Gyula Maár

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dans le nom hongrois Maár Gyula, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Gyula Maár, où le prénom précède le nom.
Gyula Maár
Maár Gyula.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
BudapestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoints
Mari Mahr (en)
Mari Törőcsik (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Máté Járai (d) (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Gyula Maár ([maːɾ]) est un scénariste et réalisateur hongrois né le à Budapest, mort dans cette ville le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à l'École supérieure d'art dramatique et cinématographique (Színház- és Filmművészeti Főiskola) de Budapest, dont il sort diplômé en 1968[2], il devient assistant de Zoltán Fábri et de Károly Makk. Son premier long métrage de fiction, Le Pressoir (1971), L'histoire se passe dans un château. Des jeunes recrues sont sélectionnées pour une instruction étrange. Bálint (le Commandant) doit choisir le candidat idéal pour la Grande Action. Toutefois l'élu, le Garçon choisi doit passer une dernière épreuve : subir un interrogatoire musclé et ne pas craquer. Il ne cédera pas sous la torture. Mais à partir de ce moment il devient apathique et même Teréz (le bras droit du commandant) n'arrive pas à le sortir de sa léthargie. Teréz signale à Bálint que le Garçon n'accomplira pas la Mission. Le commandant ordonne à Teréz de tuer le Garçon. Teréz exécute l'ordre, perd pendant un instant son self-control. Elle revoit Bálint, se dit prête pour d'autres actions, ayant réussi à maîtriser ses sentiments. Bálint tue Teréz... L'instruction des jeunes gens continue. L'actrice Mari Törőcsik, qui est devenue son épouse, y incarne le rôle principal. Quelques années plus tard, celle-ci obtient, par ailleurs, avec Où êtes-vous madame Déry ?, en 1976, le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes. Gyula Maár tournera avec sa femme trois autres films. En 1996, il consacre un documentaire à sa vie de comédienne, Mari Törőcsik.

Il reçoit le prix Kossuth en 2010.

Filmographie principale (longs métrages)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (hu) MTI, « Elhunyt Maár Gyula », Népszabadság,‎ (lire en ligne) [« Gyula Maár est décédé »]
  2. (hu) Maár Gyula, Színház- és Filmművészeti Egyetem

Liens externes[modifier | modifier le code]