Halifa Sallah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Halifa Sallah
Image illustrative de l'article Halifa Sallah
Fonctions
Député de Gambie

(5 ans et 8 jours)
Successeur Sainey Jaiteh
Chef de l'opposition parlementaire de Gambie

(5 ans et 8 jours)
Prédécesseur Ousainou Darboe
Successeur Ousainou Darboe
Secrétaire général de l'Organisation démocratique du peuple pour l'indépendance et le socialisme
En fonction depuis
(30 ans et 2 mois)
Prédécesseur Parti créé
Biographie
Nom de naissance Halifa Sallah
Date de naissance
Nationalité gambienne
Parti politique Organisation démocratique du peuple pour l'indépendance et le socialisme
Religion Islam sunnite

Halifa Sallah est un homme politique gambien, membre de l'Organisation démocratique du peuple pour l'indépendance et le socialisme (People's Democratic Organisation for Independence and Socialism, PDOIS), ainsi que l'une des principales figures de la coalition d'opposition, la National Alliance for Democracy and Development (NADD).

Sallah est le chef de l'opposition à l'Assemblée nationale et membre du Parlement pan-africain. Il représente la circonscription électorale du Serrekunda central.

En juin 2005, Sallah et trois autres parlementaires membres de l'opposition furent expulsés de l'Assemblée nationale pour appartenir à deux partis en même temps. La NADD avait été enregistrée en tant que parti politique et la Cour suprême avait jugé que l'appartenance à plus d'un parti était en contravention de la constitution gambienne. Des critiques ont dit que ce n'était qu'une tentative pour faire taire l'opposition car il n'existait pas de texte régulant les alliances politiques dans la constitution.

Une élection partielle eut lieu le 29 septembre de la même année, dans laquelle Sallah fut largement réélu.

Début novembre 2005, le président Yahya Jammeh accuse les membres de la NADD de faire croire au gouvernement sénégalais que la Gambie soutient le mouvement indépendantiste casamançais. Le 15 novembre 2005, Sallah et deux autres chefs de l'opposition (Hamat Bah et Omar Jallow) sont arrêtés pour « activités subversives »[1].

Le 6 avril 2017, il est élu député de la circonscription de Serrekunda.

Notes et références[modifier | modifier le code]