Les Chevaliers d'Émeraude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Irianeth (continent))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Chevaliers d'Émeraude
Auteur Anne Robillard
Pays Drapeau du Canada Canada
Genre Heroic fantasy
Fantastique
Version originale
Langue Français québécois
Éditeur Mortagne
Lieu de parution Drapeau : Québec Québec
Date de parution 20032008
Version française
Éditeur Michel Lafon
Collection Jeunesse
Lieu de parution Paris
Date de parution 20072010
Chronologie

Les Chevaliers d'Émeraude est une saga littéraire d'heroic fantasy. Pièce maîtresse de l’écrivaine québécoise Anne Robillard, elle compte un total de douze tomes. Cette série populaire est publiée par la maison d'édition québécoise Éditions de Mortagne. Depuis sa création, cette saga rencontre un grand succès au Québec, où il s'en est vendu un million d'exemplaires[1]. En France, Les Chevaliers d'Émeraude sont publiés par les éditions Michel Lafon et France Loisirs. Les deux premiers tomes sont parus en et ont dépassé le cap de 100 000 ventes chacun[2]. La saga se poursuit avec Les Héritiers d'Enkidiev puis avec Les Chevaliers d'Antarès qui comportent également douze tomes chacune.

Description[modifier | modifier le code]

Enkidiev, continent peuplé d'hommes, d'elfes, de fées et de magiciens est, depuis cinq cents ans, en paix après une guerre contre l'Empereur Noir Amecareth, souverain d'Irianeth, l’empire des hommes-insectes situé sur le continent éponyme, et de civilisations peu commodes, mais asservies. Celui-ci décide de tenter une seconde fois de conquérir Enkidiev sur les conseils de son sorcier, Asbeth, afin de récupérer sa fille Narvath que sa mère a prénommé Kira. Le seul espoir de survie d'Enkidiev réside dans la résurrection de l'Ordre des Chevaliers d'Émeraude par le roi Émeraude Ier. Ces guerriers magiciens seront chargés de protéger le continent jusqu'à l'accomplissement de la prophétie voulant que le porteur de lumière, sur le point de naître, détruise à jamais la menace que fait peser l'Empereur Noir sur Enkidiev. Pour que la prophétie se réalise, les Chevaliers devront protéger la fille de l'Empereur, Kira : l'enfant mauve ayant pour le rôle de protéger le porteur de lumière. Leur tâche sera ardue, Amecareth envoyant ses propres armées, celles de ses vassaux et ses sorciers pour les détruire et utilise des coups de plus en plus ingénieux afin de récupérer son héritière Kira...

Univers[modifier | modifier le code]

L'histoire des Chevaliers d'Émeraude se déroule principalement sur Enkidiev, vaste continent bordé au nord, au sud et à l'ouest par l'océan et à l'est par une chaîne de volcans le séparant des Territoires Inconnus. Les principaux territoires sont :

  • L'île des Araignées est peuplée d'énormes araignées de la taille d'une maison aussi appelées Tégénaires. Elle est située au nord d'Enlilkisar dans une grande baie[3].
  • Argent a été créé pour un des princes de Cristal. Il fut entre autres gouverné par le Roi Kogal, que les Elfes appelaient Driance. Il eut deux fils : Hadrian, qui lui succéda, en plus de devenir le premier chef des Chevaliers d'Émeraude, et un autre avec la déesse Cinn, l'Immortel Abnar. Plus tard, Argent fut gouverné par le Roi Draka, qui entoura son pays d'une muraille puis s'attaqua au Royaume d'Émeraude. Après sa défaite, il s'exila au Royaume de Shola et c'est son plus jeune fils, Cull, qui le remplaça sur le trône. Ce dernier et la Reine Olivi eurent un seul fils, le Prince Rhee. Les habitants de ce royaume sont les Argentais[4].
  • Béryl est niché sur les hauts plateaux, dans les montagnes surplombant la Forêt Interdite. En raison de l’altitude, l’air y est plus rare et les pluies moins abondantes. Ses terres sont rocailleuses et accidentées, mais d’innombrables variétés de fleurs poussent entre les pierres. D’étroits sentiers grimpent jusqu’aux différents plateaux où les paysans entretiennent les canaux d’irrigation. La forteresse est très petite, n’abritant que la famille royale. Elle a la forme d’un cube et est faite de pierres brutes. On y bâtit surtout des maisons en pierre. Ses habitants sont les Bérylois[5].
  • Cristal est une grande étendue de vallons où peu d’arbres poussent et où de nombreux moutons et chèvres paissent en toute liberté. Ses rivières sont étroites, mais profondes. Le paysage est aussi ponctué de grands lacs gorgés de poissons d’eau douce. Les nombreuses colonies sont éloignées les unes des autres. Le Royaume de Cristal n’est pas protégé par une falaise, très peu d’arbres poussent sur ses côtes continuellement balayées par des vents marins. Les forêts sont à l’intérieur des terres. On ne retrouve des buissons que près des cours d’eau. Le pic le plus élevé d’Enkidiev est la montagne de Cristal, vestige d’une autre chaîne de volcans qui descendaient vers le sud-est. Le palais est une immense chaumière située près du moulin à vent de village principal. C’est un bâtiment rustique non fortifié. Ses habitants sont les Cristallois[6].
  • Désert est l’endroit le moins élevé de tout Enkidiev. Il est presque entièrement recouvert de sable et ponctué de nombreux oasis. Même s’il est presque aussi grand qu’Enkidiev, il est à peine peuplé. C’est un pays dangereux à cause des animaux et des insectes qui rodent dans le sable[7],[8].
  • Le royaume des Elfes est un royaume côtier. Les immenses forêts sont denses et les branches des arbres forment des dômes étanches à certains endroits. Certains étangs ont des propriétés magiques. La plupart des elfes ne savent pas nager car ils craignent de déplaire aux esprits qui veillent sur les créatures des rivières en entrant dans l’eau. À la hauteur du Royaume des Elfes, la plage est déchiquetée par récifs pointus ressemblant à des crocs jaillissant du sol. Les forêts recèlent toute la magie des elfes. Dans une clairière s’élèvent un curieux monument de granit dont certains ressemblent à des stèles funéraires et d’autres à d’énormes tables basses. De grandes cérémonies eurent lieu jadis à cet endroit, mais elles ne furent pas menées par les Elfes. Le roi habite une hutte toute simple. Le Royaume des Elfes est divisé en clans[9].
  • Émeraude a des forêts s’étendent à l’ouest de la montagne de Cristal, tandis qu’il y a des champs à l’est. Le sommet de la Montagne de Cristal est continuellement coiffé de nuages et sur son flanc sud escarpé nichent des aigles et des faucons. Le climat d’Émeraude est tempéré. Le château est une grande forteresse entourée de douves. Ses murs fortifiés sont surmontés de créneaux, et ses grandes portes et son pont-levis sont toujours ouverts au peuple. Une passerelle court le long des remparts, surplombant la grande cour. Sur l’un des côtés intérieurs de la muraille sont gravées les règles du code des chevaliers d’émeraude. Les habitants de ce royaume sont les Émériens[10].
  • Irianeth est un énorme continent situé de l’autre côté de l’océan à l’ouest d’Enkidiev. Le terrain est pierreux et la plage est composée de gros cailloux. Des montagnes probablement d’origine volcanique s’étendent à perte de vue à l’est et au nord de la forteresse d’Amecareth. Il n’y aucune végétation, aucun arbre. Il y a plusieurs ruches dont Bombieth qui abrite des pouponnières. Cet empire est protégé par magie. La forteresse est creusée dans une énorme montagne sur le continent rocailleux. Il s’agit d’un labyrinthe aux couloirs sombres dans lesquels sont percées des petites pièces rondes comme des alvéoles sans fenêtres. Les couloirs sont éclairés par des pierres mystérieuses émettant une lumière diffuse. La forteresse fait plutôt office de fourmilière[11].
  • L'île des Lézards est à l’Ouest dans l’océan séparant Enkidiev et Irianeth, à la hauteur de Zénor. Certaines de ses côtes sont rocheuses et difficiles d’accès, surtout du côté est, tandis que d’autres sont des plages sablonneuses. La végétation est tropicale et les fruits, abondants[12].
  • Sage est surtout recouvert de glace. La cité d’Espérita reposait au fond d’une gigantesque cavité creusée dans le glacier du royaume. Entourée de falaises immaculées, hautes de plusieurs kilomètres, Espérita n’entretenait aucun contact avec le monde extérieur[7],[13].
  • Zircon a été créé sous le Désert par Akuretari et est désormais inhabité. Il s’agissait d’une immense caverne aux murs polis comme des diamants, au centre de laquelle, une source lumineuse bleutée se reflétait sur tous les murs. Cette lumière provenait d’un démon de Jérianeth qui s’y était installé des centaines d’années auparavant. La caverne fut créée par la terrible chaleur des anciens volcans et elle comptait de nombreuses galeries. Son sol vitreux était parsemé de cailloux transparents. Le cristal de la caverne possédait une charge magique[14].

Publication[modifier | modifier le code]

  1. Le Feu dans le ciel, Mortagne, 2003, 341 p. (ISBN 978-2-89074-662-6)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2007, 345 p. (ISBN 978-2-7499-0625-6), puis par les mêmes éditions au format poche en 2012, 362 p. (ISBN 978-2-7499-1535-7)
  2. Les Dragons de l'empereur noir, Mortagne, 2003, 430 p. (ISBN 978-2-89074-672-5)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2007, 437 p. (ISBN 978-2-7499-0662-1), puis par les mêmes éditions au format poche en 2012, 432 p. (ISBN 978-2-7499-1539-5)
  3. Piège au royaume des ombres, Mortagne, 2003, 478 p. (ISBN 978-2-89074-674-9)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2007, 427 p. (ISBN 978-2-7499-0747-5), puis par les mêmes éditions au format poche en 2012, 424 p. (ISBN 978-2-7499-1542-5)
  4. La Princesse rebelle, Mortagne, 2004, 494 p. (ISBN 978-2-89074-676-3)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2008, 423 p. (ISBN 978-2-7499-0783-3), puis par les mêmes éditions au format poche en 2013, 435 p. (ISBN 979-10-224-0000-8)
  5. L'Île des lézards, Mortagne, 2004, 478 p. (ISBN 978-2-89074-678-7)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2008, 407 p. (ISBN 978-2-7499-0872-4), puis par les mêmes éditions au format poche en 2013, 407 p. (ISBN 979-10-224-0007-7)
  6. Le Journal d'Onyx, Mortagne, 2004, 477 p. (ISBN 978-2-89074-680-0)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2008, 411 p. (ISBN 978-2-7499-0939-4), puis par les mêmes éditions au format poche en 2013, 400 p. (ISBN 979-10-224-0026-8)
  7. L'Enlèvement, Mortagne, 2005, 491 p. (ISBN 978-2-89074-682-4)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2009, 425 p. (ISBN 978-2-7499-0969-1), puis par les mêmes éditions au format poche en 2014, 427 p. (ISBN 979-10-224-0033-6)
  8. Les Dieux déchus, Mortagne, 2006, 526 p. (ISBN 978-2-89074-684-8)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2009, 435 p. (ISBN 978-2-7499-1014-7), puis par les mêmes éditions au format poche en 2014, 459 p. (ISBN 979-10-224-0054-1)
  9. L'Héritage de Danalieth, Mortagne, 2006, 525 p. (ISBN 978-2-89074-686-2)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2009, 411 p. (ISBN 978-2-7499-1105-2), puis par les mêmes éditions au format poche en 2014, 441 p. (ISBN 979-10-224-0061-9)
  10. Représailles, Mortagne, 2007, 509 p. (ISBN 978-2-89074-688-6)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2010, 403 p. (ISBN 978-2-7499-1154-0), puis par les mêmes éditions au format poche en 2015, 443 p. (ISBN 979-10-224-0062-6)
  11. La Justice céleste, Mortagne, 2007, 478 p. (ISBN 978-2-89074-690-9)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2010, 403 p. (ISBN 978-2-7499-1193-9), puis par les mêmes éditions au format poche en 2015, 445 p. (ISBN 979-10-224-0063-3)
  12. Irianeth, Mortagne, 2008, 604 p. (ISBN 978-2-89074-692-3)
    Réédité aux éditions Michel Lafon en 2010, 468 p. (ISBN 978-2-7499-1194-6), puis par les mêmes éditions au format poche en 2015, 468 p. (ISBN 979-10-224-0064-0)

Héritage[modifier | modifier le code]

Les Héritiers d'Enkidiev est la série littéraire faisant suite aux aventures des Chevaliers d'Émeraude. Anne Robillard a également choisi d'adapter Les Chevaliers d'Émeraude en une série de bande dessinée de cinq tomes depuis 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Florence Meney, L'A.N.G.E salvateur d'Anne Robillard. Radio Canada. .
  2. Caroline Andrieu, C'est la Tolkien du Québec, Le Parisien,
  3. Enkidiev un monde à découvrir, p. 119
  4. Enkidiev un monde à découvrir, p. 29
  5. Enkidiev un monde à découvrir, p. 35
  6. Enkidiev un monde à découvrir, p. 39
  7. a et b Enkidiev un monde à découvrir, p. 19
  8. Enkidiev un monde à découvrir, p. 115
  9. Enkidiev un monde à découvrir, p. 47
  10. Enkidiev un monde à découvrir, p. 53
  11. Enkidiev un monde à découvrir, p. 127
  12. Enkidiev un monde à découvrir, p. 123
  13. Enkidiev un monde à découvrir, p. 61
  14. Enkidiev un monde à découvrir, p. 113

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Robillard et Claudia Robillard, Enkidiev : Un monde à découvrir, Wellan, , 239 p. (ISBN 978-2-98104-280-4).
  • Anne Robillard et Claudia Robillard, Enlilkisar : Le Nouveau monde, Wellan, , 87 p. (ISBN 978-2-92444-236-4).

Liens externes[modifier | modifier le code]