Hypervision (informatique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En informatique, l'hypervision est la centralisation des outils de supervision d’infrastructure, d'applications et de référentiels (par exemple, la base de données configuration management database - CMDB). Il s'agit d'un outil d’agrégation ou de console unique.

L'hypervision propose aussi des liens vers d'autres outils de type gestion des services informatiques comme le ticketing. Elle apporte également une vue globale et consolidée d'un système informatique.

De plus, l'hypervision permet de réaliser de multiples opérations sur l'ensemble des données ou événements normalisés.

Les principales fonctionnalités fournies par une solution d'hypervision sont :

  • la mise à disposition d'un bac à événements complet ;
  • une vision synthétique du système informatique ;
  • la corrélation (mise en évidence de la cause première d'un incident et l'impact de celui-ci sur le reste du système informatique)[1] ;
  • l'obtention de statistiques et l'exécution de calculs complexes ;
  • l'enrichissement des événements.

L'hypervision peut regrouper de nombreuses autres possibilités[2],[3].

Différence entre supervision et hypervision[4][modifier | modifier le code]

Supervision[modifier | modifier le code]

Dans une entité, il peut y avoir plusieurs systèmes de supervision, qui peuvent se compléter et communiquer entre eux. Ils collectent les informations, donnent des indications sur le fonctionnement normal des systèmes, les incidents constatés, les faits inhabituels, leurs disponibilités et leurs accessibilités (liste non exhaustive).

L’inconvénient se pose sur la répartition, la complexification et la distribution des systèmes informatiques.

Hypervision[modifier | modifier le code]

Un seul système d'hypervision est requis, toutes les informations collectées remontent jusqu’à lui. L'hypervision sectorise les activités, corrèle les données partielles ou totales, et agrège autant que nécessaire, pour le bon contrôle et la surveillance de la structure souhaitée. L'hypervision permet d'optimiser et de réduire les sources d’indisponibilité d’un ensemble de systèmes[5],[6].

Éditeurs de logiciels d'hypervision[modifier | modifier le code]

On peut distinguer deux types d'éditeurs de logiciel d'hypervision : les éditeurs propriétaires et les éditeurs open source :

Liste de solution d'hypervision
Editeur Nom courant Ancien nom Solution Type
IBM Netcool Tivoli Netcool/OMNIbus IBM Netcool Operations Insight propriétaire
Hewlett-Packard Enterprise [7] Operations Manager i Business Service Management (Service and Operation Bridge) propriétaire
Micro Focus Operations Bridge Manager Operations Manager i Operations Bridge propriétaire
BMC Software [8] TrueSight Event Manager BMC Event Manager TrueSight Operations Management propriétaire
CA Technologies (UIM) Unified Infrastructure Management Unicenter TNG (The Next Generation) propriétaire
Broadcom DX Infrastructure Management (UIM) Unified Infrastructure Management propriétaire
GroundWork GroundWork Open Source propriétaire
ServiceNow IT Operations Management propriétaire
Blue Medora True Visibility True Visibility Suite propriétaire

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Corrélation des événements : de la supervision à l'hypervision » (consulté le 23 septembre 2016)
  2. « De la supervision à l’hypervision », sur www.wingoo-solutions.fr (consulté le 22 septembre 2016)
  3. « Hypervision : Piloter votre supervision - Monitoring des alertes », (consulté le 22 septembre 2016)
  4. « Société StratOrga, Intégrateur à forte valeur ajoutée », sur stratorga.com (consulté le 23 septembre 2016)
  5. « Préntation d'un Hyperviseur [sic] », sur www-igm.univ-mlv.fr (consulté le 22 septembre 2016)
  6. « Hypervision, une vision consolidée de l’état du SI » (consulté le 23 septembre 2016)
  7. « Hypervision du SI : les solutions de supervisions évoluent », sur www.sapiensgroup.fr (consulté le 22 septembre 2016)
  8. « L’hypervision des Services - Présentation au BMC Exchange Paris 2014… », (consulté le 22 septembre 2016)