Froggy Software

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Froggy Software
logo de Froggy Software

Création 1984
Disparition 1987
Personnages clés Jean-Louis Le Breton, Fabrice Gille
Forme juridique SARL
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Développeur de jeux vidéo
Produits Jeux et utilitaires Apple

Froggy Software est une société de développement logiciel créée en 1984 par Jean-Louis Le Breton et Fabrice Gille ; elle a publié des jeux et utilitaires pour Apple II et Macintosh ; il s'agit de la première société à introduire une analyse syntaxique en français et à offrir des jeux qui réagissent à des insultes ou des mots grossiers[réf. souhaitée]. Elle est dissoute en 1987.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'époque les jeux informatiques disponibles sur Apple II étaient très sérieux et coutaient très cher (environ 350 francs français, soit presque 97 en 2013[1]), la plupart étant des traductions de jeux américains. Après avoir présenté le jeu d'aventure La Souris Golotte[2] à Apple, qui désirait une démo pour la sortie de l'Apple IIc, Jean-Louis Le Breton et Fabrice Gille décidèrent de fonder une société de développement de jeux vidéo.

Les créateurs souhaitaient trouver un nom à consonance anglaise avec une référence française : d'une part, l'anglais « sonnait bien » auprès du public français ; d'autre part, les logiciels auraient pu être publiés aux États-Unis et la référence aux Froggies était amusante. Jean-Louis Le Breton était très ami avec le dessinateur Jean-Michel Ucciani ; il lui demanda dessiner une grenouille pour représenter la société, et la fameuse grenouille en tuxedo naquit. Le but de Froggy Software était de vendre à un prix d'environ 150 FRF des jeux en français, amusants, et sortant de l'ordinaire.

Jean-Louis Le Breton était surtout responsable des graphismes et des scénarios, alors que Fabrice Gille s'occupait plutôt de la partie technique. Après la publication des premiers titres (Épidémie, Paranoïak, Le Crime du parking), Froggy Software fut contactée par de jeunes auteurs qui aimaient l'aventure et l'humour. De nombreux jeux et utilitaires ont alors été publiés sur Apple II et Macintosh.

Fabrice Gille quitta la société en 1986. En 1987, quand Apple arrêta le développement de l'Apple II pour se concentrer sur le Macintosh, Jean-Louis Le Breton décida de se recentrer sur le journalisme et d'arrêter Froggy Software.

Logiciels publiés[modifier | modifier le code]

Jeux[modifier | modifier le code]

  • Épidémie[3] (1984) (scénario et graphismes : Jean-Louis Le Breton ; partie technique : Fabrice Gille).
  • Paranoïak[3] (1984) (scénario et graphismes : Jean-Louis Le Breton ; partie technique : Fabrice Gille) ; premier jeu à contenir une analyse de syntaxe rudimentaire.
  • Le Crime du parking (1985) (scénario et graphismes : Jean-Louis Lebreton ; partie technique : Fabrice Gille) ; contient une analyse de syntaxe élaborée[4].
  • Même les pommes de terre ont des yeux! (1985) (scénario : Clotilde Marion — première employée de Froggy Software — ; partie technique : Jean-Louis Lebreton, Fabrice Gille).
  • Le mur de Berlin va sauter (1985) (Tristan Cazenave ; scénario : Yves Labesse ; graphismes Jean-Louis Le Breton ; collaboration de Fabrice Gille et de Clotilde Marion).
  • La Java du privé (1986) (Tristan Cazenave ; graphismes : Luc Desportes).
  • La femme qui ne supportait pas les ordinateurs (1986) (scénario : Chine Lanzmann ; programmation : Jean-Louis Le Breton) ; ce jeu sans graphisme a été conçu pour les amateurs de scénarios complexes et possède plusieurs fins.
  • Baratin blues (1986) (programmation : Pascal Labrevois ; graphismes : François Lamoureux).
  • Tempête sur les Bermudes (1986) (Christophe Bourrier, Philippe Bousquet).
  • Pleins gaz (Richard Soberka jr)
  • Le Justicier du bahut (Christophe Bourrier).
  • Opération Mercury (Jean-Luc Villain).
  • Séduction 1 (1987) (François Auzanneau, Jean-Baptiste Vahé ; graphismes : Corinne Evans)
  • Canal meurtre (Frédéric Copet ; dessins : Jean Solé).
  • La Crapule (scénario et programmation : Jean-Louis Le Breton) ; premier jeu de Froggy software sur Macintosh.

Utilitaires[modifier | modifier le code]

  • MouseFiler (Éric Lapuyade).
  • MousEdit (Jean-Marc Crespin).

Animation[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Paranoïak obtient la Pomme d'or en 1984 ; le prix était une pendule créée par Pascal Morabito et un Macintosh. Fabrice Gille garda la pendule et Jean-Louis Le Breton le Macintosh.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Convertisseur franc-euro : pouvoir d'achat de l'euro et du franc », sur Insee, (consulté le 23 juillet 2014)
  2. La Souris Golotte n'était pas protégé, mais des copies portant le bandeau « CRACKED BY xxxx » ont été retrouvées.
  3. a et b Épidémie et Paranoïak sont protégés contre la copie par un système modifiant le boot process de la disquette et le formatage des secteurs. Comme les hackers de l'époque ont très vite contourné la protection, Froggy Software a décidé de ne plus protéger ses jeux (ce qui constituait une première).
  4. Le Crime du parking n'a jamais été publié aux États-Unis malgré son succès en France. Le jeu parlait de drogue, d'homosexualité, de viol, de personnes aux mœurs douteuses, ce qui a refroidi les éditeurs contactés par Froggy Software.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :