Françoise Sainte-Croix Lacroix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Françoise Sainte-Croix Lacroix
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Madame de Marsac (née Françoise Lacroix)
Nom de naissance Marie Françoise Bénédicte Lacroix
Alias
Sœur Françoise de l'Œuvre de la croix
Naissance
Lyon ou Toulouse
Décès
Marsac
Autres activités
janséniste de l’Œuvre de la croix au XIXe siècle
Ascendants
Noël Lacroix et Bonne Dallet
Conjoint
Victor de Reversat Marsac
Famille
Lacroix
Signature de Françoise Sainte-Croix Lacroix
Description de cette image, également commentée ci-après
Armes de la famille de Reversat de Marsac

Marie Françoise Bénédicte Sainte-Croix Lacroix[Note 1], née en 1807 à Lyon ou Toulouse, morte le 22 février 1863 à Marsac (Tarn-et-Garonne), épouse de Victor de Reversat de Marsac, fut l'instigatrice d'un foyer janséniste au château de Marsac.

Famille[modifier | modifier le code]

Dans un acte de notoriété établi pour son mariage et enregistré à Toulouse le sept août 1835 pour suppléer à l'absence d'acte de naissance, Marie Françoise Bénédicte Sainte-Croix Lacroix, déclare qu'elle est née en 1807 à Toulouse[1]. Son acte de décès mentionne qu'elle est née probablement en 1807 à Lyon[2].

Véronique Alemany auteur d'un ouvrage sur sa fille Perpétue de Reversat Marsac (dernière Solitaire de Port-Royal), écrit : « Le document indique que Françoise Sainte-Croix Lacroix est sans profession. Son nom Sainte-Croix Lacroix serait un « nom d’emprunt », ses parents s’appelant, d’après l’acte de décès, Lacroix Noël et Bonne Dallet »[3],[4],[5].

Sur son origine, la vicomtesse de Malartic qui résida au château de Marsac en 1870, écrit qu'un vieillard, ami de la famille lui raconta que « des princes et des princesses étaient venus se promener dans le midi de la France. Ils avaient parmi leur suite une grande jeune fille dont on ne connaissait pas l’origine, paraît-il. La duchesse d’Angoulême, car elle était nommée, désirait marier cette jeune personne à un gentilhomme de ce pays, pour l’éloigner de la cour où sa naissance, trop illustre peut-être, devait rester inconnue »[6].

Elle épouse le 12 août 1835 à Toulouse Victor de Reversat Marsac[7]. Le couple s'installe au château de Marsac dans le Tarn-et-Garonne. « Madame de Marsac prit alors en main la gestion matérielle du château et la direction spirituelle établie dans ce "repaire du Jansénisme" »[8]. De ce mariage naitront quatre enfants :

  • Louis, né le [9]
  • Marie, née le [10]
  • Emmanuel, né [11]
  • Perpétue, née le [12], mariée le avec Louis Adolphe vicomte d'Aurelle de Paladines[13]. Veuve à 26 ans, fidèle au Jansénisme, elle s'installe en 1895 à Port-Royal des Champs où elle finira sa vie comme dernière Solitaire de Port-Royal. Elle meurt le à l'hospice de Chevreuse.

Elle meurt le 22 février 1863 au château de Marsac (Tarn-et-Garonne)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Des recherches approfondies ont été menées pour tenter d'élucider les mystères entourant les origines et la jeunesse de cette comtesse de Marsac. Elles font l'objet d'un article dédié sous Généawiki Françoise Sainte-Croix Lacroix.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La future décline ainsi son identité : « La Delle Marie Françoise Bénédicte Ste Croix Lacroix majeure propre habte de Toulouse, qui nous a dit, qu'elle est née dans la ville de Toulouse vers le commencement de l'année mil huit cent sept, sans pouvoir bien préciser l'époque du légitime mariage de M. Noël Lacroix propre et de delle Bonne Dallet, que n'ayant pu découvrir son acte de naissance, malgré toutes les recherches qu'elle a fait faire…» « … [Les témoins] ont unanimement déclaré et attesté parfaitement connaître la dite demoiselle Ste Croix Lacroix, et qu'il est de notoriété publique, que la dite demoiselle Ste Croix Lacroix est âgée d’environ vingt-huit ans et fille de M. Noël Lacroix et de dame Bonne Dallet. » Ils confirment en tous points les dires de l'intéressée.
  2. a et b « Archives départementales de Tarn-et-Garonne, état-civil en ligne : Marsac, D 1863-1870, vue 1/53 »
  3. Véronique Alemany, La dernière Solitaire de Port-Royal, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Cerf histoire », , 683 p. (ISBN 978-2-204-09951-6), p. 117.
  4. Véronique Alemany, La dernière Solitaire de Port-Royal, Éditions du Cerf, 2017, e-book : page 80-82.
  5. Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le document indique que Françoise […] Lacroix Noël et Bonne Dallet »
  6. Marie-Thérèse de Malartic, Les Carnets de la vicomtesse de Malartic : En route pour Marsac (transcription annotée d'un manuscrit de 1870), transcription Yvan Reverdy ; annotations "P.G.", (lire en ligne), p. 7.
  7. Archives départementales de Haute-Garonne, état-civil en ligne : Toulouse, M 1835, vue 135/210.
  8. Marie-Thérèse de Malartic, Les Carnets de la vicomtesse de Malartic : En route pour Marsac (transcription annotée d'un manuscrit de 1870), transcription Yvan Reverdy ; annotations "P.G.", (lire en ligne), p. 8.
  9. Archives départementales de Tarn-et-Garonne, état-civil en ligne : Marsac, N 1837-1843, vue 7/50.
  10. Archives départementales de Tarn-et-Garonne, état-civil en ligne : Marsac, N 1837-1843, vue 18/50.
  11. Archives départementales de Tarn-et-Garonne, état-civil en ligne : Marsac, N 1837-1843, vues 36&37/50.
  12. Archives départementales de Tarn-et-Garonne, état-civil en ligne : Marsac, N 1844-1849, vue 12/47.
  13. Vicomte de Lescure, Armorial du Gévaudan, 1929, page 717.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Véronique Alemany, La dernière Solitaire de Port-Royal : survivances jansénistes jusqu'au XXe siècle, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Cerf histoire », , 683 p. (ISBN 978-2-204-09951-6). .
  • Jean-Pierre Chantin, Les Amis de l'Œuvre de la Vérité : Jansénisme, miracles et fin du monde au XIXe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, , 190 p. (ISBN 978-2-7297-0598-5)
  • Albert Soboul, « Survivances féodales dans la société rurale du XIXe siècle », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 23e année, no 5,‎ , p. 965-986 (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2019).
  • Marie-Thérèse de Malartic, Les Carnets de la vicomtesse de Malartic : En route pour Marsac (transcription annotée d'un manuscrit de 1870), transcription Yvan Reverdy ; annotations "P.G.", (lire en ligne), p. 7. .
  • André Vièles, « Le voyage en Tarn-et-Garonne de la duchesse de Berry (1828) », Annales du Midi: revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. 46, no 181,‎ , p. 43-44. .