Ionel Schein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schein.

Ionel Schein (né en 1927 à Bucarest en Roumanie, mort le à Paris, France) est un architecte, urbaniste et historien de l'architecture français, considéré par Frédéric Edelmann comme une « figure majeure » de l'architecture en France[1], qui a notamment travaillé sur la mobilité.

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études d'architecture, de 1945 à 1948, à l'Université de Bucarest, il quitte la Roumanie en 1948, s'installe à Paris et poursuit des études à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

Il collabore ensuite avec Claude Parent jusqu'en 1955[3],[4], gagnant avec lui en 1953 le premier prix d'architecture pour le concours de la Maison Française[2].

En 1955, il fonde le Bureau pour l'étude des problèmes de l'habitat[5].

en 1956, son prototype de maison entièrement réalisée en matières plastiques, exposé au salon des Arts ménagers est remarqué par la presse et le public[6],[7]. Réalisé grandeur nature, ce prototype suscite d'autres expérimentations mais n'est pas suivi de commandes[4]. La même année, il présente un projet de cabine hôtelière mobile[5],[8].

En 1965, il est un des membres fondateurs du Groupe International d'Architecture Prospective (GIAP)[9].

Il est considéré comme une figure majeure de l'architecture expérimentale en France[2], s'élevant dès les années cinquante, dans la revue d'architecture Le Carré Bleu, contre ce qu'il appelle l'« esprit de caste » des architectes français[10],[11].

En 1980, il conçoit la synagogue du Mouvement juif libéral de France, à Paris, avec le souci d'éviter toute « symbolique faussement judaïque » et d'effectuer une « dé-dramatisation et [une] démythification de l'espace liturgique et de l'espace communautaire »[12].

Urbaniste, il s'élève notamment contre le développement des gratte-ciels à Paris[13]. Il s'intéresse par ailleurs à ce qu'il appelle l'« espace drugstorien » dans le cadre de réflexions sur la polyvalence de l'espace urbain[14]. À partir de 1956 il entreprend des recherches sur la mobilité, affirmant que « l'homme se défixera »[15],[5].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1998 : « Ionel Schein », Londres, Barlett School[16]
  • 1998 : « Ionel Schein, "Autour de la Maison en Plastique" », Tours, École des Beaux Arts[17],[18]
  • 1999 : « Ionel Schein », Paris, École spéciale d'architecture[19]
  • 1999 : « Schein, Coop Himmelblau, Tschumi », Marseille, École superieure des beaux-arts[20]
  • 2000 : « Vision and Reality », Copenhague, Musée Louisiana[21]
  • 2001 : « Mobilité et migration », Bourges, Maison de la culture[22]
  • 2005 : « Archilab », Tokyo, Musée Mori[23]
  • 2013 : « Habiter les formes de la nature », Orléans, Carmes village[24]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ionel Schein, Paris construit. Guide de l'architecture contemporaine, Vincent Fréal et Cie,‎ 1961
  • Ionel Schein, Le Corbusier : bâtisseur de sociétés, Architecture,‎ 1965
  • Anatole Kopp et Ionel Schein, Architecture et urbanisme soviétiques des années vingt : "ville et Révolution", Anthropos,‎ 1967
  • Antoine Haumont, Michel Ragon et Ionel Schein, Univers concentrationnaire ou urbanisme socialiste, Centre d'études socialistes,‎ 1968
  • Ionel Schein, Axiologie de l'aménagement du territoire, Vincent Fréal et Cie,‎ 1969
  • Ionel Schein, Espace global polyvalent, Vincent Fréal et Cie,‎ 1970
  • Ionel Schein, France en Roissy, Vincent Fréal et Cie,‎ 1970
  • Yvan Christ et Ionel Schein, L’œuvre et les rêves de Claude-Nicolas Ledoux., Chêne,‎ 1971
  • Ionel Schein, Pour Paris : aménagement d'une jungle, Vincent Fréal et Cie,‎ 1972
  • Ionel Schein, Caracas ou la difficulté d'être une ville, Vincent Fréal et Cie,‎ 1972
  • Justus Dahinden, Ionel Schein et Karl Schwanzer, Penser, sentir, agir, Bibliothèque des arts,‎ 1973
  • Ionel Schein, Ponts urbanisés, Ministère des affaires culturelles,‎ 1976

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Edelmann, « Ionel Schein », Le Monde,‎ 25 janvier 2005 (lire en ligne)
  2. a, b et c « Ionel Schein », FRAC Centre (consulté le 18 mars 2014)
  3. « Ionel Schein », Encyclopædia Universalis
  4. a et b Michel Ragon, « Ionel Schein », sur Urbanisme (consulté le 17 mars 2014)
  5. a, b et c Marie-Pierre Vandeputte, « Archigram, de l’utopie à la folle fiction », sur ESADE (consulté le 18 mars 2014)
  6. « Ionel Schein », FRAC Centre
  7. (en) Barry Bergdoll, Peter Christensen et Ron Broadhurst, Home Delivery: Fabricating the Modern Dwelling, Museum of Modern Art,‎ 2008 (lire en ligne), p. 123
  8. « Cabine hôtelière mobile - Schein - Magnant - Coulon - 1956 », sur Modern Architecture 1950 to 1970 (consulté le 18 mars 2014)
  9. « GIAP », sur Olats
  10. (en) Jane Rendell et Barbara Penner, Gender Space Architecture: An Interdisciplinary Introduction, Routledge,‎ 2000
  11. (en) Dana Arnold, Reading Architectural History: An Annotated Anthology, Routledge,‎ 2002, p. 207
  12. (it) Ionel Schein, « Centro comunitario e sinagoga a Parigi », Architettura,‎ juin 1982 (résumé)
  13. La bataille de Paris (1971) cité par (en) Charles Rearick, Paris Dreams, Paris Memories: The City and Its Mystique, Stanford University Press,‎ 2011, p. 108
  14. Ionel Schein, « La notion d'espace global polyvalent », Urbanisme, no 120-121,‎ 170
  15. Marie-Ange Brayer, « Colloque Art et Architecture », sur Ministère de la culture,‎ 2000 (consulté le 18 mars 2014)
  16. « Ionel Schein », sur FRAC Centre
  17. « Ionel Schein, "Autour de la Maison en Plastique" », sur FRAC Centre
  18. (en) Adrian Dannatt, « Plastic house originator gets a show at last.... (Ionel Schein, Ecole superieure des beaux-arts », EMAP Architecture,‎ 21 mai 1998 (résumé)
  19. « Ionel Schein », sur FRAC Centre
  20. « Schein, Coop Himmelblau, Tschumi », sur FRAC Centre
  21. « Vision and Reality », sur FRAC Centre
  22. « Mobilité et migration », sur FRAC Centre
  23. (en) « About the exhibition », sur Mori Art Museum
  24. « Habiter les formes de la nature », sur FRAC Centre

Liens externes[modifier | modifier le code]