Jean Cantacuzène (sébaste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Cantacuzène
Biographie
Décès
Activité
Conjoint
Maria Komnene (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Irène Comnène (d)
Q112632079Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire

Jean Cantacuzène (grec Ἱωάννης Καντακουζηνός ; mort le ) était un chef militaire et l’un des premiers membres attestés de la famille Cantacuzène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se distingua pendant les campagnes de Manuel Ier Comnène contre les Serbes, les Hongrois et les Petchénègues entre 1150 et 1153. Ce fut pendant ces campagnes qu’il fut sévèrement blesse et qu’il perdit les doigts d’une main. En 1155, il fut envoyé à Belgrade où il déjoua le complot des habitants qui voulaient livrer la ville aux Hongrois. Il fut tué pendant la bataille de Myriokephalon, où il servait comme commandant d’une division de l’armée byzantine. Il tomba après avoir été isolé de ses propres troupes, combattant seul contre une bande de soldats Turcs seldjoukides du sultanat de Roum[1].

On sait que Jean était présent aux conciles ecclésiastiques organisés à Constantinople en , , et janvier et . Dans les actes de ces conciles, il est décrit comme tenant le rang de pansébaste sébaste, et comme étant le premier dans la classe des sebastoi[1][2].

Jean Cantacuzène épousa Marie Comnène, la fille aînée du frère de Manuel Ier, le sébastokrator Andronic Comnène.[2] Ils eurent au moins un fils, Manuel Cantacuzène, qui participa à la campagne contre les Turcs avec Andronic Ange, mais qui par la suite offensa l’Empereur Manuel Ier, qui le fit mettre en prison où il fut aveuglé[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicol 1968, p. 4.
  2. a et b Stiernon 1965, p. 235.
  3. Nicol 1968, p. 5.

Sources[modifier | modifier le code]