Histoire de l'art (Gombrich)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Histoire de l'art (The Story of Art) d'Ernst Gombrich est un des ouvrages d'histoire de l'art les plus célèbres[1]. Il est publié pour la première fois en 1950, alors que son auteur était titulaire de la chaire d'histoire de la Tradition classique à l'université de Londres jusqu'en 1976. De nouvelles versions sont sorties par la suite[1]. Le livre a connu un succès considérable auprès d'un large public. La version anglaise de l'ouvrage demeure l'édition de référence alors qu'Ernst Gombrich enseignait à l'université de Londres. Cet ouvrage a été, par la suite, adapté dans diverses langues dont le français et il connut un succès mondial[2].

L'auteur y présente l'ensemble de l'histoire de l'art, des primitifs à l'époque actuelle. Il défend en particulier les thèses suivantes[réf. nécessaire] :

  • L'art égyptien vise à exprimer la forme, l'essence des choses, dans une perspective religieuse (conserver ces choses pour qu'elles accompagnent les morts dans l'au-delà). C'est pourquoi chaque chose y est représentée sous son angle le plus caractéristique (le visage de profil, l'œil de face, le buste de face, le pied de profil, etc.).
  • L'art grec invente le raccourci et insuffle peu à peu de la vie aux formes abstraites héritées de l'art égyptien (et non l'inverse : il ne s'agit pas d'idéaliser une forme vivante mais de donner vie à une forme abstraite).
  • Par le sfumato, Léonard de Vinci accroît la vie et le réalisme de ses œuvres, en particulier La Joconde (Vinci y utilise le sfumato aux commissures des lèvres et des yeux).
  • Les impressionnistes, une nouvelle fois, renoncent à l'exactitude pour mieux reproduire l'impression que nous ressentons face aux choses.
  • Van Gogh est à l'origine de l'expressionnisme, Cézanne est à l'origine du cubisme, Gauguin est à l'origine d'un retour aux formes de l'art primitif.

Liste des chapitres[modifier | modifier le code]

  1. Mystérieux débuts : peuples préhistoriques et peuples primitifs ; Amérique ancienne
  2. Un Art pour l'éternité : Égypte, Mésopotamie, Crète
  3. Le Grand Éveil : la Grèce du VIIe siècle av. J.-C. au Ve siècle av. J.-C.
  4. La Terre de la beauté : la Grèce et le monde grec du IVe siècle av. J.-C. au Ier siècle de notre ère
  5. Conquérants d'empires : Romains, Bouddhistes, Juifs et Chrétiens, du Ier au IVe siècle de notre ère
  6. Bifurcation : Rome et Byzance du Ve au XIIIe siècle
  7. Regard vers l'est : l'islam et la Chine du IIe au XIIIe siècle
  8. Le Creuset de l'art occidental : l'Europe du VIe au XIe siècle
  9. L'Église militante : le XIIe siècle
  10. L'Église triomphante : le XIIIe siècle
  11. Gens de cour et bourgeois : le XIVe siècle
  12. La Conquête de la réalité : les débuts du XVe siècle
  13. Tradition et Innovation I : la fin du XVe siècle en Italie
  14. Tradition et Innovation II : le XVe siècle dans les pays du Nord
  15. La perfection de l'harmonie : Rome et la Toscane au début du XVIe siècle
  16. Lumière et Couleur : Venise et l'Italie du Nord au début du XVIe siècle
  17. La Renaissance au nord des Alpes : l'Allemagne et les Pays-Bas au début du XVIe siècle
  18. Une Période critique : l'Europe vers la fin du XVIe siècle
  19. La Diversité dans la vision : l'Europe catholique. Première moitié du XVIIe siècle
  20. Le Miroir de la nature : la Hollande au XVIIe siècle
  21. La Puissance et la gloire I : l'Italie, deuxième moitié du XVIIe et XVIIIe siècle
  22. La Puissance et la gloire II : France, Allemagne et Autriche, fin du XVIIe et début du XVIIIe siècle
  23. Le Siècle des Lumières : France et Angleterre au XVIIIe siècle
  24. Rupture dans la tradition : France, Angleterre, Amérique, fin du XVIIIe et début du XIXe siècle
  25. La Révolution permanente : le XIXe siècle
  26. À la recherche de critères nouveaux : la fin du XIXe siècle
  27. Un Art d'expérimentation : la première moitié du XXe siècle
  28. Une Histoire sans fin : Le triomphe du modernisme. Un changement d'attitude. Un passé sans cesse à redécouvrir

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Elisabeth Lebovici, « Ernst Gombrich lègue son œuvre à l'histoire de l'art », Libération,‎ (lire en ligne).
  2. Adrien Goetz, « Histoires de l’art », L'Œil, no 543,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020).