Gian Paolo Baglioni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un militaire image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un militaire italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baglioni.
Giampaolo Baglioni
Fonction
Seigneur de Pérouse (d)
-
Federico Baglioni (d)
Gentile I Baglioni (d)
Titre de noblesse
Comte (contado de Spello et Bettona (d))
- (contado de Spello et Bettona (d))
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Giampaolo BaglioniVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Père
Rodolfo I Baglioni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Parentèle
Braccio I Baglioni (d) (oncle)
Guido I Baglioni (d) (oncle)
Astorre I Baglioni (d) (cousin germain)
Grifone Baglioni (d) (cousin germain)
Malatesta Baglioni (grand-père paternel)Voir et modifier les données sur Wikidata
Gian Paolo Baglioni ou Giampaolo Baglioni (né vers 1470 à Pérouse et mort le  à Rome) est un condottiere italien qui fut seigneur de Pérouse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gian Paolo Baglioni se bat d'abord en Ombrie, en particulier contre les Oddi, famille rivale de la sienne. En 1498, il est engagé par Florence pour combattre dans cette même région.

En juillet 1500, il échappe à une tentative d'assassinat organisée par Grifone et Carlo Baglioni. C'est à cause de lui, soupçonnant une liaison entre lui et son épouse, que Grifone organise le massacre de presque toute la famille Baglioni (les "noces rouges" de Pérouse). Seul survivant (ou presque) Gian Paolo devient le maître de Pérouse. Il est ensuite engagé par César Borgia au service des États pontificaux, et combat aux côtés de Vitellozzo Vitelli. Il participe au complot contre César (Congiura di Magione) en aidant Giovanni Maria da Varano à soulever Camerino.

Après la chute des Borgia (1503-1504), et une période d'indépendance où il s'illustre par sa cruauté, il se soumet en 1506 au pape Jules II. En 1511, il entre au service de Venise, et affronte à de nombreuses reprises les troupes françaises au cours de la quatrième guerre d’Italie (1508-1513). En novembre 1513, il est capturé à Creazzo, mais est rapidement libéré.

En 1517, il participe à la guerre d'Urbino, contre François-Marie della Rovere. En 1516, il reçoit le titre de comte de Bettona du pape Léon X.

En 1520, il est accusé d'une tentative d'assassinat à Rome, est emprisonné au Château Saint-Ange puis décapité dans la nuit du . Il est enterré à l'église Santa Maria de Traspontina.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monique Lancel, Le Retable de Raphaël, L'Harmattan (Coll. Théâtre des cinq continents), 2015

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]