James Chanos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la finance
Cet article est une ébauche concernant la finance.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

James Chanos
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation

James S. Chanos (né en 1958 à Milwaukee) est le gérant du hedge fund Kynikos Associates. Son fonds d'investissement est spécialisé dans la vente à découvert. Il s'est fait connaître en 2001 pour avoir vendu à découvert de façon importante la société Enron.

Biographie[modifier | modifier le code]

James Chanos est né en 1958 de parents d'origine grecque. Il est diplômé de Yale en 1980. Sa technique d'investissement consiste à analyser en détail les comptes de sociétés cotées en Bourse. Si la comptabilité présente des failles, comme par exemple des pertes que la société essaie de minimiser, Chanos vendra à découvert cette société, n'hésitant pas à détenir ses actions pendant une durée longue. Ainsi, ses investissements sont perçus comme un signal d'alerte.

En octobre 2000, il commença à étudier sérieusement les comptes d'Enron. Il était intrigué par une de leurs méthodes de comptabilité, le mark-to-model, qui utilisait un modèle financier pour estimer le prix d'actifs de la société, plutôt que d'utiliser les prix de marché. Cette méthode permet de sous-estimer les pertes liées à des actifs dont la valeur de marché a baissé. Même avec cette comptabilité, la profitabilité d'Enron était relativement faible (6-7 %), ce qui poussa Chanos à vendre à découvert l'action de cette société. Le cours de l'action chuta de 60$ à 1$ en l'espace d'un an et demi. Chanos devint célèbre pour avoir fait partie du faible nombre d'investisseurs à avoir prévu les difficultés d'Enron[1].

Il a récemment estimé que l'économie chinoise était en surchauffe et qu'il y avait un risque d'éclatement d'une bulle spéculative[2], en estimant notamment que le prix de l'immobilier d'entreprise était largement sur-évalué[3].

Références[modifier | modifier le code]