Ionel Schein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schein.
image illustrant une personnalité image illustrant français image illustrant un architecte
Cet article est une ébauche concernant une personnalité française et un architecte.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ionel Schein (né en 1927 à Bucarest en Roumanie, mort le à Paris, France) est un architecte, urbaniste et historien de l'architecture français, considéré par Frédéric Edelmann comme une « figure majeure » de l'architecture en France[1], qui a notamment travaillé sur la mobilité.

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études d'architecture, de 1945 à 1948, à l'Université de Bucarest, il quitte la Roumanie en 1948, s'installe à Paris et poursuit des études à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

Il collabore ensuite avec Claude Parent jusqu'en 1955[3],[4], gagnant avec lui en 1953 le premier prix d'architecture pour le concours de la Maison Française[2].

En 1955, il fonde le Bureau pour l'étude des problèmes de l'habitat[5].

en 1956, son prototype de maison entièrement réalisée en matières plastiques, exposé au salon des Arts ménagers est remarqué par la presse et le public[6],[7]. Réalisé grandeur nature, ce prototype suscite d'autres expérimentations mais n'est pas suivi de commandes[4]. La même année, il présente un projet de cabine hôtelière mobile[5],[8].

En 1965, il est un des membres fondateurs du Groupe International d'Architecture Prospective (GIAP)[9].

Il est considéré comme une figure majeure de l'architecture expérimentale en France[2], s'élevant dès les années cinquante, dans la revue d'architecture Le Carré Bleu, contre ce qu'il appelle l'« esprit de caste » des architectes français[10],[11].

En 1980, il conçoit la synagogue du Mouvement juif libéral de France, à Paris, avec le souci d'éviter toute « symbolique faussement judaïque » et d'effectuer une « dé-dramatisation et [une] démythification de l'espace liturgique et de l'espace communautaire »[12].

Urbaniste, il s'élève notamment contre le développement des gratte-ciels à Paris[13]. Il s'intéresse par ailleurs à ce qu'il appelle l'« espace drugstorien » dans le cadre de réflexions sur la polyvalence de l'espace urbain[14]. À partir de 1956 il entreprend des recherches sur la mobilité, affirmant que « l'homme se défixera »[15],[5].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1998 : « Ionel Schein », Londres, Barlett School[16]
  • 1998 : « Ionel Schein, "Autour de la Maison en Plastique" », Tours, École des Beaux Arts[17],[18]
  • 1999 : « Ionel Schein », Paris, École spéciale d'architecture[19]
  • 1999 : « Schein, Coop Himmelblau, Tschumi », Marseille, École superieure des beaux-arts[20]
  • 2000 : « Vision and Reality », Copenhague, Musée Louisiana[21]
  • 2001 : « Mobilité et migration », Bourges, Maison de la culture[22]
  • 2005 : « Archilab », Tokyo, Musée Mori[23]
  • 2013 : « Habiter les formes de la nature », Orléans, Carmes village[24]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ionel Schein, Paris construit. Guide de l'architecture contemporaine, Vincent Fréal et Cie,
  • Ionel Schein, Le Corbusier : bâtisseur de sociétés, Architecture,
  • Anatole Kopp et Ionel Schein, Architecture et urbanisme soviétiques des années vingt : "ville et Révolution", Anthropos,
  • Antoine Haumont, Michel Ragon et Ionel Schein, Univers concentrationnaire ou urbanisme socialiste, Centre d'études socialistes,
  • Ionel Schein, Axiologie de l'aménagement du territoire, Vincent Fréal et Cie,
  • Ionel Schein, Espace global polyvalent, Vincent Fréal et Cie,
  • Ionel Schein, France en Roissy, Vincent Fréal et Cie,
  • Yvan Christ et Ionel Schein, L’œuvre et les rêves de Claude-Nicolas Ledoux., Chêne,
  • Ionel Schein, Pour Paris : aménagement d'une jungle, Vincent Fréal et Cie,
  • Ionel Schein, Caracas ou la difficulté d'être une ville, Vincent Fréal et Cie,
  • Justus Dahinden, Ionel Schein et Karl Schwanzer, Penser, sentir, agir, Bibliothèque des arts,
  • Ionel Schein, Ponts urbanisés, Ministère des affaires culturelles,
  • Silvia Berselli, "Ionel Schein : Dall'habitat evolutivo all'architecture populaire", Mendrisio Academy Press 2015, ISBN 978-8-8366-3143-8.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Edelmann, « Ionel Schein », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c « Ionel Schein », FRAC Centre (consulté le 18 mars 2014)
  3. « Ionel Schein », Encyclopædia Universalis
  4. a et b Michel Ragon, « Ionel Schein », sur Urbanisme (consulté le 17 mars 2014)
  5. a, b et c Marie-Pierre Vandeputte, « Archigram, de l’utopie à la folle fiction », sur ESADE (consulté le 18 mars 2014)
  6. « Ionel Schein », FRAC Centre
  7. (en) Barry Bergdoll, Peter Christensen et Ron Broadhurst, Home Delivery: Fabricating the Modern Dwelling, Museum of Modern Art, (lire en ligne), p. 123
  8. « Cabine hôtelière mobile - Schein - Magnant - Coulon - 1956 », sur Modern Architecture 1950 to 1970 (consulté le 18 mars 2014)
  9. « GIAP », sur Olats
  10. (en) Jane Rendell et Barbara Penner, Gender Space Architecture: An Interdisciplinary Introduction, Routledge,
  11. (en) Dana Arnold, Reading Architectural History: An Annotated Anthology, Routledge, , p. 207
  12. (it) Ionel Schein, « Centro comunitario e sinagoga a Parigi », Architettura,‎ (présentation en ligne)
  13. La bataille de Paris (1971) cité par (en) Charles Rearick, Paris Dreams, Paris Memories: The City and Its Mystique, Stanford University Press, , p. 108
  14. Ionel Schein, « La notion d'espace global polyvalent », Urbanisme, no 120-121,‎
  15. Marie-Ange Brayer, « Colloque Art et Architecture », sur Ministère de la culture,‎ (consulté le 18 mars 2014)
  16. « Ionel Schein », sur FRAC Centre
  17. « Ionel Schein, "Autour de la Maison en Plastique" », sur FRAC Centre
  18. (en) Adrian Dannatt, « Plastic house originator gets a show at last.... (Ionel Schein, Ecole superieure des beaux-arts », EMAP Architecture,‎ (présentation en ligne)
  19. « Ionel Schein », sur FRAC Centre
  20. « Schein, Coop Himmelblau, Tschumi », sur FRAC Centre
  21. « Vision and Reality », sur FRAC Centre
  22. « Mobilité et migration », sur FRAC Centre
  23. (en) « About the exhibition », sur Mori Art Museum
  24. « Habiter les formes de la nature », sur FRAC Centre

Liens externes[modifier | modifier le code]