John Elliotson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Elliotson
Portrait de John Elliotson

John Elliotson

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à SouthwarkVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité Royaume-UniVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université d'Édimbourg et Jesus CollegeVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Médecin et professeur des universitésVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur University College de LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Membre de la Royal Society (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Royal Society et collège royal de médecineVoir et modifier les données sur Wikidata

John Elliotson, né le à Southwark en Londres et mort le à Londres, est un médecin anglais connu pour sa pratique du magnétisme animal et de la phrénologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elliotson étudie la médecine à l'université d'Édimbourg de 1805 à 1810. Lors de ses études, il est influencé par le philosophe Thomas Brown. De 1810 à 1821, il poursuit ses études de médecine à l'université de Cambridge. En 1831 il devient professeur à l'université de Londres et, en 1834, il devient médecin au sein de l'hôpital universitaire de Londres.

En raison de sa pratique du magnétisme animal, Elliotson est amené à démissionner de son poste à l'université en 1838, sous la pression du journal médical The Lancet, dont le directeur, Thomas Wakley avait été originairement favorable au magnétisme[1]. Elliotson continue néanmoins à pratiquer le magnétisme animal. De 1843 à 1856, il publie une revue, The Zoist, consacrée exclusivement à ce sujet[2]. En 1849, il fonde un hôpital dédié à la pratique du magnétisme animal.

Elliotson est un des premiers médecins britanniques à encourager l'usage du stéthoscope.

Il était membre de la Royal Society (élu le 19 mars 1829)[3] et du Collège royal de médecine (Royal College of Physicians of London).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) Cases of the Hydrocyanic or Prussic Acid, 1820
  • (en) Lectures on Diseases of the Heart, 1830
  • (en) Principles and Practice of Medicine, 1839
  • (en) Human Physiology, 1840
  • (en) Surgical Operations in the Mesmeric State without Pain, 1843

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alison Winter, Mesmerized: Powers of Mind in Victorian Britain, Chicago, University of Chicago Press, 1998
  2. (en) J. Rosen, Mesmerism and Surgery : A strange chapter in the history of anesthesia, 1946
  3. (en) [PDF]List of Fellows of the Royal Society, 1660 – 2007, p. 111