IGEM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'iGEM, ou International Genetically Engineered Machine competition (Compétition internationale de machines génétiquement modifiées), est une compétition internationale de biologie de synthèse organisée chaque année à Boston. Cette compétition a commencé en 2003 comme un cours indépendant pour les étudiants du Massachusetts Institute of Technology (MIT), où les étudiants devaient développer des dispositifs biologiques pour fabriquer des cellules clignotantes. En 2004, ce cours est devenu une compétition d'été avec 5 équipes et a continué à croître, avec 13 équipes en 2005 et plus de 300 équipes venant de 30 pays en 2016.

Principe[modifier | modifier le code]

Des équipes multidisciplinaires travaillent tout l'été pour construire des systèmes génétiquement modifiés en utilisant des pièces biologiques standardisées (appelées BioBricks (en)). Les équipes d'étudiants reçoivent un kit au début de l'été, envoyé par le registre des composants biologiques standards (en), situé au MIT. Ce kit est constitué d'une variété de composants génétiques tels que des promoteurs, des terminateurs, des gènes rapporteurs et des vecteurs de clonage. Les étudiants travaillent et combinent ces composants à d'autres qu'ils ont eux-mêmes conçus pour construire des circuits génétiques synthétiques et les faire fonctionner dans des cellules vivantes. Ainsi les équipes iGEM participent, à l'intérieur et à l'extérieur du laboratoire, à la création de projets sophistiqués; ce qui contribue de manière positive à l'émulation scientifique au sein de leur communauté et à la progression des connaissances dans le domaine de la Biologie.

De nombreuses disciplines interviennent dans la compétition iGEM. Même si celle-ci peut sembler quelque peu centrée sur la biologie et l’ingénierie, les équipes sont souvent pluridisciplinaires d'où la diversité des projets présentés.

Quelques exemples sont: l'informatique, l'art et le design, la physique, le marketing, le droit, les mathématiques et les sciences sociales.

Les équipes sont également tenues d'avoir deux instructeurs académiques pour participer. Cette condition permet de garantir que les équipes pourront bénéficier d'un soutien et d'un mentorat pendant toute la compétition. Ils sont également encouragés à chercher d'autres support et conseils auprès de spécialistes qui pourront les aider dans la construction de leur projet. Cela inclut souvent des étudiants de cycles supérieurs ou d'autres professeurs d'université qui possède une expertise sur un (ou plusieurs) aspects de leur projet.


Le format de la compétition iGEM combinant des phases de conception et de construction est très motivant et constitue une méthode d'apprentissage efficace. L'iGEM se décline en deux catégories, undergraduate et overgraduate. Le niveau bac +5 (ou un âge de 23 ans) est la limite pour participer à iGEM undergraduate. Après avoir obtenu un bac +5 il reste toujours possible de participer en tant que conseillers ou superviseurs, ou bien de participer dans la catégorie overgraduate[1].

Jusqu'en 2010, les étudiants se retrouvaient à l'automne aux États-Unis au MIT pour le jamboree, un grand rassemblement où chaque équipe présente son travail devant un jury international, composé de chercheurs et ingénieurs de différents domaines : biologie, physique, chimie, informatique. Les jurés désignaient les meilleurs projets dans différents catégories : médecine, recherche fondamentale, environnement...

En 2012, la compétition iGEM s'est détachée du MIT et a maintenant adopté le statut d'une organisation à but non lucratif[2].

Randy Rettberg, ingénieur qui a travaillé pour des entreprises de technologies, telles que Apple, Sun et BBN, est le directeur de la compétition iGEM.

Systèmes biologiques / BioBricks[modifier | modifier le code]

L'un des buts de la compétition est de construire des systèmes biologiques simples à partir de pièces standardisées, interchangeables et de les exploiter dans des cellules vivantes. Les organisateurs de l'iGEM fournissent une bibliothèque de pièces normalisées (appelé BioBrick standard biological parts) aux étudiants, et leur demandent de concevoir et de construire des machines génétiques. Les équipes d'étudiants peuvent également soumettre leurs propres BioBricks. Les projets aboutis font apparaître des propriétés nouvelles et/ou inhabituelles dans des cellules grâce à l'ingénierie d'ensemble de gènes et/ou grâce à des mécanismes pour réguler leur expression.

De larges objectifs:

Au-delà de la simple construction de systèmes biologiques, les objectifs de la compétition iGEM sont:

  • Permettre l'ingénierie systématique de la biologie.
  • Promouvoir le développement libre d'outils pour la biologique de synthèse
  • Participez à la construction d'une société permettant une utilisation, proactive et sécuritaire, des biotechnologies.

Deux aspects de la compétition iGEM, à savoir l’auto-organisation et la manipulation inventive de matériel génétique, en font un moyen de susciter l'intérêt des étudiants en biologie moderne et de développer leurs compétences d'apprentissage autonome.

Croissance de ces dernières années[modifier | modifier le code]

Comme mentionné ci-dessus, l’iGEM a été développé à partir de projets réalisés dans des cours internes au MIT en 2003. Durant l’été 2004, un concours a été organisé avec 5 équipes de plusieurs universités américaines et en 2005, pour la première fois des équipes extérieures aux Etats-Unis ont pris part à la compétition. Depuis, le concours iGEM n’as pas cesser de croitre, avec 130 équipes en 2010.

En raison de la croissance, en 2011, le concours a été divisé en trois régions: l'Europe, l'Amérique et l'Asie (bien que les équipes de l'Afrique et de l'Australie ont également participé, comme «Europe» et «Asie», respectivement). Des compétitions régionales ont eu lieu et les équipes ont été sélectionnées pour participer à la finale mondiale au MIT. En 2014, les régions ont été enlevées et depuis, seule la finale (Giant Jamboree) est tenu à Boston.

D'autre part, en Janvier 2012 la fondation iGEM a été séparé du MIT et est devenue une organisation indépendante à but non lucratif à Cambridge (Massachusetts, USA). La fondation iGEM soutient la recherche et l'enseignement des sciences à travers l'organisation du concours iGEM.

Dans l'édition 2016, il y a 301 équipes inscrites et le Jamboree aura lieu le 27 Octobre.

Les résultats du concours[modifier | modifier le code]

Top Universities by Year
1st Undergrad. 2nd Undergrad. 3rd Undergrad. 1st Overgrad. 2nd Overgrad. 3rd Overgrad. Complete Results
2015 William and Mary Czech Republic Concordia University TU Delft BGU Israel iGEM 2015
2014 Heidelberg Imperial NCTU Formosa UC Davis Wageningen TU Darmstadt iGEM 2014
2013 Heidelberg TU Munich Imperial Paris Bettencourt Bielefeld Sun Yat-sen iGEM 2013[note 1]
1st 2nd 3rd 4th 5th 6th Complete Results
2012 Groningen Ljubljana Paris Bettencourt[note 2] LMU Munich iGEM 2012
2011 Washington Imperial ZJU China MIT iGEM 2011 [note 3]
2010 Ljubljana Peking BCCS Bristol Cambridge Imperial TU Delft iGEM 2010
2009 Cambridge Heidelberg Valencia Freiburg Bioware Groningen Imperial iGEM 2009
2008 Ljubljana Freiburg Caltech Harvard NYMU Taipei UC Berkeley iGEM 2008
2007 Peking Paris Ljubljana UC Berkeley UCSF USTC iGEM 2007 [note 4]
2006 Ljubljana Imperial Princeton iGEM 2006
2005 Years prior to 2006 had no specific winners iGEM 2005
2004 IAP 2004, SBC 2004
2003 IAP 2003
Top High Schools by Year
Grand Prize 1st Runner-Up 2nd Runner-Up Complete Results
2015 TAS Taipei iGEM HS 2015
2014 CSIA-SouthKorea TP CC-SanDiego[note 5] TAS Taipei iGEM HS 2014
2013 Lethbridge Canada AUC Turkey CIDEB-UANL Mexico iGEM HS 2013
2012 Heidelberg LSL NC School of Sci Math CIDEB-UANL Mexico iGEM HS 2012
2011 Years prior to 2012 had no separate high school division

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « note », mais aucune balise <references group="note"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.