Inktober

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jake Parker, fondateur d'Inktober.

Inktober, créé par Jake Parker en 2009, est un défi qui se déroule entre le 1er et , dont le but est de produire un dessin par jour[1] suivant des contraintes qui changent chaque année. Les dessinateurs peuvent publier leurs œuvres sur les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook, ou encore Instagram. Il s'est également répandu sur le réseau social du Fédiverse (dont Mastodon fait partie) en octobre 2018. Divers dérivés sont ensuite apparus, comme Pinktober.

Le terme Inktober est un néologisme fait d'un mot-valise constitué des mots anglais ink (l'encre) et october (le mois d’octobre)[2].

Ce défi nécessite de faire un dessin par jour durant tout le mois d'octobre suivant la liste de l'année. Les dessins sont en noir et blanc car arrêtés au stade de l'encrage, d'où la mention de l'encre dans le nom du défi.

Controverse[modifier | modifier le code]

Jake Parker, qui a lancé le mouvement à déposé la marque Inktober aux services de propriété intellectuelle. Stuart Semple (en), créateur du mouvement Pinktober, lui reproche de vouloir s'accaparer les droits sur les dessins des auteurs ayant participé à la compétition, notamment en envoyant aux auteurs vendant leurs dessins réalisés pendant la compétition des lettres de mise en demeure de la part des avocats de Parker, ce qui a été confirmé par plusieurs aritstes d'après lui. Semple, créateur du « Plus rose des roses » (anglais : pinkest pink), dit donc avoir créé Pinktober en réaction, et afin de boycotter Inktober et afin de protéger la créativité de la communauté artistique. Semple à également bannit Jake Parker de la compétition. Jake parker est également accusé, dans son ouvrage « All Year Long » d'avoir plagié l'ouvrage « Pen & Ink Drawing: A Simple Guide » de Alphonso Dunn[3].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mathilde Trg, « Le défi #Inktober te motive à dessiner ce mois d’octobre ! », madmoiZelle.com,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018)
  2. Camille Gévaudan, « Pour «Inktober», les bestioles à l'encre envahissent Twitter », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018)
  3. (en) Naila Scargill, « Stuart Semple Wages War Against Inktober Creator With #Pinktober », sur Trebuchet Magazine,