Haruo Umezaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Haruo Umezaki
Umezaki Haruo.JPG
Haruo Umezaki
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
梅崎春生Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction
Prix Shinchōsha de littérature (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Haruo Umezaki (japonais 梅崎 春生; à Sunoko-machi (de nos jours Ōtemon, Chūō-ku), Fukuoka - ) est un écrivain japonais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Fukuoka, Umezaki fréquente le 5e lycée puis étudie le japonais et la littérature à l'université impériale de Tokyo.

Il travaille ensuite dans cette même université pour la faculté des sciences de l'éducation (kyōiku). Il termine la guerre au service du chiffre de la préfecture de Kagoshima.

Après la guerre, il travaille à la rédaction du journal Sunao (素直) de Shin’ichi Eguchi (1914-1979), dans lequel paraît également son premier livre, une nouvelle,Sakurajima(1946), basée sur son expérience militaire sur une base de Kagoshima, qui reste un de ses ouvrages les plus connus. En 1954 il est lauréat du prix Naoki pour Boroya no shunjū. Umezaki fait partie de la première génération des écrivains d'après-guerre.

Principales oeuvres traduites en anglais[modifier | modifier le code]

  • Sakurajima (桜島), 1946. Une nouvelle située à la fin de la Guerre du Pacifique dont le titre est basé sur l'ile volcanique du même nom, Sakurajima, face à la ville de Kagoshima à l'extrémité sud de la grande ile de Kyushu. Cette nouvelle a été publiée deux fois en anglais par l'éditeur japonais Kōdansha International.
  • Hi no hate (日の果て) (End of the Sun), 1947.
  • Kuroi hana (黒い花) (Black Flower), 1950.
  • Nise no Kisetsu (Season of forgery),
  • Suna Dokei (The Hourglass),
  • Boroya no shunjū (ボロ家の春秋) (Shanty Life), 1954.
  • Kurui-dako (狂ひ凧), 1964.
  • Genka (Illusions), 1965.

Oeuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • 1947 : De minuscules coquillages (Shijimi), dans Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines (Tome II), nouvelle traduite par Brigitte Allioux, Gallimard, 1989 .
  • 1964 : Le Cerf-volant fou (狂ひ凧), roman traduit par Jacques Lalloz, Éditions du Rocher, 2008. Édition originale : Kōdansha, Ltd., Tôkyô, 1964.
  • 1965 : Hallucinations (幻化), roman traduit par Jacques Lalloz, Éditions du Rocher, 1993. Réédition sous le titre Illusions (幻化), Éditions du Rocher, 2006. Ce livre est une suite distante de son premier livre, qui le fit connaitre, 'Sakurajima' (1946), qui n'a pas encore été publié en français mais a éte publié deux fois en anglais par l'éditeur japonais Kōdansha International.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « 梅崎春生 » (consulté le 18 mai 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]