Jean-Paul Louis Martin des Amoignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Paul Louis Martin des Amoignes
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Nevers
Nom de naissance
Jean-Paul Louis Martin
Nationalité
Activité
Formation
à l'atelier de Victor Chavet
Maître

Jean-Paul Louis Martin, dit Jean-Paul Louis Martin des Amoignes[1], né à Saint-Benin-d'Azy (Nièvre) le , et mort à Nevers (Nièvre) le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (​​​​novembre​ 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Issu d'une famille bien connue dans la région de Saint-Benin-d'Azy, Jean-Paul Louis Martin est le fils de Jacques Martin (1796-1889) et d'Hélène, dite Élise Marotte (1808-1883). Il a un frère menuisier de 14 ans son aîné.

Il s'initie à la peinture auprès de Victor Chavet lorsqu'il vient à Saint-Benin, et plus particulièrement au Moulin de la Guesne. Il va exercer son métier comme peintre ambulant, se déplaçant en voiture à cheval.

Hector Hanoteau passant devant l'enseigne qu'il avait peinte, s'arrête et l'invite à se rendre à Paris. Attiré par la possibilité de perfectionner son art et sur les conseils de A. Bouveault, il tente sa chance en se rendant à la capitale.

C'est à l'atelier d'Hector Hanoteau qu'il débute, puis chez Paul-Joseph Blanc (1846-1904). Il débute au Salon des artistes français de 1881 avec une toile intitulée Un coin de Jardin, et exposera les années suivantes.

Il travaille à l'instinct, mais va étudier néanmoins le portrait, les natures mortes et les paysages auprès de ses maîtres. Il réalise ainsi un certain nombre d'œuvres signées de la main d'Hector Hanoteau, comme cela se faisait à cette époque. Il devient membre de la Société des artistes français.

Rentré au pays, il s'installe à Nevers et va monter successivement deux ateliers, le premier rue Creuse, le second rue Ferdinand Gambon. Le , il épouse Elisabeth Wadeking (1858-1936), également artiste-peintre, originaire d'Hambourg en Allemagne, de parents français[2].

Pierre Loire dresse de lui le portrait suivant : « Silhouette mince, même lorsqu'il était engoncé dans sa vieille peau de bique, chapeau à larges bords, moustaches tombantes, une éternelle cigarette aux lèvres. »[réf. nécessaire] Ses amis disent de lui qu'il était simple et modeste.

Traitant tous les sujets, il reste plus connus pour ses paysages de la Nièvre. Sa peinture reste dans des tons sombres. Il présente soixante douze toiles en 1923 au Salon Groupe.

Il meurt dans la misère à Nevers, et repose au cimetière de sa ville natale. Vers 1950, une plaque fut apposée sur la maison en sa mémoire.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Nevers, bibliothèque municipale : fonds de dessins, dont Chaumière sur la route de Villapourçon ;
  • Nevers, musée municipal Frédéric Blandin :
    • Les Bœufs, 1893, huile sur toile ;
    • La Revenderie, 1898, huile sur toile ;
  • Saint-Benin-d'Azy, mairie : Femme cueillant des fleurs avec un enfant, huile sur toile.

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1879 : Salon de la Société des arts de la Nièvre ;
  • 1880 : Salon de la Société des arts de la Nièvre ;
  • 1881 : Salon des artistes français, Un coin de jardin ;
  • 1887 : Salon de la Société des arts de la Nièvre ;
  • 1898 : Salon des artistes français, La Revenderie ;
  • 1908 à 1914 : Salon du Groupe ;
  • 1919 : Salon de la Société des arts du Nivernais ;
  • 1920 : Salon de la Société des arts du Nivernais ;
  • 1923 : Salon du Groupe, 72 toiles ;
  • Salon de l'hôtel de ville : Les Blés.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1895 : exposition des peintres nivernais ;
  • 1896 à 1906, 1921, 1922, 1924 : Société artistique de la Nièvre ;
  • 1925 : rétrospective à la Société artistique de la Nièvre ;
  • 1962 : exposition des peintres et sculpteurs de l'Aiguillon au musée d'art moderne de la ville de Paris, du 17 mars au 17 avril 1962 ;
  • 1970 : Paysages du Morvan, Autun, musée Rolin, de mai à septembre (La Revenderie) ;
  • 1980 : Le Centenaire de l'Aiguillon (Les Bœufs) ;
  • 1984 : Peintures du XVIe siècle à nos jours des dénommés Martin, au Kunsthalle Bern (Suisse) du 27 avril au 3 juin (no 13, p. 30), La Revenderie) ;
  • 1991 : exposition au musée de Cosne-sur-Loire, du 1er juillet au 30 septembre 199, organisation de la Conservation départementale des musées de la Nièvre (Les Bœufs) ;
  • 1998-1999 : exposition Les cinq sens, le goût, du 18 septembre au 22 février, au musée[Lequel ?] ;
  • 2002 : Cent ans de créativité du « Groupe », (1902-2002), exposition du 23 mars au 14 avril 2002 au palais ducal de Nevers et rétrospective au Groupe d'émulation artistique du Nivernais (rétrospective de 1951 à 2001) (Les Bœufs) ;
  • 2003 : exposition Le Musée sort de sa réserve, du 22 mars au 28 juillet 2003 (La Revenderie).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est son ami et professeur[Lequel ?] qui le surnomme « des Amoignes », pour le distinguer de ses homonymes.
  2. Spécialisée dans les compositions florales, elle est l'élève de Charles Monginot. Elle exposera au Salon des arts décoratifs de Paris, ainsi qu'à la Société des artistes de la Nièvre, à partir de l'année de son mariage, jusqu'en 1906, puis de nouveau en 1921 et 1923 et au Groupe de 1908 à 1914 puis de 1922 à 1924. Avant la Grande Guerre, elle donne des cours de dessin et compte Marie Combrisson parmi ses élèves. Elle meurt en 1936 (Marie Combrisson, Souvenirs, auto-édition, p.18.).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Drouillet, Histoire de Saint-Benin-d'Azy , Éd. Guénégaud, Paris, 1972 [présentation détaillée des œuvres du peintre, de 1881 à 1903.]
  • R. Surugue, Le Nivernais et la Nièvre, 1926, t. II, p. 628.
  • Achille Millien, 1895, p. 86.
  • Jolivet, 1904, p. 56.
  • « Entre deux averses », in La France illustrée, no 957, 1er avril 1893.
  • « Louis Adolphe et Hector Hanoteau », in Les Annales du Pays Nivernais, no ?, Éd. de la Camoisine, p. 20.