Gyêgu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Tibet image illustrant une ville de Chine
Cet article est une ébauche concernant le Tibet et une ville de Chine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Vue panoramique de la ville de Jyekundo (Gyêgu) et de son monastère en 2005

La ville de Gyêgu (tibétain : སྐྱེ་དགུ་མདོ་, Wylie : skye dgu mdo, pinyin tibétain : Gyêgu, THL : kyegu do ; translittération en chinois : 结古街道 ; pinyin : jiégǔ jiēdào ; littéralement : « quartier de Jiegu ») dont l'ancien nom en tibétain était Jyekundo (tibétain : སྐྱེ་རྒུ་མདོ, Wylie : skye rgu mdo, THL : kyegu do ; chinois : 结古镇 ; pinyin : jiégǔ zhèn ; littéralement : « Bourg de Jiegu »)[réf. nécessaire], est le chef-lieu de la ville-district de Yushu et de la préfecture autonome tibétaine de Yushu qui la contient, dans la province chinoise du Qinghai. Comme centre politique, économique et culturel de la région, la ville est aussi souvent appelée Yushu[réf. nécessaire].

Un aéroport (le deuxième de la province après celui de Xining), situé à 26 km du centre-ville, a été ouvert au trafic le 1er août 2009[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville appartenait à la province tibétaine du Kham. Elle est restée interdite aux visiteurs jusque dans les années 1990[2].

Devenue un lieu de pèlerinage après le passage du roi Songtsen Gampo au VIIe siècle, la ville abrite plusieurs temples et monuments, comme le monastère de Dondrub Ling construit en 1398 et qui abrite plus de 500 moines. Le temple Gyanak Mani, qui possède plus de 2 millions de pierres manis.

Tremblement de terre de 2010[modifier | modifier le code]

Le séisme de 2010 de Yushu touche Gyêgu le 14 avril. On rapporte que Gyêgu est la ville la plus sévèrement touchée, et la plupart des bâtiments seraient démolis[3].

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2009, un aéroport a été ouvert à proximité de Gyêgu, siège du gouvernement de la préfecture autonome tibétaine de Yushu. Selon Song Xiuyan, gouverneur du Qinghai « Il permettra également de stimuler le tourisme et de réduire la pauvreté dont souffrent les habitants de la région » en facilitant l'accès par les touristes à la réserve naturelle des Sources des trois rivières. Ce nouvel aéroport permettra de parcourir les 814 km qui séparent la capitale du Qinghai, Xining de Gyêgu en 70 minutes contre 15 heures auparavant[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ouverture d'un nouvel aéroport sur le plateau Qinghai-Tibet », sur China Internet Information Center,‎ (consulté le 2 août 2009)
  2. Les Royaumes de l'Himalaya. Documentaire de 50 minutes réalisé par Juan Novoa, produit par Explora Films. 2010. Version française : TVS (Télévision Vidéo Services). Adaptation : Marie-Christine Wagner. Narration : Pierre-François Pistorio.
  3. http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/asia-pacific/8619135.stm
  4. Chine Information :

Liens externes[modifier | modifier le code]