Institut Louis-Malardé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Institut Louis-Malardé (ILM) est une institution de Polynésie française dont les missions concernent la santé publique et la recherche scientifique, en particulier en santé grâce à la veille sanitaire et épidémiologique. Il faisait partie du réseau international des instituts Pasteur.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'ILM est situé à Papeete. Il est subventionné par le gouvernement de la Polynésie française à auteur de 350 000 000 francs Pacifique en 2014[1].

L'ILM accueille un laboratoire d'entomologie médicale[2], un laboratoire dédié aux micro-algues toxiques[3] et un laboratoire d'anatomie et cytologie pathologique[4]. Un projet de laboratoire P3 (ou NSB3) est en projet[5].

L'ILM a été dirigé entre 1999 et 2002 par François Laudon[6] ; puis entre 2008 et 2014 par Patrick Howell, date à laquelle il a rejoint le gouvernement d'Édouard Fritch[7].

Recherche[modifier | modifier le code]

L'Institut Louis-Malardé est l'un des trois principaux acteurs de la recherche de l'archipel[8]. Il organise à Tahiti en un séminaire sur les maladies infectieuses[9].

Il a pu confirmer l'origine de l'épidémie de 2013 : le virus Zika[10]. L'institut travaille également sur les autres arboviroses : chikungunya[11] et dengue[12].

L'ILM travaille sur la ciguatera[13] et est à l'origine d'un site d'information et de lutte contre cette maladie[14].

L'institut se voit confier des missions sanitaires comme l'évaluation de l'imprégnation par la pollution industrielle[15].

L'ILM est partenaire de l'université de Polynésie française, de l'IRD et de l'Ifremer au sein de l'unité mixte de recherche "Écosystèmes insulaires océaniens" (UMR-EIO).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.tahiti-infos.com/Budget-2014-de-la-Polynesie-francaise-les-grandes-realisations-prevues_a89577.html », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)
  2. « Dengue : le cap du millier de cas est franchi », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)
  3. « La cigüatera est en train de devenir un fléau mondial », Polynésie 1re,‎ (lire en ligne)
  4. « FERMETURE DU LABORATOIRE LIBÉRAL D'ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES », La dépêche de Tahiti,‎ (lire en ligne)
  5. « Un laboratoire de haute sécurité pour l’Institut Malardé », Polynésie 1re,‎ (lire en ligne)
  6. « FRANÇOIS LAUDON EST LE NOUVEAU DIRECTEUR DE LA SANTÉ », La Dépêche de Tahiti,‎ (lire en ligne)
  7. « Présentation des membres du gouvernement Fritch I », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)
  8. « Recherche: L'UPF, l'ILM et l' IRD créent le CPRBI », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)
  9. « http://polynesie.la1ere.fr/2014/10/31/un-seminaire-sur-les-maladies-infectieuses-bientot-tahiti-202554.html », Polynésie 1re,‎ (lire en ligne)
  10. « L’épidémie de zika en Polynésie va permettre de mieux connaître ce virus », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)
  11. « PREMIERS CAS DE CHIKUNGUNYA IDENTIFIÉS À TAHITI », La Dépêche de Tahiti,‎ (lire en ligne)
  12. « Compte-rendu du conseil des ministres du 13 mai 2015 », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)
  13. « La ciguatera, maladie des mers chaudes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. « Un site internet pour lutter contre la ciguatera », Polynésie 1re,‎ (lire en ligne)
  15. « Compte-rendu du conseil des ministres du 17 décembre 2014 », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]