Iouri Samarine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Iouri Samarine
Image dans Infobox.
Portrait de Samarine par Ivan Kramskoï (1878)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Père
Fedor Samarin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Fratrie
D. F. Samarin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Iouri Fiodorovitch Samarine (en russe : Ю́рий Фёдорович Сама́рин), né le 21 avril 1819 ( dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, mort le 19 mars 1876 ( dans le calendrier grégorien) à Berlin, est un philosophe et écrivain slavophile russe, fortement influencé par Khomiakov et ses réflexions théologiques sur le christianisme et la liberté. Il participait à la grande réforme de l'abolition du servage en Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres majeures de Samarine sont :

Critique[modifier | modifier le code]

D'après Samarine, la constitution de la Russie a toujours reposé essentiellement sur l'organisation communautaire (obchtchina).

Cette conception du rôle historique de l'ancienne commune russe était appelée à exercer une influence considérable sur la solution des problèmes multiples se rattachant à l'émancipation des serfs, et c'est comme cela que les occidentaux de l'espèce de Herzen se sont rencontrés, sur ce point, avec Samarine, qui figura parmi les ouvriers les plus actifs de la grande œuvre libératrice. Il prit part et aux travaux de la commission instituée en 1858 par Alexandre II pour l'étude de la réforme, et à la polémique que celle-ci soulevait sur le terrain des questions économiques et sociales. Essayiste politique plutôt qu'historien, remplaçant trop souvent le savoir par l'imagination, il ne pouvait donner à la doctrine l'apparence de solidité dont elle avait besoin pour s'imposer aux masses [réf. nécessaire].

Sources[modifier | modifier le code]

  • K. Valiszewski, Littérature russe, Paris, A. Colin, 1900


Liens externes[modifier | modifier le code]