Jean Fayard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Fayard (général) et Fayard.
Jean Fayard
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Fayard en 1931 à l'occasion de l'obtention du prix Goncourt

Naissance
Paris
Décès
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Jean Fayard, né le et mort le , est un écrivain et journaliste français, lauréat du Prix Goncourt en 1931. Il fut également directeur des éditions Fayard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Fayard est le petit-fils du fondateur des éditions Fayard et le frère ainé d'Yvonne Fayard. À la mort de son père, Joseph-Arthème Fayard, en 1936, il reprend la tête de la maison d'édition familiale. Cette année-là il décide de vendre Je suis partout, un hebdomadaire fondé par son père en 1930, à ses rédacteurs (dont Charles Lesca).

En juillet 1940, il est présent à Londres et participe à l'élaboration de la première publication de la France libre, le journal Quatorze Juillet, mais dès la fin de ce mois, il retourne en France[1] et retravaille dans sa maison d'édition qui fait notamment paraitre le journal Candide[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1924 : Deux ans à Oxford ?, F. Paillart.
  • 1925 : Dans le monde où l'on s'abuse, Fayard.
  • 1925 : Journal d'un colonel, Éditions de la nouvelle revue française.
  • 1926 : Trois quarts de monde, Fayard.
  • 1928 : Oxford et Margaret, Fayard.
  • 1928 : Madeleine et Madeleine, Gallimard.
  • 1928 : Bruxelles, Émile-Paul frères.
  • 1931 : Mal d'amour, Fayard — prix Goncourt.
  • 1932 : Dialogue sur l'argent, éditions des Cahiers libres
  • 1933 : Liebesleid, R. Piper.
  • 1937 : La Féerie de la rue, Grasset.
  • 1941 : Mes maitresses, Fayard.
  • 1941 : La Chasse aux rêves, librairie Arthème Fayard, Le Livre de demain, 26 bois originaux de Jean Lébédeff.
  • 1945 : Roman, Fayard.
  • 1945 : L'Allemagne sous le Croix de Lorraine
  • 1961 : Le Cinéma à travers le monde (essai) coécrit avec Louis Chauvet et Pierre Mazars
  • 1974 : La Guerre intérieure, Stock
  • 1977 : Je m'éloigne, Plon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Quatorze Juillet par Jean-Louis Crémieux-Brilhac
  2. Historique sur le site des éditions Fayard.