Ibrahim Aboubacar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ibrahim Aboubacar
Ibrahim Aboubacar en 2017
Ibrahim Aboubacar en 2017
Fonctions
Député de la 2e circonscription de Mayotte
En fonction depuis le
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Fomboni
Nationalité Française

Ibrahim Aboubacar, né le , est un homme politique français. Il est élu député de la deuxième circonscription de Mayotte lors des élections législatives de 2012.

Ibrahim Aboubacar est marié et père de cinq enfants. Après des études qui le mènent à une qualification d'ingénieur de l'école des travaux publics de Paris (ESTP), il rejoint son île de Mayotte en 1990 où il débute une carrière professionnelle qui le conduit à des fonctions d'encadrement et de direction dans les secteurs de la construction, de l'urbanisme, de l'aménagement, portuaire et du développement économique.

Il commence son action publique par des responsabilités syndicales à partir de 1990 et milite dans l'action politique à partir de 1992. Il est l'un des membres fondateurs de la CISMA-CFDT.

Successivement conseiller économique et social de Mayotte de 1999 à 2004 et conseiller général du canton de Sada de 2008 à 2012, il est élu au poste de 1er Vice-Président du Conseil Général de Mayotte, ce qui explique qu'il a une parfaite connaissance du peuple et du territoire mahorais.

Depuis 2012, il est le député de la 2ème circonscription de Mayotte.

Profondément attaché à son ile, Ibrahim Aboubacar s'est battu jour après jour à l'Assemblée nationale – dont il maitrise parfaitement les rouages – et au sein des Ministères afin de défendre haut et fort les couleurs de Mayotte. Si cela n'a pas toujours été facile, son combat lui a permis de se démarquer par son volontarisme tant à l'Assemblée nationale qu'auprès des différents ministres et responsables politiques, améliorant ainsi la visibilité de Mayotte dans l'hexagone. Les nombreux engagements et les résultats déjà visibles issus de ces batailles font de son mandat un succès.

Plus particulièrement sensibles aux questions sociales, il est à l'origine du document stratégique "mayotte 2025" qui a entraîné la mise en place de la carte vitale à Mayotte et du lancement du chantier de la CMU-c pour les Mahorais, d'une part et au relèvement du montant de nombre d'allocations pour les familles et les personnes en recherche d'emploi (RSA, allocation rentrée scolaire, etc.). Plus récemment, il a fait voter à l'Assemblée nationale la mise en place d'autres prestations sociales en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées. Outre les domaines de la santé et des aides sociales, il s'est très fortement battu pour obtenir la création de nouvelles écoles, collèges et lycées et a permis la future mise en place du Passeport Mobilité pour aider les étudiants mahorais dans le cadre de leurs études. Enfin, on lui doit également un grand nombre d'avancées en matière de droit du travail avec notamment la transposition du Code du Travail à Mayotte, l'indexation des salaires dans la fonction publique, la reconstitution des carrières des agents publics titulaires, la mise en place de la prime d'activité. De plus, ses anciennes activités syndicales expliquent qu'il n'a jamais eu de cesse de soutenir les syndicats dans leurs combats tout au long de son mandat et d'être à l'écoute des doléances de la société civile.

Il est aussi le seul élu à avoir porté devant l'Assemblée nationale la question d'un aménagement du droit du sol à Mayotte, qui fait tant débats à mayotte, de manière responsable et dépassionnée.

Fort de son bilan, et face à des chantiers qui restent à mener, il est de nouveau candidat pour les élections législatives de 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]