Georges Lorand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Georges Auguste Lorand né à Namur le , décédé à Aix-les-Bains le est un homme politique belge et un militant wallon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit de l'Université libre de Bruxelles (1880), il est à la fois journaliste et politicien. Il est Secrétaire général de la Fédération progressiste, qui est la tendance radicale ou de gauche (par référence au Radicalisme français), au sein du parti libéral. Il est député libéral à la Chambre de Virton de 1894 à 1900 puis de Neufchâteau-Virton de 1900 à 1918.

Il fonde avec Émile Féron le journal quotidien La Réforme en 1884.

Il écrit pour plusieurs journaux libéraux, notamment des articles qui contestent vivement les méthodes utilisées dans l'État indépendant du Congo dont le souverain était Léopold II. Il est parmi les libéraux de gauche favorables au suffrage universel et il promeut l'idée de la démocratie directe telle que pratiquée en Suisse. Il fonde L'Aurore à Paris, dont il devient le correspondant pour la Belgique et travaille aussi à L'Express. Figure de proue du libéralisme à la fin du XIXe siècle il écrit des livres comme La Nation armée, Le Référendum et un texte polémique Démission ! Dissolution !.

En 1896, il demande au Parlement que les lois soient rédigées en flamand, allemand et français mais l'amendement qu'il dépose en ce sens est repoussé.

En 1912, il déclare que la Wallonie est tout aussi capable d'autonomie que les Cantons en Suisse ou les Länder en Allemagne ou encore que l'Irlande à laquelle l'Angleterre vient d'accorder l'autonomie.

Il soutient les idées de Jules Destrée et devient l’un des premiers délégués du Luxembourg à l'Assemblée wallonne (parlement wallon officieux), de 1912 à 1914.

Georges Lorand est aussi président de la Ligue belge des droits de l'Homme.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Georges Lorand, La Société des Nations, sa réalisation immédiate. Discours prononcé par Georges Lorand, député belge, président de la Ligue belge des droits de l’Homme, au congrès de la Ligue française des droits de l’Homme, à Paris, le 1er novembre 1917, Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, 1918, p. 2 Notice de la BnF - Lire en ligne

Sources[modifier | modifier le code]