Innocence (caractère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Innocence.

L'innocence est une notion désignant une caractéristique propre à une personne ingénue ou bien n'ayant jamais effectué d'acte dit coupable. Le mot est empreint de différents sens distincts ; à ce titre les dictionnaires renvoient généralement les acceptions suivantes :

- le fait de n'être pas souillé par le péché ou de ne pas penser à mal, et par extension, de ne rien commettre de coupable ou de répréhensible ;

- le fait de faire preuve de naïveté et/ou d'ignorance ;

- l'ignorance et/ou l'inexpérience en matière sexuelle ;

- dans une « logique » chrétienne, l'état caractérisant la période antérieure au péché originel, ou alors l'état de l'individu qui aura été libéré du péché originel par le sacrement du baptême.

Dans la culture occidentale, elle revêt une grande importance. Héritée en grande partie de la religion chrétienne, pour qui la notion de péché et de culpabilité est primordiale, elle est souvent associée à la pureté et la virginité, ce qui lui confère un rapport plus ou moins explicite à la sexualité.

Entre autres, l'innocence est généralement très rattachée à l'enfance

Le sens juridique du mot désigne la non culpabilité d'un prévenu vis-à-vis de faits qui lui sont reprochés par la justice.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie d'« innocence » est rattachée à la racine Nek-, Nok- (indo-européen) qui veut dire « causer la mort de quelqu'un » et qui a donné « noyer » puis « nocif », « nuisible ».

L'in- nocent (« in » privatif) est donc « non-nuisible », nuisible au sens de « causer la mort de quelqu'un ».

Il y a donc trois notions dans la nuisibilité, dans la « nocence » :

  • « causer », soit un acte-origine qui est cause, source d'une logique, d'un enchaînement.
  • Un résultat, « mort », qui est la fin d'un processus (la mort d'une espérance…).
  • « Quelqu'un », notion désignant un élément dans une quantité, une unité relative à la composition d'un ensemble, celui des hommes.

« Causer la mort de quelqu'un », c'est donc enclencher un processus mettant fin à une unité relative à l'ensemble des hommes.

Ainsi définie la « nocence » ne s'appliquerait donc pas forcément à la tuerie ou au massacre (ensemble des uns). Le pilote de l'Enola Gay n'est ainsi pas « nuisible » faisant partie lui-même d'un ensemble (les Américains) luttant contre un autre ensemble (les Japonais).

Ce « non-sens » nous amène donc à une nouvelle définition de la « nocence »: est « nocence » (nuisible), un nombre quelconque d'unité enclenchant la fin d'un nombre quelconque d'unités.

« Tu ne tueras point » étant l'article « supérieur et fondateur » de la Loi, est « nocence » par degré un nombre quelconque d'unités la transgressant.

Une nouvelle notion est ainsi introduite quant à l'acte isolé, celle d'un ensemble mettant plus ou moins en danger, par réaction en chaîne, le lien maintenant l'unité d'un ensemble (loi/ leg/lien/homme/humanité). L'in-nocent pourrait donc être celui qui ne met pas en péril de façon absolue le lien de l'ensemble des hommes. Mais qui pourrait ne pas mettre en péril de façon absolue le lien (tu ne tueras point) de l'ensemble des hommes? Et pourquoi ce lien, ce besoin de l'article premier de la loi? Personne ne serait-il innocent? Celui qui tue l'humanité ne le ferait-il pas sans se salir les mains, en se cachant derrière la loi ou en agissant par l'ensemble des hommes?

Références[modifier | modifier le code]