Henri-Pie de Bourbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Enrique Pío de Bourbon
Retrato de Enrique Pío María de Borbón y de Castellvi Material gráfico 1 (cropped).jpg
Titre de noblesse
Liste des ducs de Séville
Prédécesseur
Successeur
María Luisa de Borbón y Parade (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
Mer RougeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Famille
Père
Mère
Elena de Castellvi y Shelly (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
María Luisa de Borbón y Parade (d)
Marta de Borbón y Parade (d)
Maria Luisa de Borbón y Parade, Duquesa de Sevilla (d)
Enriqueta de Borbón y Parade, Duquesa de Sevilla (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coat of Arms of Enrique de Borbón y Castellví, 2nd Duke of Seville.svg
blason

Henri-Pie Marie de Bourbon le 3 octobre 1848 à Toulouse, mort le 12 juillet 1894 en mer Rouge, est un membre de la maison de Bourbon d’Espagne et fut à partir de 1882 le 2e duc de Séville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné d'Henri de Bourbon, infant d’Espagne, et d'Elena de Castellí y Shelly, il naît à Toulouse pendant le premier exil de son père.
Lieutenant-colonel de cavalerie, gouverneur de Tayabas aux Philippines, il sera également exilé pour avoir critiqué la régente (1889).
Il meurt à bord du vapeur Montevideo des suites d'une maladie contractée aux colonies, alors qu’il revenait en Espagne[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Épouse et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse, le 1er avril 1871 à Madrid, Joséphine Parade (12 avril 1840, Argelès, Hautes-Pyrénées - 20 octobre 1939, Madrid), dont il a 3 enfants :

  • Marie-Louise (es)[2] (1868-1949), 3e duchesse de Séville (1895-1919), épouse de Juan de Monclús y Cabañellas[3] (1862-1918). Devenue veuve et sans descendance, elle renonce sous la pression de sa mère (la princesse Joséphine de Bourbon, duchesse douairière de Séville) au titre ducal en 1919 en faveur de sa plus jeune sœur (certains auteurs émettent l'hypothèse que la princesse Joséphine ne fût pas sa mère, et que Marie-Louise fût une fille naturelle du prince Henri-Pie, voire un enfant adopté).
  • Marthe (1880-1928), sans alliance
  • Henriette (1885-1967)[4], 4e duchesse de Séville (1919-1967), épouse de son cousin germain François de Paule de Bourbon (1882-1952)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon, 2e édition, 2004, (ISBN 2-9501509-5-0)
  2. La National Portrait Gallery britannique propose dans ses collections trois photographies de la princesse Marie-Louise de Bourbon, réalisées en juillet 1920 par le studio londonien Bassano Limited, peu avant que cette duchesse de Séville quitte l'Angleterre et retourne en vivre en Espagne. Ces photographies sont enrichies depuis 2017 de commentaires détaillés sur la duchesse et son mari, apportés par la journaliste britannique Yvonne Roberts (en).
  3. Yvonne Roberts (en), « The Duke of Seville », Stretton Focus, Church Stretton, Stretton Focus Limited,‎ , p. 42 (ISSN 1479-7356, lire en ligne).
  4. Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon : 1256-1987 ; éditeur : Villeneuve-d'Ascq : Patrick Van Kerrebrouck, 1987 ; description : 795 pages, 28 cm, volume IV de la collection « Nouvelle histoire généalogique de l’Auguste maison de France » (ISBN 2-9501509-0X), page 376.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La descendance de S.A.R. Don Henri de Bourbon et de Bourbon, Infant d'Espagne, Duc de Séville (préf. et notes : Christian Papet-Vauban), Paris, Communication & Tradition, coll. « Archives des Bourbons », , 2e éd. (1re éd. 1936), 32 p. (ISBN 2911029054, ISSN 1264-4021, notice BnF no FRBNF35820824).
  • Christian Papet Vauban, « Les Ducs de Séville », Bourbons Magazine, Paris, Communication & Tradition, no 7,‎ , p. 10-12 (ISSN 1273-327X).