Jenny Dalenoord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jenny Dalenoord
Jenny Dalenoord (1955).jpg
Jenny Dalenoord est récompensée du prix Jacob Maris en 1955 par le maire de la Haye (Pays-Bas) Frans Schokking. Parmi les autres lauréats se trouvent également Willem Hussem et de Co Westerik.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Prix Jacob Maris (d) ()
Pinceau d’argent (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Jenny Johanna (Jenny) Dalenoord (Cirebon, - Soest, )[1] était une illustratrice, graphiste et aquarelliste néerlandaise.  

Sa vie et ses travaux[modifier | modifier le code]

Jenny Dalenoord est née à Java[1], où son père était directeur d'établissement pénitentiaire. En raison de la maladie de sa mère, la famille s'installe en 1929 aux pays-bas. Après le lycée, elle suit les cours à l'Académie royale des beaux-arts de La Haye où elle reçoit les enseignements de Paul Citroen[1], Willem Schrofer et Freiner Draijer. Par la suite, elle a elle-même enseigné au sein de l'académie.

Elle fait ses débuts en 1939, dans le Nieuwe Rotterdamsche Courant avec des illustrations pour une série pour les enfants, Les Aventures de Jammerpoes de Jo Otten. Dalenoord a travaillé sur près de 250 livres pour enfants durant cette période. Elle a illustré le travail, entre autres, d'Annie M.G. Schmidt, Mies Bouhuys, Un Rutgers van der Loeff et Miep Diekmann. En outre, elle était un conceptrice de couvertures de livres, de timbres, de calendriers, de bandes dessinées et illustratrice de schoolplaten et des magazines pour enfants Jippo, Criss-cross et Tony[1].

En 2005, elle a fait don de ses archives au Nederlands Letterkundig Museum de La Haye. Les dernières années de sa vie elle a souffert de démence et n'apparaissait plus en public.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (nl) « Lexicon van de jeugdliteratuur », sur Digitale Bibliotheek voor de Nederlandse Letteren, (consulté le 26 janvier 2019)