Indice de rendu de couleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IRC.

L'indice de rendu de couleur, ou IRC, est la capacité d'une source de lumière à restituer les différences entre couleurs du spectre visible[1]. C'est, avec la température de couleur, le second facteur permettant de qualifier une source de lumière[2] et donc d'en mesurer la qualité perçue. En cela, comparer l'IRC de deux sources lumineuses n'a de sens que dans la mesure où la température de couleur émise par ces sources est la même.

L'IRC est quantitativement mesurable et s'exprime, pour une lumière considérée, comme un pourcentage de reconnaissance des couleurs, par rapport à un idéal et pour une température de couleur donnée. L'indice maximum Ra=100 correspond ainsi à une lumière blanche « idéale » telle que la lumière naturelle, tandis que l'indice minimum Ra=0 correspond à la lumière émise par une lampe monochromatique, telle qu'une ampoule à vapeur de sodium, qui ne permet aucune distinction des couleurs entre elles

Pour un éclairage de bonne qualité, il est conseillé d'utiliser des lampes dont l'IRC est supérieur à 90.

Mesure de l'IRC[modifier | modifier le code]

L'indice général de rendu des couleurs Ra, normalisé par la Commission internationale de l'éclairage (CIE), est défini en comparant la source à tester à une source de référence ayant la même température de couleur et rayonnant comme un corps noir. On affecte à cette dernière la valeur 100, qui caractérise un spectre considéré comme idéal.

On utilise ces deux sources pour éclairer plusieurs échantillons standards. Les couleurs perçues avec la référence et la source à tester (mesurées selon la norme CIE 1931) sont comparées à l'aide d'une formule classique[3] et on fait une moyenne sur tous les échantillons pour obtenir l'IRC de la source à quantifier. Comme on utilise souvent huit échantillons, les fabricants utilisent généralement le préfixe "octo-" pour leurs lampe à haut IRC.

Le soleil et les lampes à incandescence étant des corps noirs, leurs IRC valent donc 100.

Valeurs-types pour les lampes usuelles[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Tube fluorescent avec un marquage 840 indiquant un IRC de 80 à 89 et une température de couleur de 4000k (Blanc neutre)
  • Les tubes fluorescents ont un IRC de 60 à 90. Les tubes fluorescents dits « blanc industrie » ou « blanc universel » ont un IRC médiocre et donnent parfois ces teints « blafards » ou « verdâtres » qui ont donné une mauvaise réputation aux tubes fluorescents.
  • Certaines lampes utilisées dans le secteur routier ou autoroutier sont de type lampe à vapeur de sodium basse pression. C'est leur IRC particulièrement bas inférieur à 15 (même si la plupart des fabricants n'applique même pas l'IRC à ces lampes), et non leur température de couleur d'environ 1800K à 2000K (rouge orangée), qui explique la modification des couleurs de carrosserie des voitures. On pourrait dire en simplifiant grossièrement qu'un IRC de 25 ne restitue qu'un quart des nuances du spectre.
  • Les lampes au sodium haute pression ont un IRC un peu plus élevé (~ Ra22), sauf les lampes SHP blanches qui, elles, ont un bien meilleur IRC (65-80), avec une lumière plus blanche convenant à un usage commercial, mais un rendement et une durée de vie insuffisants pour l'éclairage urbain.
  • Les lampes aux halogénures métalliques ont un IRC compris entre 60 et 95, donc un très bon rendu des couleurs, comparé au sodium basse pression. Les lampes à mercure ont un IRC variable, autour de 15 pour les claires. Avec un revêtement fluorescent, elles ont un IRC d'environ 50, mais un spectre pauvre en couleurs.
  • En France, les voitures possédaient auparavant des phares jaunes, peu éblouissants, mais de faible IRC. Ils sont maintenant blancs, par harmonisation avec l'Union européenne, pour en augmenter l'IRC.
  • Les premières DEL (diodes électroluminescentes) blanches étaient dominées par leur DEL bleue utilisée pour pomper leurs luminophores émettant dans le jaune et n'avaient qu'un IRC de 70 à 80. Depuis 2009, des DEL blanches atteignent l'IRC de 85 et deviennent ainsi mieux adaptées à l'éclairage. En 2013, des DEL de haut de gamme peuvent avoir un IRC de 90[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Caractérisation du rendu des couleurs des nouvelles sources : les diodes électroluminescentes, Thèse de doctorat du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) de Paris, dans la spécialité "Lasers, métrologie, communications", Nicolas POUSSET, 2009, p. 30
  2. Illustrations et exemples qualitatifs d'IRC et de températures de couleur
  3. (en) Formule de calcul de l'IRC
  4. spécification constructeur de la gamme Philips MyAmbiance

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Color rendering index » (voir la liste des auteurs)

Liens externes[modifier | modifier le code]