Grete Kleppen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grete Kleppen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
MoldeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Romancière et traductrice norvégienne née le 8 décembre 1953 à Molde, Grete Kleppen a publié trois romans écrits en néo-norvégien.

Maître de conférences à l'Université de Caen (2000-2005), elle donne aujourd'hui des conférences sur la littérature norvégienne[1].

Romans[modifier | modifier le code]

  • Ada (1998)
  • H (1999)
  • Blå fuge for far min (2010)

H a été traduit en français sous le titre Partie de lettres aux Presses Universitaires de Caen.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Osnabrück (2003) - fiction d'Hélène Cixous (titre original : Osnabrück)
  • Blendverk : opphavlege scenar (2006) - fiction d'Hélène Cixous (titre original : Les rêveries de la femme sauvage : scènes primitives)
  • Gull - breva frå far min (2008) - fiction d'Hélène Cixous (titre original : Les lettres de mon père)
  • Kort historie om framtida (2009) - essai de Jacques Attali (titre original : Une brève histoire de l'avenir)
  • 40 piskeslag (2010) - essai de Loubna Ahmad al-Hussein (titre original : 40 coups de fouet pour un pantalon)
  • Sypress (2010) - fiction d'Hélène Cixous (titre original : Si près)
  • Ein gartnar døyr (2011) - roman de Lucien Suel (titre original : Mort d'un jardinier)
  • Hyperdraum (2012) - fiction d'Hélène Cixous (titre original : Hyperrêve)
  • Utmerkinga mi (2013) - roman de Véronique Bizot (titre original :Mon couronnement)

Elle participe également à des traductions du norvégien vers le français[2].

  • Une seule lanterne rouge/Pâle/et au loin (2007) - de Knut Ødegård (traduction Pierre Grouix et Grete Kleppen)

Récompense[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Bastianprisen, prix norvégien de la meilleure traduction d'un roman étranger.

Par ailleurs, en 2012, Grete Kleppen a été nominée pour la seconde fois au Kritikerprisen (Prix de la Critique) pour sa traduction du roman de Lucien Suel. Elle avait déjà été nominée en 2003 pour sa toute première traduction d'Hélène Cixous[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]