Geneviève Blouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blouin.
Geneviève Blouin
Description de cette image, également commentée ci-après
Blouin à St-Lambert en 2017.
Naissance (36 ans)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français québécois
Genres

Geneviève Blouin ( -) est une romancière et nouvelliste québécoise[1]. Titulaire d'une maîtrise en histoire ancienne[2], elle a pratiqué plusieurs métiers avant de se consacrer à l'écriture.

Connue pour sa passion des arts martiaux et son style d'écriture éclectique, elle a remporté plusieurs prix littéraires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Initiée très jeune à la lecture, Geneviève Blouin a toujours rêvé d'écrire. Elle a participé aux journaux étudiants de ses écoles secondaires, avant de s'orienter en littérature et théâtre au cégep. Elle s'est ensuite tournée vers l'Histoire à l'université, avec l'ambition avouée de se servir de ses connaissances pour écrire des romans historiques. Après un baccalauréat spécialisé en Histoire non occidentale, elle a complété une maîtrise en Histoire de l'Antiquité à l'Université du Québec à Montréal.

En 2008, elle a publié son premier texte professionnel dans la défunte revue Alibis.

Elle a ensuite enchaîné la rédaction et la publication de plusieurs nouvelles. En 2011, elle a publié le premier volet de sa trilogie historique Hanaken aux éditions Trampoline (l'éditeur, défunt depuis, a cédé son catalogue aux éditions Phoenix[3]). La même année, elle a remporté le prix Alibis de la nouvelle policière et été invitée au salon du polar de Toulouse[4]. La novella Le Chasseur (récompensée d'un prix Aurora-Boréal) a suivi en 2012 aux éditions des Six Brumes.

En parallèle de ses romans, l'auteure a continué à publier des nouvelles, tout en occupant divers emplois alimentaires. Depuis 2014, elle se consacre uniquement à l'écriture.

La trilogie Hanaken a été complétée en 2015 et ce troisième volet, intitulé Le sang des samouraïs, a reçu le Prix littéraire Canada-Japon décerné conjointement par le Conseil des Arts du Canada et l'ambassade du Japon[5],[6] à un auteur canadien dont l'œuvre contribue à faire connaître la culture japonaise. Le prix confirme le sérieux de la démarche de recherche et d'écriture de l'auteure, puisqu'elle est l'une des rares récipiendaires à n'avoir jamais voyagé au Japon.

Collaboratrice régulière des revues Solaris[7] et Brins d'éternité[8] (dont elle a également rejoint l'équipe de direction littéraire), elle est très impliquée dans le milieu québécois de la science-fiction et du fantastique, ses genres littéraires de prédilection (bien qu'elle se définisse comme une éclectique et aime toucher à tous les types de récit). Elle anime de nombreux ateliers d'écriture, en plus de participer à des rencontres scolaires[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Écrire et publier au Québec : les littératures de l'imaginaire, coécrit avec Isabelle Lauzon et Carl Rocheleau, Éditions des Six Brumes (2017)
  • Hanaken, le sang des samouraïs, roman, Éditions du Phoenix (2015)
  • Hanaken, l'ombre du daimyô, roman, Éditions du Phoenix (2012)
  • Le Chasseur, novella, Éditions des Six Brumes (2012)
  • Hanaken, la lignée du sabre, roman, Éditions Trampoline/du Phoenix (2011)

Nouvelles et collectifs[modifier | modifier le code]

  • La gang du cimetière, nouvelle, Brins d'Éternité #50 (2018)
  • L'épée et le templier, exclusivité de la République du Centaure (2017)
  • La dernière mission de Rabbad dans Horrificorama, Éditions des Six Brumes (2017)
  • Démonothérapie, nouvelle, Solaris #203 (2017)
  • La comorte de la Dame de Lumière, nouvelle, Brins d'éternité #46 (2017)
  • Les vœux, dans L'amour au cœur de la vie, Québec-Amérique (2017)
  • La mort du Capitaine Amérique, nouvelle, Alibis #58 (2016)
  • Au pays du Dirigeant Bien-Aimé, nouvelle, Alibis #56 (2015)
  • L'enchanteresse portait des Levi's, nouvelle, Solaris #195 (2015)
  • N'en déplaise à James Bond, nouvelle, Alibis #54 (2015)
  • Les Maisons d'Éternité, nouvelle, Solaris #193 (2015)
  • Sentence incarnée, micro-nouvelle, Solaris #192 (2014)
  • Le bon gars, le flic et les vacanciers, dans 6, Chalet des Brumes, collectif dont vous êtes le héros, Éditions des Six Brumes (2014)
  • L'enrouleur de temps, nouvelle, Anthologie Brins d'éternité, réédition, Éditions des Six Brumes (2014)
  • Éveil, nouvelle, Solaris #191, mention au prix Boréal 2014 d'écriture sur place, (2014)
  • Le voleur de dieu, nouvelle, Brins d'éternité #38, (2014)
  • Trou noir de mémoire, Solaris #187, prix Boréal 2013 d'écriture sur place, (2013)
  • Les lugubres exploits spaciaux de Léotable Sans-Repos, revue XYZ#114, (2013)
  • Le Vaisseau CHOV, en collaboration avec Vincent Chevalier, Brins d'éternité #35 (2013)
  • Comme on se retrouve, Alibis #45 (2013)
  • Crucifixion, micro-nouvelle dans "Exodes" (2013), La maison des viscères
  • La Maillarde, Brins d'éternité #32 (2012)
  • Comme une poupée brisée, Alibis #42 (2012)
  • C'est comme le Québec, sauf que... Alibis #42 (2012) (récit du Salon du polar de Toulouse)
  • Trois coups l'annoncent, Alibis #39
  • Ce qui reste de l'ange, Solaris #178 (2011)[10]
  • L'enrouleur de temps, Brins d'éternité #27 (2010)
  • Seppuku, Alibis #35 (2010)
  • Qui aura la peau de Panzer Bishop?, Biscuit Chinois #13 (2010)
  • Le Trophée, L'Inconvénient # 39 (2009)
  • Le Double, Alibis #25 (hiver 2008)

Prix et mentions[modifier | modifier le code]

  • Prix littéraire Canada-Japon 2016 pour le troisième tome de la série "Hanaken", publié aux Éditions du Phoenix[5],[6].
  • Finaliste au prix littéraire de Radio-Canada, volet nouvelle, en 2014[11].
  • Prix Aurora-Boréal de la meilleure nouvelle pour la novella "Le Chasseur", publiée aux Éditions des Six Brumes.
  • Sélection Communication-Jeunesse pour "Hanaken, T1, La lignée du sabre", publié aux Éditions du Phoenix[12].
  • Prix Alibis 2011 de la nouvelle policière[13],

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.litterature.org/recherche/ecrivains/blouin-genevieve-1470/
  2. « Le philhellénisme de Marcus Tullius Cicéron et de Quintus Cicéron : réalités, motifs et impacts »
  3. Thrace Graphistes Conseil inc., « Maison d'édition de livres - Éditions du Phoenix », sur www.editionsduphoenix.com (consulté le 9 août 2018).
  4. tps, « Auteur invité TPS 2011 : Geneviève Blouin, prix Alibis 2011 [13/53] - Toulouse Polars du Sud », Toulouse Polars du Sud,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2018).
  5. a et b « Prix littéraires Canada-Japon », sur Conseil des arts du Canada (consulté le 8 août 2018)
  6. a et b « Liste cumulative des gagnants des Prix littéraires Canada-Japon », sur Conseil des arts du Canada
  7. « Revue Solaris | Science-fiction et fantastique », sur www.revue-solaris.com (consulté le 9 août 2018).
  8. « Brins d'éternité », sur www.revue-brinsdeternite.com (consulté le 9 août 2018).
  9. Ministère de la Culture et des Communications, « Détail », sur www.mcc.gouv.qc.ca, (consulté le 9 août 2018).
  10. « Ce qui reste de l’ange, de Geneviève Blouin | La République du CentaureLa République du Centaure », sur republique.sixbrumes.com (consulté le 9 août 2018)
  11. Zone Arts - ICI.Radio-Canada.ca, « Certaines oublieront leurs boucles d'oreilles , par Geneviève Blouin, finaliste du Prix de la nouvelle Radio-Canada 2014 | Prix de la nouvelle », sur Radio-Canada.ca (consulté le 8 août 2018)
  12. « Communication-Jeunesse - Les livres sélectionnés depuis 1995 », sur www.communication-jeunesse.qc.ca (consulté le 9 août 2018)
  13. « Prix Alibis 2011 | Revue Alibis », sur www.revue-alibis.com (consulté le 8 août 2018)