Herbert Seifert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seifert.
Herbert Seifert
Herbert Seifert.jpeg

Herbert Seifert (coll. MFO).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
HeidelbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Académie des sciences de Göttingen, Académie des sciences de Heidelberg (en) (-), Académie des sciences de Heidelberg (en) (-), Académie des sciences de Heidelberg (en) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
William Threlfall (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Étudiants de thèse
Albrecht Dold, Dieter Puppe, Horst Schubert (en)Voir et modifier les données sur Wikidata


Herbert Karl Johannes Seifert, né le 27 mai 1907 à Bernstadt auf dem Eigen et mort le 1er octobre 1996 à Heidelberg, est un mathématicien allemand, connu pour ses travaux en topologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Seifert fut écolier et collégien à Bautzen puis, à partir de 1926, étudiant à l'université technique de Dresde, où il suivit un cours de topologie de William Threlfall (de). Ce fut le début de sa carrière dans ce domaine et de son amitié durable avec Threlfall. En 1928-1929, il séjourna à l'université de Göttingen, où travaillaient des topologues comme Pavel Alexandrov et Heinz Hopf.

Il passa un premier doctorat en 1930 puis, à l'université de Leipzig, un second en 1932[1], sur les variétés qu'on nomma par la suite les fibrés de Seifert.

Seifert continua de collaborer et publier avec Threlfall.

En 1935, Seifert fut affecté à l'université de Heidelberg pour remplacer Heinrich Liebmann (de), professeur juif renvoyé. Pendant la Seconde Guerre mondiale il fut volontaire pour un poste de chercheur à l'Institut für Gasdynamik de la Luftwaffe à Brunswick. Après-guerre, Seifert fut l'un des rares professeurs allemands en lesquels les Alliés avaient confiance, lors de la dénazification.

En 1948-1949, Seifert fut invité par Marston Morse à l'Institute for Advanced Study à Princeton. Le 13 septembre 1949, rentré en Allemagne, il épousa Katharina Korn.

Il prit sa retraite en 1975. Il a dirigé entre autres les thèses d'Albrecht Dold, Dieter Puppe et Horst Schubert (en)[1].

Seifert était membre de l'Académies des sciences de Heidelberg (de) et de l'Académie des sciences de Göttingen. En 1992, il devint membre d'honneur de la Deutsche Mathematiker-Vereinigung.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

  • « Konstruktion dreidimensionaler geschlossener Räume », Berichte Sächs. Akad. Wiss., 1931 (thèse)
  • « Topologie dreidimensionaler gefaserter Räume », Acta Mathematica, 1933 (2e thèse)[2]
  • « Verschlingungsinvarianten », Sitzungsber. Preuß. Akad. Wiss., vol. 16, 1933, p. 811-828 (thèse d'habilitation, soutenue en 1934)
  • avec W. Threlfall : Lehrbuch der Topologie (en), Teubner, 1934[2]
  • avec W. Threlfall : Variationsrechnung im Grossen, Teubner, 1938[3]
  • avec W. Threlfall : Topologische Untersuchungen der Diskontinuitätsbereiche endlicher Bewegungsgruppen des dreidimensionalen sphärischen Raumes 1 et 2, Math. Annalen, 1931 et 1933
  • « Über das Geschlecht von Knoten », Math. Annalen, 1935 [lire en ligne]
  • « Die hypergeometrischen Differentialgleichungen der Gasdynamik », Math. Annalen, 1947/9 [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « Herbert Seifert » (voir la liste des auteurs) et en allemand « Herbert Seifert » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b (en) Herbert Karl Johannes Seifert sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  2. a et b (en) « H. Seifert & W. Threlfall: A Textbook of Topology and H. Seifert: Topology of 3-Dimensional Fibered Spaces ».
  3. (de) Sumner Byron Myers (de), « Review: Variationsrechnung im Grossen (Theorie der Marston Morse) by H. Seifert and W. Threlfall », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 46, no 5,‎ , p. 390 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]