Goesnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Goesnes
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Ohey
Code postal 5353
Démographie
Gentilé Goesnois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 26′ nord, 5° 13′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Goesnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Goesnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Goesnes

Goesnes [goːn][1] (en wallon Gône) est une section de la commune belge d'Ohey située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Le village est arrosé par le Triffoy appelé localement ruisseau de Goesnes (ou le Flème).

La seigneurie de Goesnes était à l'origine de la « Guerre de la Vache » qui de 1275-1278 causa la mort de plus de 15 000 personnes et la destruction de maints villages condruziens. Goesnes présente beaucoup de maisons en pierres taillées bleues ou en grès. Sa chapelle Saint Pierre du XIIe (avec des fonts baptismaux exceptionnels) est classée. On peut y découvrir également un pont Napoléon, une vanne sur le ru Flème, un pilori, un mur en pierres sèches récemment restauré ainsi que les Musées "Héritage - Histoire de la Terre et de l'Homme" et "Héritage 14-18 - Histoire de la Grande Guerre". Dans les environs de Goesnes se trouvent le château d'Hodoumont, les châteaux-fermes de Tahier et de Baya, ainsi que les tours médiévales de Filée et de Libois.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 105.