 451–63.
  • 1965. 'Substance, Reality and Primary Qualities', American Philosophical Quarterly, 2, pp. 1–17.
  • 1988. 'Thoughtful Brutes', Proceedings of the American Philosophical Association, 62 pp. 197–210.
  • 1993. 'Negation and Abstention: Two theories of Allowing', Ethics, 104, pp. 75–96.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Hull, « Jonathan Francis Bennett », The American Philosophical Association Centennial Series, vol. 10,‎ , p. 515–518 (DOI 10.5840/apapa2013172)
  2. « University of Canterbury, philosophy, Master's Theses » [archive du ], University of Canterbury (consulté le )
  3. Richard Hull, « Jonathan Francis Bennett », The American Philosophical Association Centennial Series, vol. 10,‎ , p. 515 (DOI 10.5840/apapa2013172)
  4. Samuel Levey, Dictionary of Twentieth Century British Philosophers, Thoemmes Press, (ISBN 184371096X), « Bennett, Jonathan Francis (1930-) », p. 78
  5. Jonathan Bennett, « Who is Jonathan Bennett? » (consulté le )
  6. Judith Jarvis Thomson, « Review: The Act Itself. by Jonathan Bennett », Noûs, vol. 30, no 4,‎ , p. 545–557 (DOI 10.2307/2216119)
  7. « The John Locke Lectures », sur Faculty of Philosophy, University of Oxford (consulté le )
  8. « Book of Members, 1780–2010: Chapter B », American Academy of Arts and Sciences (consulté le )
  9. « Professor Jonathan Bennett », sur British Academy (consulté le )
  10. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]