Ghislain-Joseph Henry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghislain-Joseph Henry
Présentation
Naissance
Dinant (Principauté épiscopale de Liège), Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Décès 1820, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Mouvement Architecture néoclassique
Œuvre
Réalisations Château de Duras
Parc du château de Wespelaar
Extensions du Palais royal de Bruxelles

Ghislain-Joseph Henry est un architecte et un topiaire Liège né à Dinant en 1754 et décédé en 1820. Il appartenait à une famille originaire de Profondeville (Namur). Il est l'ancêtre de la famille Henry de Hassonville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtint le Premier prix d'architecture au concours clémentin de l'Académie de Saint Luc en 1779 et fut élève à Rome de l'Académie de Saint-Luc.

En 1803 il figure parmi les membres fondateurs de la Société de peinture, sculpture et architecture de Bruxelles.

Il fit partie du conseil académique de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles en 1816.

Apprécié en haut lieu, il fit une carrière comme architecte tant de Louis XVI que de l'empereur du Saint-Empire, puis de Napoléon et du roi Guillaume Ier des Pays-Bas. Il était un peu le concurrent de Laurent-Benoît Dewez même si son œuvre n'a pas eu la même ampleur que celui-ci.

Mais il avait également des talents de topiaire et fit les plans de plusieurs parcs.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Œuvre architecturale[modifier | modifier le code]

L'œuvre de topiaire[modifier | modifier le code]

  • Parc à l'anglaise du château de Wespelaar
  • Parc et "fabriques" pour le château de Beauraing appartenant au duc de Beaufort Spontin.
  • Dessin du parc à l'anglaise de la commanderie des Vieux Joncs.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne et Paul van Ypersele de Strihou, Laeken, résidence impériale et royale, Bruxelles, 1970, p. 27.
  • Académie de Bruxelles, deux siècles d'architecture, Bruxelles, Archives d'Architecture Moderne, 1989, pp. 35, 38, 79 (note 74), 162, 166, 167, 169, 170, 172, 202.
  • François de Pierpont, "Le château de Duras", dans Le Parchemin, septembre-octobre 2009, p. 353.
  • Xavier Duquenne, "Le parc de Wespelaar, le jardin anglais en Belgique au XVIIIe siècle", Bruxelles 2001, pp.43 à 55