Frontière entre la Colombie et le Panama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frontière entre la Colombie et le Panama
Tracé de la frontière
Tracé de la frontière
Caractéristiques
Délimite Drapeau de la Colombie Colombie
Drapeau du Panama Panama
Longueur totale 225 km
Historique
Création 1508
Tracé actuel 1903

La frontière terrestre entre la Colombie et le Panama est une frontière internationale continue longue de 225 kilomètres séparant la Colombie et le Panama. Cette limite marque par ailleurs la limite entre l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud

Tracé[modifier | modifier le code]

La frontière court du Sud-Ouest au Nord-Est entre l'Océan Pacifique et l'Océan Atlantique passant d'abord par une chaîne côtière, la Serranía del Baudó puis par une zone centrale marécageuse, rejoignant enfin une autre chaîne côtière, la Serranía del Darién.

Histoire[modifier | modifier le code]

La frontière internationale fut établie le 3 novembre 1903 quand l'ancien département de Panamá fit sécession de la Colombie. Elle a pour base l'ancienne frontière Sud du département de l'Isthme et Nord du Département de Cauca (Grande Colombie) de la Grande Colombie.

L'origine de cette démarcation remonte à 1508 date du décret royal désignant le río Atrato comme limite entre les colonies de Castilla de Oro et de Nueva Andalucía[1].

La frontière actuelle est définie par le Traité Victoria-Vélez signé à Bogota le 20 août 1924 par la Colombie et le Panama[2].
Le traité Liévano-Boyd, signé le , délimite la frontière maritime entre les deux pays[3],[4].

Passages[modifier | modifier le code]

Cette frontière située dans un environnement tropical hostile appelé le bouchon du Darien est très difficilement franchissable. Aucune route ne permet de passer d'un pays à l'autre, c'est d'ailleurs l'unique chaînon manquant de la route panaméricaine. Ceci n'a pas empêché et à même favorisé l'installation de plusieurs groupes mafieux et paramilitaires qui profitent de l'isolement de la zone pour se livrer à de la contrebande d'armes et de produits électroménagers venus d'Asie ainsi qu'au trafic de la cocaïne[5]

Sécurité[modifier | modifier le code]

La zone est connue pour être extrêmement peu sûre, étant occupée par divers groupes de paramilitaires et de narcotraficants colombiens qui n'hésitent pas à se livrer à des incursions meurtrières en territoire panaméen[6].

Réfugiés[modifier | modifier le code]

Environ 800 Colombiens fuyant les violences ayant cours dans ce pays ont franchi cette frontière depuis la fin du XXe siècle, ils ne bénéficient pas tous du statut de réfugiés politiques et sont parfois dans une situation légale précaire[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Berrío-Lemm, Vladimir. Breve estudio de derecho internacional público: Límites de Costa Rica y Panamá. Página 47. Revista Cultural Lotería #420. Septiembre – Octubre 1998.
  2. De León, Raquel María. Límites y Fronteras. Panamá. 1965.
  3. (es) Frontière entre la Colombie et le Panama dans la mer des Caraïbes, sur www.sogeocol.edu.co
  4. (es) Frontière entre la Colombie et le Panama dans l'océan Pacifique, sur www.sogeocol.edu.co
  5. (es) Servicio informativo de inteligencia estrategica, politica, economica y competitiva
  6. (fr) Site du ministère des affaires étrangères français
  7. Document du UNHCR.