Imprenta Nacional

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Imprenta Nacional
Imprenta y Calcografía Real o Nacional, Madrid (cropped).jpg
Présentation
Type
Bâtiment détruit (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Architectes
Juan Pedro Arnal (d), Manuel Rodríguez Turrillo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
fin du XVIIIe siècle
Destruction
début du XXe siècle
Localisation
Adresse
10 rue Carretas (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Madrid
Flag of Spain.svg Espagne
Coordonnées

L’Imprenta Nacional ou Imprenta Real est un ancien bâtiment de Madrid, construit à la fin du XVIIIe siècle et situé dans la rue Carretas. L'édifice, qui a successivement accueilli une imprimerie, une chalcographie et un bureau de poste, a disparu au début du XXe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

L'édifice a été érigé par les architectes Manuel Rodríguez Turrillo et Juan Pedro Arnal (es)[1],[N 1] vers la fin du XVIIIe siècle[4]. Il se situait au no 10 de la calle de Carretas, à Madrid[1].

L'immeuble formait un polygone irrégulier[5]. Son rez-de-chaussée était peu élevé et la porte d'entrée principale menait à son centre, avec trois autres entrées, dont deux possédaient un linteau avec un encadrement par-dessus les côtés[1]. L'entrée principale est constituée d'un arc de plein cintre en granit, décoré de deux colonnes striées du même matériau, avec des bases et chapiteaux ioniques terminant avec une corniche tout en haut de l'édifice[5].

Fonctions[modifier | modifier le code]

L'édifice a d'abord été le siège de la Imprenta y Calcografía Real o Nacional, l'imprimerie et chalcographie nationale[2],[3]. Le premier directeur de la chalcographie fut Manuel Monfort Asensi de 1784 à 1794.

Il a ensuite été occupé un temps par une entreprise de gestions administratives, puis devient le siège de l'administration de la poste espagnole. Quand l'Imprenta Nacional est refondée, elle s'installe dans ce bâtiment[5]. Dans le Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, l'édifice est décrit comme « l'un des plus somptueux de Madrid »[1].

Il disparaît avant les années 1950[6]. Sur ses bases sont construits l'Hôtel Madrid et le Teatro Albéniz (es)[7],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en espagnol intitulée « Imprenta Nacional (Madrid) » (voir la liste des auteurs).

Notes
  1. L'intérieur de l'édifice est attribué à Arnal et daterait de 1791 ; la façade serait elle de Turrillo[2],[3].
Références
  1. a b c et d Madoz 1847, p. 948.
  2. a et b Mesonero Romanos 1831, p. 225.
  3. a et b (es) « Imprenta y Calcografía Real o Nacional », sur Bibliothèque nationale d'Espagne.
  4. Sambricio 1973, p. 311-312.
  5. a b et c Fernández de los Ríos 1876, p. 269-270.
  6. a et b (es) Bruno García Gallo et Camille Lavoix, « El teatro Albéniz sale a subasta y termina en manos de un banco », elpais.com,‎ (lire en ligne).
  7. (es) Ruth Ugalde, « Mazabi compra el Hotel Madrid y garantiza la supervivencia del histórico Teatro Albéniz », elconfidencial.com,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :