Informateur d'échecs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Informateur d'échecs
Pays Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Drapeau de la Serbie Serbie
Langue internationale
Périodicité 4 numéros par an
Genre Presse internationale
Date de fondation 1966
Ville d’édition Belgrade

Directeur de publication Aleksandar Matanović
ISSN 0351-1375
Site web http://www.chessinformant.org/

L’Informateur d'échecs (Šahovski Informator en serbe, Chess Informant en anglais) est une société de publication de livres et de logiciels d'échecs.

La société a été fondée par le grand maître Aleksandar Matanović en 1966 afin de procurer au monde les données auxquelles avaient accès uniquement les joueurs soviétiques. Cette société revendique la vente de 3 millions de livres dans 150 pays. La société a également développé un appareil typographique d'annotations de la partie indépendant de la langue du lecteur qui fait autorité dans le monde échiquéen.

Publications[modifier | modifier le code]

Informateur des échecs[modifier | modifier le code]

La revue qui a rendu célèbre cette maison porte le même nom que la société et est éditée avec une périodicité semestrielle jusqu'en 1990, trois fois par an depuis cette année, puis 4 fois par an à partir du numéro 100 paru en 2007. Les ouvrages proposent des analyses de parties de niveau international[1], souvent par les joueurs eux-mêmes. Selon l'ancien champion du monde d'échecs Garry Kasparov, « Nous sommes tous des enfants de L'Informateur[2] ».

En 2008, pour célébrer la parution du centième numéro de L'Informateur des échecs, la revue a publié un volume spécial, La Crème de la crème (The Best of the Best 1000, répertoriant les 1000 meilleures parties publiées par L'Informateur depuis 1966.

Encyclopédie des ouvertures[modifier | modifier le code]

La société publie aussi L’Encyclopédie des ouvertures d'échecs, qui propose une classification des ouvertures selon les coups d'ouvertures joués et la position atteinte, en leur attribuant un code ECO (ce qu'on appelle aussi la Théorie). Une ponctuation particulière a été inventée pour décrire les coups et les annotations sans barrière du langage, ponctuation encore largement utilisée aujourd'hui.

Les publications de cette société étaient les sources principales de matériel publié dans les années 1970-1980, ce qui leur a valu le statut de « Bible des échecs », comme peut en témoigner, par exemple, la présence de ces ouvrages dans les bibliographies de pratiquement tous les ouvrages traitant d'échecs. Cette position a toutefois décru avec l'avènement de bases de données informatiques de qualité (Chessbase, etc.) et d'Internet. La société demeure toutefois vivace à l'heure numérique. Elle s'est adaptée en offrant à son tour des produits informatiques, comme des logiciels et des CD-Rom , mais également sous forme de téléchargement sur tablette, mais surtout les analyses très fouillées des parties.

Encyclopédie des finales[modifier | modifier le code]

Autre publication-phare, L’Encyclopédie des finales d'échecs est publiée en 5 volumes à partir de 1982. Une seconde édition est en cours : seuls les deux premiers tomes sont sortis : le premier consacré aux Finales de pions au printemps 2012, et le second consacré au Finales de tours au printemps 2014.

Autres encyclopédies[modifier | modifier le code]

L'informateur a également publié d'autres encyclopédies (même format et même présentation que l'Encyclopédie des ouvertures :

  • Encyclopedia of Chess Problems. Themes and Termes[3] (2012, nouvelle édition[4]) ;
  • Encyclopedia of Chess Combinations, 5th édition ;
  • Encyclopedia of Chess Miniatures, 1st edition (2014) : encyclopédie des parties courtes (moins de 20 coups).

Autres publications[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, la société a également produit une série de monographies détaillée, consacrées à certaines ouvertures d'échecs. Une vingtaine de titre est parue, mais la série a été interrompue, sans doute victime de la concurrence des bases de données informatiques (Chessbase, etc).

Statistiques[modifier | modifier le code]

Dans le numéro 100 de l'Informateur, quelques statistiques ont été publiées[5] couvrant la période de 1967 à 2007 (cent numéros de l'informateur) : 101 033 parties publiées, 3 128 combinaisons, 2 503 finales et 108 études. Le joueur le plus présent est Viktor Kortchnoï, avec 1 709 parties. L'ouverture la plus utilisée est celle ayant le code B33 (variante Svechnikov de la défense sicilienne). 3 000 contributeurs différents apparaissent dans cette revue.

En mars 2014, la revue a sorti son numéro 119, intitulé Viking, célébrant la victoire de Magnus Carlsen au championnat du monde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A Milestone for Literary Chess Institution
  2. The Best of Chess Informant : Garry Kasparov
  3. Contrairement aux autres volumes de l'éditeur, qui privilégie la notation internationale, celui-ci en anglais exclusivement.
  4. L'ancienne édition s'intitulait (en) Antology of Chess Problems.
  5. The First Hundred Informants

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, The Best of the Best 1000 : La crème de la crème, Belgrade, Chess Informant, , 560 p. (ISBN 978-86-7297-055-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]