Haruo Umezaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Umezaki.
Haruo Umezaki
Umezaki Haruo.JPG
Haruo Umezaki
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
Tokyo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction
Prix Shinchōsha de littérature (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Haruo Umezaki (japonais 梅崎 春生; à Sunoko-machi (de nos jours Ōtemon, Chūō-ku), Fukuoka - ) est un écrivain japonais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Fukuoka, Umezaki fréquente le 5e lycée puis étudie le japonais et la littérature à l'université impériale de Tokyo. Il travaille en suite dans cette même université pour la faculté des sciences de l'éducation (kyōiku). Il termine la guerre au service du chiffre de la préfecture de Kagoshima. Après la guerre, il travaille à la rédaction du journal Sunao (素直) de Shin’ichi Eguchi (1914-1979), dans lequel paraît également son Sakurajima. En 1954 il est lauréat du prix Naoki pour Boroya no shunjū. Umezaki fait partie de la première génération des écrivains d'après-guerre.

Liste des œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • 1947 : De minuscules coquillages (Shijimi), dans Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines (Tome II), nouvelle traduite par Brigitte Allioux, Gallimard, 1989 .
  • 1963 : Le Cerf-volant fou (狂ひ凧), roman traduit par Jacques Lalloz, Editions du Rocher, 2008.
  • 1965 : Hallucinations (幻化), roman traduit par Jacques Lalloz, Editions du Rocher, 1993. Réédition sous le titre Illusions (幻化), Editions du Rocher, 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « 梅崎春生 » (consulté le 18 mai 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]