Halle de Cologne (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Halle de Cologne
Cologne-place 01.JPG
Halle et monument aux morts
Présentation
Destination initiale
Marché
Construction
XIIIe siècle
Propriétaire
Commune de Cologne (Gers)
Patrimonialité
Inscription, 25 avril 1944
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Occitanie
voir sur la carte d’Occitanie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La halle de Cologne est un édifice de la commune de Cologne (Gers) destiné initialement au marché, situé sur la place centrale de la bastide.

Halle de Cologne

Histoire[modifier | modifier le code]

Cologne est une bastide créée en 1284. La halle destinée à abriter les marchés et les foires, au centre de la vaste place centrale, a été construite en même temps que les maisons à couverts qui l’entourent. Construite essentiellement en bois, elle a probablement, comme ce type de bâtiment, connu de nombreuses réfections qui n’ont pas modifié fondamentalement sa structure originelle.

Architecture[modifier | modifier le code]

Bâtiment central

La halle est de plan carré. Elle se compose d’un bâtiment carré à un étage, en colombages de bois et torchis, entouré sur les quatre faces d’un toit de tuiles en appentis sur une charpente en pièces de bois équarries, reposant sur des piliers de pierre aux angles et de bois ailleurs, eux-mêmes sur des supports de pierre.

Le bâtiment central a probablement été rajouté à une halle simple à une époque inconnue. Jusqu’à la Révolution il a servi de dépôt au rez-de-chaussée, et à l’étage de salle de réunion pour le conseil communal. Il est couronné par un petit campanile à toit conique, rajouté ou refait plus tardivement. La cloche est datée de 1607.

Mesure à grains[modifier | modifier le code]

Mesure à grains

La halle abrite, scellée sur une pierre cylindrique qui servait à dépiquer le grain, une mesure à grain en pierre du XVe siècle, découverte dans un fossé en 1968 et installée ici la même année. Cette mesure, un trou cylindrique percé dans une pierre parallélépipédique, équivaut à environ 40 litres, soit deux mesures en usage avant le XVIIe siècle (la mesure valait 20,02 litres), autrement dit un demi-sac. Avec le cercle métallique disparu qui devait terminer cette pierre, on avait exactement 40,04 litres. Le fond du trou est légèrement incliné vers une ouverture par où s »écoulait le grain, par un clapet disparu. Deux crochets métalliques, de part et d’autre, permettaient d’accrocher le sac où le grain était versé. La partie supérieure porte des encoches où devaient se fixer soit le cercle métallique servant de niveau précis, soit d’autres boisseaux cylindriques en bois permettant d’augmenter la capacité de la mesure[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Soulan, « La mesure à grain (XVe siècle) sous la halle de Cologne (Gers) », Auch, Bulletin de la société archéologique du Gers Gallica

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]